Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Contre la décadence

Les sources médiévales, difficilement lisibles, sont une aubaine pour les historiens. Elles permettent de donner des indications précises sur la société de l'époque.

Messagede vercoquin » 30 Jan 2007 17:49

Moi, je remercie les forums ! Si ce n'est ici que je l'ai eue, c'est chez son frère... Merci à l'ami de toile qui me l'a transmise ni une ni deux !
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede Dame Bridget » 04 Fév 2007 16:57

:P Je viens de lire les deux poèmes traduits et versifiés, c'est superbe! et d'actualité.
:med20: Puisque tu demandes critiques et bâtons(!) une proposition concernant ce qui peut améliorer la compréhension (cf. Armoisine) et fournir un octosyllabe:
Celui que Dieu a enrichi
Doit savoir le sens garder
je te propose:
Saura raison toujours garder
Ces échanges sur ce site sont passionants et de grande qualité, mersi à vous tous.
Avatar de l’utilisateur
Dame Bridget
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 02 Fév 2007 08:09
Localisation: Yvelines

Messagede vercoquin » 04 Fév 2007 17:38

Heureusement, je ne prends pas les critiques comme les coups de bâton, quoique : ouille ! un pied manquait et cela m'avait échappé ! Chapeau Dame Bridget ! Une seule excuse : c'est mon travail de ces derniers jours, avec multiples manipulations de vers; j'ai du avoir l'esprit embrumé !?
Par contre, "saura raison toujours garder" est trop positif. Dans son texte occitan, Bertran de Born adresse ce "conseil" par opposition à ces seigneurs qui justement doivent oublier le sens humain, trop occupés à faire fructifier et à admirer leur avoir et leur pouvoir.
Doit pourtant savoir sens garder ?
Hé ! Effectivement, textes d'actualité !
J'en ai laissé trois autres au cours de la discussion (pages 2 et 3), que je trouve aussi délicieux.
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede Dame Bridget » 05 Fév 2007 08:00

Certes, c'est plus proche de la traduction et bien compréhensible. Je m'en vais lire les autres, tout en renouvelant mes Hourra! :med26:
Avatar de l’utilisateur
Dame Bridget
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 02 Fév 2007 08:09
Localisation: Yvelines

Messagede Dame Bridget » 05 Fév 2007 08:31

J'ai moi aussi tjs cru que "con" n'avait pas changé de place, en avant, toute!
Connaissez-vous ce texte d'Aragon sur le con d'Irène, avec bruitage d'époque?
« Si petit et si grand ! C’est ici que tu es à ton aise, homme enfin digne de ton nom, c’est ici que tu te retrouves à l’échelle de tes désirs. Ce lieu, ne crains pas d’en approcher ta figure, et déjà ta langue, la bavarde, ne tient plus en place, ce lieu de délice et d’ombre, ce patio d’ardeur, dans ses limites nacrées, la belle image du pessimisme. Ô fente, fente humide et douce, cher abîme vertigineux. […] Et maintenant, salut à toi, palais rose, écrin pâle, alcôve un peu défaite par la joie grave de l’amour, vulve dans son ampleur à l’instant apparue. Sous le satin griffé de l’aurore, la couleur de l’été quand on ferme les yeux […] Han, han, Irène appelle son amant. Son amant qui bande à distance. Han, han. Irène agonise et se tord. Il bande comme un dieu au dessus de l’abîme. Elle bouge, il la fuit, elle bouge et se tend. Han. L’oasis se penche avec ses hautes palmes. » Le con d'Irène
Avatar de l’utilisateur
Dame Bridget
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 02 Fév 2007 08:09
Localisation: Yvelines

Messagede vercoquin » 05 Fév 2007 08:42

Hééé !!!
Non, je ne connaissais pas. Bruitage d'époque ? Est-ce à dire qu'il y eut un enregistrement de la scène ?! Ou simples "Han" ?
Personnellement, je n'aurais jamais cru passer autant de temps en ligne ! L'euphorie de la découverte... Je vais aussi sur un autre forum, consacré aux musiques médiévales, et mon travail s'en trouve dopé ! Discussions d'un immense interêt pour moi. Au début, la forme de ces échanges m'attristait (l'écran me fatigue); maintenant, j'en fais abstraction, surtout depuis que certains de ces échanges se sont traduit par des prises de contact moins virtuels.
Il est très beau, ce texte d'Aragon. Je m'en souviendrai, pour en lire (sur papier) l'intégrale. Merci.
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede vercoquin » 05 Fév 2007 08:51

J'ai moi aussi tjs cru que "con" n'avait pas changé de place, en avant, toute!

Ouf! Que chaque con tienne bien sa place !
à noter que le con dont parle le troub' n'a pas le même sens que celui d'aujourd'hui le con, à l'époque, désigne ..... le postérieur !

J'ai eu un instant de frayeur : si je me trompais, si Trencavel avait raison, aucune chance d'espérer un jour une lignée !
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede vercoquin » 05 Fév 2007 09:03

Et Hop ! Le dernier en cours (à chanter celui-là). Du moine de Montaudon, fin XIIè du siècle... (encore des imperfections, certaines expressions étant à mon avis impossibles à rendre vraiment, alors, ne vous gênez pas, mais, s'il vous plaît, évitez le bâton).

M'ennuie fort j'oserais le dire
Qui jacasse sans trop servir
Et qui aime par trop occire
Et puis m'ennuie cheval qui tire
Serais-je par Dieu secouru ?
Le riche homme montrant l'écu
Qui jamais un coup n'a reçu
Et chapelains moines barbus
Et médisants au bec pointu

Elle m'ennuie dame envieuse
Quand elle est pauvre et orgueilleuse
Mari qui aime son épouse
Quand elle est dame de Toulouse
Et j'ai l'ennui d'un chevalier
Loin de chez lui collet monté
Lui qui ne sait pour s'occuper
Que piler poivre en le mortier
Et mettre le doigt au saucier

Et puis m'ennuie d'autre manière
Lâche homme qui porte bannière
Peu de gibier dans la clairière
Maigre manger grande chaudière
M'ennuie aussi par Saint Martin
Bien trop d'eau dans très peu de vin
Voir un boîteux dès le matin
M'ennuie et l'aveugle aussi bien
Je ne les veux sur mon chemin

M'ennuie l'attente qui trop dure
Viande qui est mal cuite et dure
Prêtre qui ment ou se parjure
Et vieille pute qui perdure
Cela m'ennuie par Saint Dalmas
Méchant homme qui trop amasse
Et de courir sur sol de glace
Fuir à cheval cela me lasse
Joueurs aux dés qui se menacent

M'ennuie par la vie éternelle
Manger sans feu par temps de gel
La vieille peau qui m'ensorcelle
En me montrant ses écrouelles
Comment dire tant il m'ennuie
Vil homme qui bat son amie
Méchant mari par jalousie
Quant à l'amant s'il est gentil
Se moque bien de ce mari

Ce qui m'ennuie par Saint Sauveur
En bonne cour piètre vièleur
Trop d'héritiers pour un seigneur
Et pour bon jeu mauvais prêteur
C'est ennuyeux par Saint Marceau
De deux fourrures un seul manteau
Les prétendants dans un château
Et la richesse sans cadeaux
Et en tournoi flèches et carreaux

Et m'ennuie que Dieu me secourre
La table large et bras trop courts
Et me lever au petit jour
Mauvaise armure haubert trop lourd
Et m'ennuie de rester au port
Par mauvais temps quand il pleut fort
Et entre amis un désaccord
M'ennuie de fait plus que la mort
Surtout s'ils ont tous les deux tort

Et je dirai tout ce que vaut
Vieille catin qui en veut trop
Raillant la fille des caveaux
Jeune à cheval passant au trot
Combien m'ennuie par Saint Aon
La dame grasse au maigre con
Et le seigneur quand il trop tond
Dormant autant qu'il trouve bon
Pires ennuis pire leçon

Tant d'autres choses qui m'ennuient
Courir sans cape sous la pluie
Voir près de mon cheval la truie
Qui sa mangeoire lui essuie
Et m'ennuie ne trouve pas bon
La selle qui perd ses arçons
La boucle sans son ardillon
Homme mauvais en sa maison
Qui dit du mal sur mauvais ton


Et puis, retour de bâton, le texte concerné (où je propose au public de me les assener, ces coups, est sur le blog de Djedge - Trencavel, lien donné dans cette discussion. Amateurs & amatrices !
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede Dame Bridget » 05 Fév 2007 13:21

Très beau texte, qui fait penser à celui écrit au XIème siècle au Japon, par Sei Shonagon: "notres sur l'oreiller", avec "choses tristes", "choses émouvantes", "choses qui ennuient", "choses qui font battre le coeur", etc. Toujours étrange devoir les cultures communiquer ainsi, surtout à cette époque du haut M.A.
Bon, le vers "Et le seigneur quand il trop tond" mériterait, je crois, une petite inversion: "Et le Seigneur quand trop il tond" (à cause de l'assonance et des 2 mots d'1 seule syllabe.
Je ne connaissais pas l'existence de salva-terra, ds le lyonnais.
Avatar de l’utilisateur
Dame Bridget
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 02 Fév 2007 08:09
Localisation: Yvelines

Messagede Trencavel » 05 Fév 2007 13:26

Messire Verco, sitôt dit, sitôt fait ! voilà :
http://img228.imageshack.us/my.php?image=fortmeck4.jpg

Avec quelques annotations à la fin .
Si tu continues, tu vas me pousser à scanner toute ma collection en moins de temps que prévu :)
Ce qui n'est pas plus mal, certes, et même avec plaisir, même si c'est du boulot à scanner et tout :))

En tout cas, bravo et merci pour tes versifications, je pensais pas qu'il était possible de donner à une traduction des rimes à tous les vers, voilà que tu nous prouves le contraire ! macarel ! :)

Remarquez, j'ai des exemples ou il arrivait qu'un troubadour reprenne exactement les mêmes rimes d'une chanson d'un autre, sans pour autant parler du même sujet . Assez surprenant il faut dire, surtout sur de longs poèmes .

Pour revenir au moine, il existe aussi un poème ou il dit au contraire ce qui lui plait . A noter également que tout comme Peire d'Alvernhe, il a fait une critique de 16 de ses collègues, dont lui-même ^^
Défends-moi par l'épée, je te défendrai par la plume .
Avatar de l’utilisateur
Trencavel
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 134
Inscription: 08 Sep 2005 15:56
Localisation: Tarn (81) Pays Cathare aussi, en Albigeois

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron