Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Aux amateurs de prix : dépenses pour deux jours de repas

Les sources médiévales, difficilement lisibles, sont une aubaine pour les historiens. Elles permettent de donner des indications précises sur la société de l'époque.

Messagede Jehan » 07 Mai 2006 21:41

Fonds de l’hospice de Gayette H 54 – pièce 1

Transcription du texte original :
« C’est la dispense que monseigneur de Beauvoir et Jehan d’Arsson et messire Jehan Hemon et Larmite et messire Rogier et plusieurs autres ont faicte à l’ostel de Jehan Raoux.
Premièrement le dimanche aussoir xiiii peins, en vin v quartes, poisson vint et vii sols vi deniers, en figues ii livres valent troys sols, en sèche v sols.
Item le lundi ensuyvant, tant pour le dîner comme pour les sopper vint et huyt peins, vi quartes de vin, en poysson xlii sols vi deniers. En rys et en almandes troys sols quatre deniers, en figues troys livres et demye valent v sols quatre deniers, en poudre et en saffranvi sols viii deniers, en arans une douseine qui vallent v sols, en pomme d’orange ii sols vi deniers, en sèche iii sols quatre deniers
Item le lundi au sopper en poysson xviii blans, en espisses confites v sols.
Somme toute pour toutes dispences pour les parens et amis de feu Gravières en l’ostel de Jehan Raoulx dix sept livres sept solz six deniers tournois. »

Français moderne :
C’est la dépense que monseigneur de Beauvoir et Jehan d’Arsson et messire Jehan Hemon et Lhermite et messire Rogier et plusieurs autres ont faite à l’hôtel de Jehan Raoux.
Premièrement le dimanche au soir quatorze pains, cinq quartes (1) de vin, poisson vingt sept sols six deniers, en figues deux livres (2) valant trois sols, en sèche (3) cinq sols.
Item le lundi suivant, tant pour le dîner comme pour le souper vingt huit pains, six quartes de vin, en poisson quarante deux sols six deniers. En riz et en amandes trois sols quatre deniers, en figues trois livres et demie valant cinq sols quatre deniers, en poudre (4) et en safran six sols huit deniers, en harengs une douzaine qui valent cinq sols, en pomme d’orange deux sols six deniers, en sèche (3) trois sols quatre deniers
Item le lundi au souper en poisson dix huit blancs (5), en épices confites cinq sols.
Somme toute pour toutes les dépenses pour les parents et amis de feu Gravières en l’hôtel de Jehan Raoulx dix sept livres sept sols six deniers tournois.


Ce texte non daté est d’évidence du début du XV° siècle, de la main du receveur et trésorier du seigneur Lhermite de Gayette, château situé près de Varennes sur Allier dont l’écriture anguleuse parfaitement reconnaissable se retrouve dans des documents datés des années 1420 – 1430.
Il s’agit de la dépense effectuée pour les repas funéraires ayant suivi l’enterrement du seigneur de Gravières, voisin de Gayette. Deux jours ! Il faut bien ça ! Le dîner est notre déjeuner, le souper notre dîner. Comme on le voit à la lecture, notamment quand on en arrive aux desserts, ce ne sont pas des repas ordinaires. On n'y mange pas de viande. Carême ou abstinence de viande pour un repas funéraire ? L'absence de date ne permet pas de répondre.
« Monseigneur de Beauvoir » est un Loup de Beauvoir, d’une importante famille seigneuriale bourbonnaise, dont un Blain Loup fut bailli et maréchal de Bourbonnais sous le duc Louis II, dit « le Bon Duc », mort en 1410.

La grosse tour carrée de Gayette, symptomatique des châteaux seigneuriaux en Bourbonnais pour les XIV° et XV° siècles, est toujours debout. Elle a longtemps abrité les archives des seigneuries de Gayette et de Boucé, puis celle de l'hospice fondé au XVII° siècle par le dernier seigneur et sa femme, morts sans héritiers, dans une pièce magnifiquement lambrissée qui servait d'apothicairerie. On trouve dans le département de l'Allier d'autres tours carrées de même type, notamment les châteaux de La Souche et de Brie.

Notes :

(1) Quarte : mesure de capacité des liquides, variable d’une châtellenie à l’autre, de l’ordre de 1,5 à 2,1 litres
(2) Livre : il s’agit ici de la mesure de poids, et non de l’unité de compte ; elle est également variable d’une châtellenie à l’autre dans le duché ; on l’estime entre 466 à 489,5 grammes
(3) Sèche : là je… sèche… Compte tenu de l’ordre existant dans la présentation des produits, la « sèche » dont il est question est un dessert, à mettre en relation avec les figues, les oranges, les épices confites, etc…
(4) Poudre : après moult (se prononce moût, le l ne se prononce pas, s’il vous plaît !) recherche, compte tenu que cette « poudre » prend place parmi les dessert, il doit s’agir de la « poudre de duc » ; "Mets délicat préparé avec de la cannelle et du sucre, et qui est censé avoir des qualités aphrodisiaques" ai-je trouvé sur un excellent site d’ancien français.
(5) Blanc : pièce de monnaie en argent, valant de cinq à dix deniers.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron