Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Comment dire....

L'architecture médiévale désigne l'étude et l'inventaire des constructions propre au Moyen Âge. Cette discipline ne se cantonne pas au château.

Messagede gunelle » 28 Jan 2007 22:38

Ils ont mis un point d honneur sur ce PECHE,qu ils ont créé eux meme aprés tout,car la sexualité est au meme niveau que boire,manger etc etc...mais de là a le sculpter ?Ils doivent donner leur autorisation c est pas possible sinon.Coquins va!!!
Avatar de l’utilisateur
gunelle
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 124
Inscription: 20 Jan 2007 11:45
Localisation: LE LOIRET

Messagede Aaarrrgggh » 29 Jan 2007 07:06

Oui, aujourd'hui on est choqués pour un rien au niveau de la sexualité, en voyant des filles ou des hommes montrer leur torse ou leur poitrine, mais au moyen-age, le sexe était beaucoup moins tabou. Mais peut-être ont-elles été faites pour faire fuir l'envie de sexualité des croyants ?
Aaarrrgggh
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 241
Inscription: 10 Nov 2006 06:34
Localisation: Tours

Messagede armoisine » 29 Jan 2007 08:46

gunelle a écrit:Ils ont mis un point d honneur sur ce PECHE,qu ils ont créé eux meme aprés tout,car la sexualité est au meme niveau que boire,manger etc etc...mais de là a le sculpter ?Ils doivent donner leur autorisation c est pas possible sinon.Coquins va!!!


L'église n'a pas mis un point d'honneur à dénoncer la sexualité comme péché. Elle a cherché à l'encadrer. Disons qu'on peut manger mais la gourmandise est un péché, on peut, disons coucher, mais la luxure est un péché.
La sexualité est encadrée plus particulièrement parce qu'elle est source de légitimité. Copulation-reproduction, descendance, héritage, droits etc.

Je ferais une distinction; le clergé séculier (prêtres, évêques etc) contrôlent les mariages et règlementent la sexualité du couple (pas à certaines dates etc, pour raison religieuse). Le clergé régulier (moines...) par essence se sépare des choses terrestres, dont la sexualité. Qui se trouve parfois diabolisée. A noter que la fornication entre homme est toujours mieux vue que de se corrompre avec une femme.

Du coup je suis curieuse de revoir les images en début de site pour constater sur quels types d'édifices on trouve ces gargouilles.

Pour ces raisons je ne crois pas que ces gargouilles aient pour but d'extirper l'idée de sexualité de la tête des fidèle. D'ailleurs certaines figures devaient plutôt les inspirer. Je reste sur l'interprétation apotropaïque. C'est à dire que c'est censé éloigner le mauvais sort.
Dans l'antiquité déjà on utilisait des symboles explicites, phallus etc, en limite du territoire de la cité pour la protéger.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Aaarrrgggh » 29 Jan 2007 09:17

Mais pour éloigner le mauvais sort par rapport à quoi ?
Je veux bien admettre l'idée que les gargouilles dites "classiques", représentant des monstres, des démons, etc. aient été conçues pour chasser les esprits du mal, mais les gargouilles à conotations sexuelles, qu'ont-ells comme lien avec créatures diaboliques ?
Aaarrrgggh
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 241
Inscription: 10 Nov 2006 06:34
Localisation: Tours

Messagede armoisine » 29 Jan 2007 09:40

Aaarrrgggh a écrit:Mais pour éloigner le mauvais sort par rapport à quoi ?

Je ne comprends pas bien ta question. Eloigner les mauvais esprits du lieu sacré. Reminiscence profane.

Aaarrrgggh a écrit:Je veux bien admettre l'idée que les gargouilles dites "classiques", représentant des monstres, des démons, etc. aient été conçues pour chasser les esprits du mal, mais les gargouilles à conotations sexuelles, qu'ont-ells comme lien avec créatures diaboliques ?

On éloigne pas forcément le mal par le mal, le diable par des représentations de gargouilles, de diablotins etc.
Toutes sortes de symboles ont cette fonction. Et sur les églises on trouve toute sorte de chose dont des animaux qui n'ont rien de diaboliques mais qui sont simplement réputés pour leur force, vertue etc.
Comme je l'ai dit plus haut, les attributs sexuels, voire les mises en scène de sexe peuvent avoir cette fonction d'éloigner le mal. Dans l'antiquité, quoi de plus fort et rassurant qu'une virilité triomphante plantée à la croisée des chemins? De plus les hommes du Moyen Age avaient parfois une façon facétieuse d'éloigner le mauvais sort, en se grimant, etc. D'où l'humour de certaines figures qui je suppose "font la nique" au diable.

n. f. XIIIe siècle, dans l'expression dire nic, « se moquer de » ; XIVe siècle, dans l'expression faire la nique. Probablement issu d'un radical expressif évoquant la moquerie, la bravade.Ne s'emploie que dans l'expression Faire la nique à quelqu'un, lui adresser un geste de mépris ou de dérision ; le défier insolemment.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Aaarrrgggh » 29 Jan 2007 10:02

Vous dites peut-être vrai, je ne connais pas assez bien ce sujet pour développer en profondeur. En tout cas, nombre de gargouilles représentaient des créatures fantastiques et non des animaux ordinaires.

Sur un autre site, il est dit que les vices, s'opposant à la virginité de Marie à laquelle se consacre l'église, se devaient de rester à l'extérieur et étaient donc représentés sur ces gargouilles obscènes.

Il y a un bouquin sur les gargouilles :

Confidences de gargouille de Béatrix Beck, Valérie Marin La Meslée.

Peut-être quelqu'un l'a-t-il lu ? le sujet y est sans doute abordé.
Aaarrrgggh
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 241
Inscription: 10 Nov 2006 06:34
Localisation: Tours

Messagede armoisine » 29 Jan 2007 10:28

On est d'accord:

armoisine a écrit:Je remets ici le lien sur les gargouilles que je trouve très bien fait:
http://www.gargouilles.be/
(Pour ceux qui ne connaissent pas, jetez un coup d'oeil au bêtisier des gargouilles :wink: )

En gros ce que j'ai pu lire, c'est que ces figures grimaçantes symbolisent l'évacuation du mal qui s'écoule sans atteindre l'édifice sacré.


Maintenant il semblerait que parmis les photos trouvées par Janus, certaines se situent sur les chapiteaux à l'intérieur de l'édifice (je pense au polychrome).
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Janus » 29 Jan 2007 10:44

armoisine a écrit:Je reste sur 'interprétation apotropaïque. C'est à dire que c'est censé éloigner le mauvais sort.Dans l'antiquité déjà on utilisait des symboles explicites, phallus etc, en limite du territoire de la cité pour la protéger.

Completement d'accord avec toi, c'est bien problable qu'il soit un symbole apotropaïque (mais il faut aussi considerer l'hypothese d'un symbole de fertilité, pas pour éloigner la malheur mais pour obtenir une bonne chance)

Comme je l'ai dit plus haut, les attributs sexuels, voire les mises en scène de sexe peuvent avoir cette fonction d'éloigner le mal. Dans l'antiquité, quoi de plus fort et rassurant qu'une virilité triomphante plantée à la croisée des chemins? De plus les hommes du Moyen Age avaient parfois une façon facétieuse d'éloigner le mauvais sort, en se grimant, etc.
D'accord aussi sur ça: les attributes sexueles étaient assimilés aux "armes", voir par exemple ce livre: "Les Armes défensives", Henri Durville :wink:
_____Image____
_________________Forum sur le Moyen Age Italien
Avatar de l’utilisateur
Janus
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 448
Inscription: 02 Oct 2005 15:37
Localisation: Gênes (Italie)

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron