Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Charles Martel ou le brigand sanctifié .....

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede Françoy » 30 Aoû 2006 08:24

Voici un petit texte que j'ai écrit il y a un moment pour recentrer un peu ce personnage, emblématique de certains dogmatismes modernes.

Le XIXe, dans sa réécriture de l'histoire en une science humaine héroïque, a dénaturé profondément la réalité historique elle même...

-------------------------------------------------



Ce bâtard né d'une servante n'était audacieux qu'à faire le mal envers les
Eglises du Christ.

Flodoard, chroniqueur du Xeme siècle.

Charles Martel était le fils de Pépin d'Herstal, Maire du Palais d'Austrasie, et
d'une concubine, la polygamie étant une pratique courante chez les Francs même
chrétiens.
Il est emprisonné par la femme légitime de son père, Plectrude, mais s'évade, et
fait campagne contre les Neustriens qui soutenaient Plectrude.
Rainfroi, qui est le Maire du Palais de Neustrie, appelle les Aquitains d'Eudes
à son secours, qui franchissent la Loire.
Il sont battus par Charles, qui s'empare d'une partie de la Neustrie.
Il ravage le Berri, possession du duc d'Aquitaine, en 731.

Par ailleurs, les Arabes, aidés de troupes Berbères, se sont installés en
Espagne au début du VIIIeme siècle.
Ils ont reçu l'appui des populations juives et ariennes, hostiles au
catholicisme officiel intolérant.
Des gouverneurs arabes se substituent aux rois visigoths.
Comme les princes francs, les chefs arabes se combattent entre eux.
Et de même que les chrétiens se sont portés en territoires païens pour les
convertir de force, les Arabes musulmans effectuent des razzias en territoire
chrétien.

Eudes d'Aquitaine s'allie contre Charles Martel avec le chef Berbère Munuza qui
contrôle la Septimanie (le Languedoc-Roussillon d'aujourd'hui) et le nord de
l'Espagne.
Munuza était le gendre d'Eudes puisqu'il avait épousé une de ses filles. Il est
au surplus aux prises avec Abd El-Rahman, gouverneur de l'Espagne.

Abd El-Rahman bat Munuza et se retourne contre Eudes. Ils prend Perigueux,
Angoulème, Bordeaux en 731 et met à sac l'Aquitaine.
Entre temps, Eudes a promis fidélité et soumission à Charles, et l'appelle à la
rescousse.
Charles Martel remporte une victoire à Poitiers, dont on ne sait rien ou presque. Abd
El-Rahman est tué semble-t-il, les Arabes lèvent le camp et abandonnent Poitiers en octobre
732 (la date n'est pas connue avec certitude).

Opportuniste, Charles profite de sa victoire pour s'emparer des évêchers de
Tours, Orléans, Auxerre et envoie leurs évêques en exil. Puis il pille le Midi
de 735 à 739, semant la terreur tout autant que les Arabes dans leurs razzias.
Charles gagne sans doute son surnom "Martel" = marteau à cette époque pour ses
actes de violence et ses massacres. A noter qu'il ne pourchassait nullement les
Sarazins.

Dans le contexte de l'époque et du monde franc, Charles gagne dans ses brutales
expéditions le prestige de la force. Il acquiert la supériorité de son lignage
sur celui des Mérovingiens.

Cependant, les Arabes gardent Narbonne et le Roussillon. Les incursions arabes
en Provence reprennent au IXe siècle.
Elles ne cesseront qu'à la fin du XIe siècle. Alors que l'influence arabe sera
encore forte jusqu'au XVIe siècle dans le sud de la France. C'est ainsi que
Rabelais a eu des professeurs arabes à Toulouse pendant ses études.

En conclusion, l'épopée de Charles Martel n'est absolument pas une guerre de
religion dans un contexte France (Europe) contre Arabes, mais bien une lutte de
conquête de Princes Francs entre eux et leurs alliés.
Le légendaire qui a fait de Charles Martel, un héros positif de l'histoire
républicaine reste à élucider.


Sources :
- Karl Werner - Histoire de la France - tome 1 - pp 342-349
- Edgard Weber - Maghreb arabe et occident français - pp 61-69
Françoy
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 15
Inscription: 23 Aoû 2006 09:06

Messagede Aliénor » 30 Aoû 2006 11:47

:) Génial!

En même temps, voilà qui est déroutant...
Ou comment rendre à Charles ce qui est à Charles!;)
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede armoisine » 06 Sep 2006 22:19

Dans le genre "bon (catholique), brute et truand", il y a aussi son prédécesseur Clovis.
Bien sûr il faut se remettre en contexte. Tout d'abord, le christianisme est la religion du Christ et celui ci n'a jamais établi de liste de saint bidule etc.
L'église a récupéré la figure de grands martyrs puis de grands personnages (par leurs actes ou par leur rang) pour les donner en exemple à la population, et ainsi forger des légendes.

Il me semble qu'il existe un texte de Clovis, où desepéré de n'avoir plus de famille (in extenso, remords de les avoir tous tué), il appelle Dieu à l'aide pour se réconforter auprés de quelque parentèle...
Aussitôt manifesté, aussitôt trucidé le bel oncle qui avait cru le moment propice à tirer des faveurs du roi. Bel exemple de sainteté en effet..

Je ne sais plus les références ni les termes exacts, mais c'est caractéristique de l'époque où les liens du sang permettaient une accession au trône. Où la lignée et les qualités de chef de guerre étaient plus fort pour faire un roi que le profil de défenseur de la foi, le fait d'être l'aîné etc. Où le fait religieux était une sorte d'outil de conquête et où il fallait éliminer tous les possibles prétendants au trône.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede lestatvampir666 » 27 Sep 2006 18:34

En gros tout ce qu'ils les interressaient, c'était d'avoir le pouvoir "suprême" à tout pris même par le meurtre;enfin sa on le savait car tout le monde connais les meurtres fratricides pour accèder au trône.
Une autre question,Et l'Eglise pendant ce temps était-elle puissantes face aux rois ou essayait-elle de monter leur popularités face aux païens?
Avatar de l’utilisateur
lestatvampir666
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 148
Inscription: 25 Sep 2006 21:25
Localisation: Paris,banlieue

Messagede armoisine » 27 Sep 2006 20:56

Le pouvoir c'est universel. En nature cela reste inchangé au fil des siècles. Ce qui diffère c'est les moyens. Aujourd'hui, les moyens sont plus respectueux de la vie, et encore pas partout.
C'est donc dire une vérité que le besoin de pouvoir engendre la violence.

En ce qui concerne la position de l'Eglise, le sujet est trop vaste pour en faire un résumé ici. Pour faire simple, la religion est également source de pouvoir puisqu'elle le conditionne en partie. Elle est donc soumise aux mêmes lois de violences et de corruption. Les hommes qui la compose ont pu employer des moyens peu orthodoxes, mais en contexte (ce qui est essentiel en histoire) c'est facilement explicable.

PS, bienvenue par ici, as-tu pensé à te présenter dans la section prévue à cet effet? :D
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede lestatvampir666 » 27 Sep 2006 22:13

EUH non!
Je ne l'ai pas encore fait!
Sinon je te remercie pour cette réponse ,et ce n'est pas grave pour celle de l'Eglise (c'est sûr,c'est beaucoup trop vaste),car celle que tu ma fournit me suffit amplement.
Merci. :wink:
Avatar de l’utilisateur
lestatvampir666
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 148
Inscription: 25 Sep 2006 21:25
Localisation: Paris,banlieue

Messagede Le serf » 17 Mai 2008 14:40

Charles Martel avait besoin de terres pour récompenser ses "fidèles", or des terres disponibles, il n'y en avait pas. Les Mérovingiens avaient quasiment tout donné, soit à l'Eglise, soit à leurs fidèles. Charles n'avait aucune envie de faire pareil avec ses biens propres. Comme les terres d'Eglise couvraient à peu près un tiers de la surface du royaume, il en a confisqué une partie, soit aux évêques, soit aux monastères. C'est pour cela que les chroniqueurs du Haut Moyen Age, qui sont tous des religieux, on une très, très mauvaise opinion de Charles Martel. D'aucuns l'ont même décrit rôtissant en enfer.

Ce sera la plus grande spoliation des biens d'Eglise jusqu'à 1789.
Vivat Rex in aeternum.
Avatar de l’utilisateur
Le serf
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 28
Inscription: 14 Mai 2008 13:55

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron