Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Courage des chevaliers

La différence entre une guerre réussie ou non ne dépend pas uniquement de ses troupes, mais aussi de ses ennemis ainsi que de nombreux facteurs extérieurs.

Messagede gauvin » 09 Sep 2006 10:14

Je m’interroge sur les raisons qui peuvent pousser les chevaliers du moyen-age à charger ainsi sur l’armée adversaire.

Pour la première charge d’une bataille, j’imagine que la certitude de leur supériorité, acquise notamment en raison de leur entraînement, de leur équipement et de leur armement joue fortement en ce sens.
En revanche, quand on pense à des batailles perdues, je me demande ce qui fait que les chevaliers continuent à charger. Par exemple, lors de la bataille de Crécy ou Azincourt, les premiers assauts des chevaliers français sont décimés par les flèches des terribles archers anglais. Et pourtant les charges se succèdent (jusqu’à une dizaine à Crécy). Pourquoi continuent-ils ainsi à se lancer dans ce massacre. Ne voient-ils pas leur compagnons se faire tailler en pièce ? sont-ils inconscients ?

Merci par avance pour votre opinion et vos analyses.
gauvin
 
Messages: 3
Inscription: 29 Juil 2006 13:25

Messagede armoisine » 09 Sep 2006 12:41

Pour ma part c'est l'exemple typique d'un champ de l'histoire des mentalités, des représentations.

En fait, il ne s'agit pas d'observer les actes des hommes du passé avec notre système de valeur, mais bien de comprendre celui de ces hommes là, en leur temps. Ce que l'on peut distinguer à travers ces attitudes, c'est une certaine conception du devoir et de l'honneur, qui fait qu'il vaut mieux mourir bravement que reculer. La vie humaine n'a pas le même poids qu'aujourd'hui (détail important on croit en l'au delà....).

Ca peut paraître extraordinaire voire ridicule mais il ne s'agit pas de juger, juste de comprendre je pense.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Foulques » 09 Sep 2006 21:30

D'accord avec Armoisine. Rappelons aussi que leur statut social dominant ne se justifiait que par leur rôle guerrier. Entraînés toute leur vie à l’affrontement avec un égal, élevés dans la dévotion pour les ancêtres morts au combat, la charge de l’ennemi était pour eux LE moment de leur vie. L’instant tant attendu où enfin ils pourraient justifier de leur rang, honorer leur famille et si possible la couvrir de gloire, se réaliser. Tout les faits d’armes, tous les noms de chevaliers vaincus seront précieusement consignés et transmis à leurs descendants. Des hérauts délégués par les deux armées restent en dehors du combat et les observent.

"Chargeons !" Paraît être la seule stratégie de ces hommes valeureux. Ce qui semble un peu court pour nous, mais notre vision moderne n’était pas du tout la leur. La bataille apparaît comme une addition de combats individuels plus qu’un affrontement d’armées. Le chevalier ne se mesure qu’avec un homme de son rang et de même armement, le reste, la piétaille, l’embête profondément et en les affrontant il s’abaisse plus qu’autre chose. Pour charger ses homologues du camp adverse et arriver le premier devant eux, il tente de se débarrasser au plus vite de ces gêneurs d’archers.

Deux autres aspects :

Non seulement on avait l'assurance que le courage des chevaliers serait au rendez-vous mais en plus on en a rajouté une couche côté français qui nous a fait perdre directement certaines batailles : c'est l’interdiction de reculer demandé aux chevaliers de l’ordre de l’étoile, créé en 1351 par Jean le Bon. Cette noble et stupide instruction empêchera tout mouvement tactique dans les affrontements.

Le dernier aspect est économique. La guerre coûtait extrêmement cher et bon nombre de nobles se sont ruinés à cette occasion (le service limité à 40 jours était une mesure de bon sens économique). L'une des rares façons de faire fortune à la guerre est de capturer un riche noble adversaire. Après cette prise d'otage, le noble à la certitude absolue de se la couler douce et d'enrichir son patrimoine, son fief pour longtemps.
On a l'exemple de chevaliers français qui ont acquis une fortune extraordinaire aux défaites de Crécy ou Poitiers parce qu'ils ont capturés un noble adverse et malgré que leur camp ait perdu. C'est en rapport avec ce que je disais sur la succession de combats individuels plutôt qu'une bataille. Ainsi, même si le combat global semblait perdu, certains pouvaient espèrer faire encore une belle prise qui non seulement les rembourserait mais ferait aussi leur fortune.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Foulques » 09 Sep 2006 21:35

Tiens au fait, je ne sais plus qui nous avait promis une étude sur les chevaliers fuyards mais il a disparu. Dommage.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Re: Courage des chevaliers

Messagede Thom.S » 17 Oct 2006 16:03

gauvin a écrit:Je m’interroge sur les raisons qui peuvent pousser les chevaliers du moyen-age à charger ainsi sur l’armée adversaire.

Pour la première charge d’une bataille, j’imagine que la certitude de leur supériorité, acquise notamment en raison de leur entraînement, de leur équipement et de leur armement joue fortement en ce sens.
En revanche, quand on pense à des batailles perdues, je me demande ce qui fait que les chevaliers continuent à charger. Par exemple, lors de la bataille de Crécy ou Azincourt, les premiers assauts des chevaliers français sont décimés par les flèches des terribles archers anglais. Et pourtant les charges se succèdent (jusqu’à une dizaine à Crécy). Pourquoi continuent-ils ainsi à se lancer dans ce massacre. Ne voient-ils pas leur compagnons se faire tailler en pièce ? sont-ils inconscients ?

Merci par avance pour votre opinion et vos analyses.


Salut! :-)


D'après les lectures que j'ai eues sur la bataille de Crécy, les raisons de ces "charges aveugles" lors de la bataille de Crécy ont pas mal d'explications...




D'abord il y avait bcp plus d'habitants en France qu'en Angleterre, et par voie de conséquence plus de chevaliers et fantassins côté français.

Ensuite c'est eux qui menaient la chasse aux gallois et anglais qui remontaient vers le nord (après avoir fait croire qu'ils voulaient Paris, ils remontaient car c'était la prise de Calais leur vrai but).

La chevalerie française était aussi très réputée à cette date, apparemment la meilleure.


--> D'où un certain orgueil, une assurance sur la victoire sans doute mal placée...?
A tel point que côté français, il n'y avait aucun plan prémédité. Improvisation totale... Toujours cet excès de confiance (c'est pas toujours bon...)





Du coup la débâcle qui a suivi semble s'être jouée sur "une somme de petits détails malheureux" comme disent les entraîneurs de foot en ce moment... :-)


La veille de la bataille les anglais ont eu une journée de récupération, que les français n'ont pas eu ni n'ont pas cherché à avoir.

De plus grosse pluie le soir, ce qui fait que le lendemain les arbalètes des mercenaires génois (au solde des français) n'arrivaient pas à se tendre ! Les galloirs eux avaient mis leurs arcs à l'abri...

Le jour de la bataille, les fantassins ont été (bizarre ça) mis derrière les cavaliers (à confirmer !). Seuls à l'avant-garde les génois. Avec leurs arbalètes totalement inefficaces, ils ont commencé à rebrousser chemin, certains même coupaient la corde de leur arbalète pour montrer leur volonté d'arrêter tout. Tout ça au grand effroi des chevaliers qui ont commencé à en tuer ! (On voit là l'importance du code de l'honneur)

On imagine ce qui se passait dans la tête des archers gallois qui voyaient tout ça, décochant leurs flèches tranquillement.

Bref la suite a été un désastre. Le pire c'est que les anglais avaient une seconde armée postée à côté, qu'ils n'ont même pas eu besoin d'utiliser... Bref ce sont presque les archers gallois qui à eux seuls ont renversé l'armée française du moment...

Dernier "détail" qui rajoute au désastre : les gallois avaient comme consigne de ne pas s'intéresser à des prises d'otages, comme traditionnellement (comme en parle Foulques). Ce qui explique que tous les chevaliers pris dans leur élan j'ai envie de dire "chevaleresque", y sont passés...
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron