Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Da Vinci Code, imposture ou semi vérité?

Vous avez particulièrement apprécié un livre, vous recherchez un ouvrage bien précis...
La section littérature vous est ouverte.

Messagede Le Temple » 17 Mai 2005 13:18

Que penser du Da Vinci Code??

Lors de sa sortie l'an dernier, ce livre a eu l'effet d'une lame de fond.
a quoi attribuer son succés? qui sait, la crédulité des gens lorsqu'il s'agit d'instaurer le doute dans leur croyance ?
(cela paraît bénin mais il est vrai que ça peut perturber les esprits fragiles et réjouir les athés et les anticléricaux), la force due au fait que les arguments soient plausibles?
l'impression d'une révélation? ou le souhait de cette "révélation"?

Bien que certains passages du livre ayant des références sur certains ordres, sur certains sites géographiques soient éronnées, il faut tout de même avouer que l'auteur s'y est extrêmement bien pris pour brouiller les pistes, et instaurer le doute (la Cène de L. de Vinci).

Cependant, il est vrai que certains documents ayant été référenciés dans le livre sont rééls. Je parle des évangiles gnostiques (texte religieux ayant été écrit par les apôtres mais n'ayant pas été reconnus par l'Eglise Catholique et donc ne figurant pas dans le Nouveau Testament), mais je reste sceptique quand à leur contenu (contienent-ils vraiment des indices quoique le Christ et Marie Madeleine avaient, disons des liens intimes? aucune idée, je chercherai des information à l'occasion)

je rassure les puritains, des indices ne prouvent rien

Quand au Prieuré de Sion (qui selon le livre serait un ordre détenteur du secret du Christ) cet ordre adore une déesse, reconnait dans le féminin la création, la naissance, la vie qui divise la vie de la femme en 5 étapes:
la naissance, l'accouplement, l'accouchement, la ménaupause et la mort (les lecteurs de ce livre me corrigeront si je me trompe).
Il faut préciser que l'auteur n'a pas réélement tort du moins dans les fondements.

Il est vrai qu'aucun Prieuré de Sion n'ait existé, du moins jamais fondé en 1099 par Godefroy de Bouillon, par contre une association créée dans les années 50 (statut d'association de la loi de 1901), par un certain Monsieur Plantard ayant pour nom "Prieuré de Sion" a bien existée, je ne m'épencherai pas sur le sujet car je le trouve délicat à aborder.

Cependant, une religion adorant une déésse existe réélement.
Il s'agit de la religion Wiccane ou la Wicca.
Ses origines dateraient de bien avant le christianisme (je tiens à préciser que mes sources ne sont pas le Da Vinci Code mais un livre traitant de la Wicca) la sorcellerie lui est apparenté.
Les instruments de base étant le poignard et la coupe, le poignard ou l'épée symbolise le phallus et la coupe le vagin autrement dit l'homme et la femme fait pour être unis dans la "Grande Union" autrement dit l'harmonie parfaite.

Les wiccans ont un calandrier ou figure leurs fêtes (Beltane par exemple) ou la déésse enfante d'un dieu, l'enfant dieu se fait homme, s'accouple avec la déésse, meure et renaît de la déésse ce qui symbolise l'eternel recommencement (peut être que je lancerai comme sujet la Wicca, si certains sont intéréssés)
Bref, Dan Brown s'est servi de la Wicca pour le prieuré de sion.

Pour conclure, je dirais que les arguements du Da Vinci Code sont plausibles, mais ils sont imparfaits, c'est une demi-vérité.

Pour éviter les doutes, il vaut mieux considérer ce livre comme un thriller, un jeu de piste et d'énigmes. Maintenant, chacun peu mener sa petite enquête si il en a le courage

Voila si certains veulent rajouter un commentaire, ou une réaction, libre à vous...

Le Temple
Avatar de l’utilisateur
Le Temple
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 14
Inscription: 10 Mai 2005 11:56
Localisation: Languedoc Roussillon ou Septimanie

Messagede armoisine » 02 Juin 2005 20:43

Je suis nouvelle par ici et je me présente comme une humble lectrice. Je parcourais le forum quand ce sujet a retenu mon attention. Le Da Vinci code, que je n'ai pas lu, a quelque chose qui me fait réagir.
D'abord, il n'est rien dans la bible qui ne peut être contesté. Exemple l'accés des femmes à la prêtrise. Durant le haut moyen âge, et en Bretagne notamment, des femmes pouvaient rendre des sacrements.
L'eglise est un ensemble de codes qu'il est aisé à manier. Alors en faire un roman est on ne peut plus facile.
D'autre part, le contexte. Le curé de Saint Sulpice l'a dit lui-même, l'important n'est pas ce que croit les gens mais ce qu'ils sont prêt à croire. Et en ce qui concerne le da vinci code, des non croyants sont prêt à croire en une conspiration qui ébranlerait un des fondements de la société occidentale mais non leur propres croyances. Selon moi, ça s'appellle se faire peur, se mettre au bord du précipice sachant pertinemment que le vide n'est pas pour nous.
En cela, moi qui suis chrétienne mais non catholique, je regarde d'un oeil amusé ce remue ménage qui n'a aucune dimension dimension valable en souvenir de la vraie remise en question qu'a pu être la Réforme. D'accord je dépasse les limites du Moyen âge mais on ne va pas se laisser enfermer par des découpages qui relèvent de la nécessité.
Alors cette tempête dans un verre d'eau n'a de sens que parce qu'elle fascine ceux qui ne comprenent pas le fond spirituel, s'attachent à la nature reproductive du christ. Personnellement je ne vois pas le problème et une véritable remise en question fondamentale serait, est-ce que jésus a fermé un jour sa porte à un lépreux sous pretexte que c'était salissant?
Et surtout pourquoi les femmes ne peuvent s'approcher de l'autel (cf saint jean). Bonne nuité à tous!
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Smaragde » 03 Juin 2005 09:55

armoisine a écrit:Et surtout pourquoi les femmes ne peuvent s'approcher de l'autel (cf saint jean). Bonne nuité à tous!


Sauf erreur de ma part (mon atéchisme remonte un peu), St Jean n'est pas en très bonne "odeur de sainteté" en tant qu'évangéliste, non?

Il s'en est fallut de peu qu'on ne le déclare apocryphe, à mon avis, s'il n'était pas commode de lire un de ses textes une fois l'an...

Donc essayer de comprendre ce genre de décisions (peut-être était-il hétérophobe?) de sa part est osé ;)
Lao-Tseu a dit: "Deux Sake et que ça saute!"

"Si tu te sens sombrer dans la Folie... PLONGE!"
Vieux Proverbe Malkavien
Avatar de l’utilisateur
Smaragde
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 140
Inscription: 15 Avr 2005 22:37
Localisation: Bruxelles - Belgique

Messagede armoisine » 03 Juin 2005 17:24

Oups, je me relis et je voie saint jean. Je voulais écrire saint paul.
femmes, soyez soumises à vos maris comme au Seigneur.
Car le mari est le chef de la femme, tout comme le Christ est le chef de l'Église, lui le Sauveur de son corps.
[Lettre de Paul aux Ephésiens, 5:22,23]

L'interêt du phénomène autour de ce livre réside plus je pense dans l'entretien de la question féminine au sein de l'eglise, plutôt que dans la recherche d'un véracité historique.
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Le Temple » 15 Sep 2005 15:29

salut armoisine!

ta reflexion m'a paru trés interressante, de plus que comme toi je suis plus chretienne que catholique, ça fait plaisir de rencontrer quelqu'une qui ne s'arrête pas au 'ouai c'est un roman débile' et tutti quanti, a croire que c'est fashion d'employer cette phrase!

en tout cas ton etat d'esprit est des plus louable!
a bientot sur une autre reflexion!

le Temple
"NON OBIS DOMINE SED NOMINI TUA DA GLORIAM!" "apporte-nous la gloire Seigneur, non à nous, mais à Ton Nom!" (devise des Maîtres de l'Ordre du Temple)
Avatar de l’utilisateur
Le Temple
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 14
Inscription: 10 Mai 2005 11:56
Localisation: Languedoc Roussillon ou Septimanie

Messagede armoisine » 18 Sep 2005 08:26

Merci et à bientôt alors!
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Jehan » 11 Jan 2006 14:57

On peut toujours lire l'Évangile de Thomas, trouvé en Égypte ! Une série de logia attribuées à Jésus. A tendance gnostique me semble-t-il.

Quant à l'historicité de la Bible ! On a bien prétendu avoir retrouvé l'Arche de Noé. Question de foi, ou d'absence de foi.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Mathilde » 15 Juil 2006 13:48

Je l'ai lu par curiosité. Et il m'a tout juste divertie l'été dernier...

J'ai apprécié la conclusion d'un article de la revue "histoire et images médiévales" :

Ce débat sur la vie du Christ qui agite de nos jours de nombreux milieux, et la problématique du Da Vinci Code, liée à la présence d'un sens caché ou de secrets dans les oeuvres de Léonard de Vinci, révèlent surtout notre méconnaissance des Evangiles, du mythe du Graal et de la peinture des XV° et XVI° siècles. Si les symboles nous paraissent aujourd'hui mystérieux, c'est parce que nous ne savons plus les lire...
Avatar de l’utilisateur
Mathilde
 
Messages: 8
Inscription: 15 Juil 2006 10:45

Messagede An1000.org » 27 Aoû 2006 17:24

Françoy a écrit:Pour revenir sur ce sujet qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, je vous propose une vision entièrement historique du mythe de Marie-Madeleine.

Marie-Madeleine n'a jamais existé. C'est un personnage créé par l'Eglise médiévale pour incantifier la "femme" au VIIe siècle (Pape Gégoire 1er).
Elle est "construite" à partir de trois personnages du nouveau testament :
- Maria Magdalena, fille aus sept démons
- Marie de Béthanie, soeur de Lazare et de Marthe
- La prostituée de Naïn, sauvée par Jésus, qui avait lavé les pieds du Christ, essuyés avec ses cheveux.

La confusion est rendue possible par le témoignage de Luc à propos du repas de Jésus avec Simon, juste avant d'évoquer la fille aux sept démons.

Pourquoi est-elle inventée ?
Pour réaliser une figure composite. Afin de pouvoir dire (écrire) des choses qu'on ne pourrait pas dire autrement.

Notez que Marie-Madeleine est toujours représentée avec de longs cheveux dénoués, marque des prostituées à l'époque du Christ. D'ailleurs c'est la clé du personnage de Marie Madeleine. Pourquoi a-t-elle les cheveux si longs ?

Marie-Madeleine, c'est la sainte "spécial femmes". Plus que cela , c'est la troisième femme d'une trinité femelle, les deux autres étant Marie (mère de Jésus) et Eve, la toute première.
Sans Marie-Madeleine, la femme croyante ne peut pas s'identifier. Elle n'a pas de modèle.

Marie est trop parfaite pour être imitée. Pas un modèle, un dogme (immaculée).
Eve est la faute incarnée, la malédiction (les règles des femmes en anglais se disent curse of Eve).

Bref pas un modèle non plus.
Marie est le contraire, le simétrique de Eve. D'ailleurs l'ange Gabriel salue Marie en lui disant AVE. Pas par hasard ce salut inverse de EVA....

Donc on a un extrême (perfection immaculée) et l'autre (fautive absolue).
Pour les femmes, qui forment une part importante de la chrétienté (...) deux choix possibles : soit être une traînée soit une sainte (vie monacale chaste), pas de milieu. Donc pas d'identification possible au sein de l'Eglise Chrétienne. Impossible de continuer comme ainsi, il fallait faire quelque chose.

Donc on crée ce troisième personnage. Avec Madeleine, elles ont un modèle : la "pute" au grand coeur. Prostituée d'abord, puis sainte. Elle incarne le point de passage entre Eve et Marie. Elle incarne aussi l'étendue du possible pour une bonne chrétienne.

Parce qu'elle est différente des deux, mais aussi par ses points communs.
D'Eve, elle a la séduction professionnelle, de Marie, elle porte son prénom (pas de hasard). Elle vit dans l'ombre du Christ, pleure pour lui, est la première à laquelle le Christ paraît ressuscité, bref, sans les cheveux longs on confondrait bien les deux (Marie et Marie-Madeleine).

On voit donc la construction d'un triangle sémiotique : comme elle n'est ni Eve ni Marie, mais qu'elle ressemble aux deux, Madeine articule l'immaculée à la souillée, la pure à l'impure. Elle est le chemin, la voie, la Porte qui permet aux filles d'Eve de devenir la fille de Marie. Suffit de se convertir et hop, le tour est joué.

Bon, et les cheveux alors ?
Ben c'est simplement le signe de la conversion.
Les longs cheveux rappellent qu'elle les a dénoués pour essuyer les pieds du maître. C'est aussi les cheveux longs de la pénitente, si longs que dans le désert, ils lui tombent aux pieds.
Il y a aussi le thème de l'intimité. Une femme y dénoue ses cheveux. Mais pas dehors. Jusqu'au XXe siècle, on ne sort pas "en cheveux", sinon, cela démontre l'attrait pour une vie dissolue, voire, bien pire. Sauf les jeunes filles, pucelles.

Donc les longs cheveux de Madeleine rappellent son impudeur passée, et sa pénitence résumée dan la phrase latine "puella sed non virgo" : jeune fille mais pas vierge. Encore un pont, un passage.

Bref trois images de femme, mais une restriction sévère de moralité sociale.

L'ambivalence prostitution/sainteté persiste dans le personnage de Marie-Madeleine qui n'est qu'une continuité plutôt qu'une rupture.

Dans l'église catholique encore aujourd'hui, une femme ne pe peut être q'une sainte (chaste, une soeur) ou une femme perdue (qui est bien punie puisqu'elle aura le SIDA).

Tout cela pour dire que la Marie-Madeleine de ce livre est une invention du VIIe siècle à des fins de "transfert psychologico-religieux" et que donc tout ce qui est bâti autour de ce personnage ne repose sur aucune base historique sérieuse.

Pardonnez-moi si j'ai digressé.

Lire : les Evangiles selon Luc et Matthieu
Daniel Assasse - On n'y voit rien - Folio Essais 2003


La suite du hors sujet ici : Le mythe de Marie Madeleine :wink:
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Mélisende De Hennezel » 12 Oct 2006 12:46

Salut à ce topic !


Pour donner un semblant d'avis d'historienne d'art sur ce best seller (que j'ai lu par curiosité), il me semble que Brown a grossièrement joué des amalgames entre divers domaines comme l'Histoire, les mythes, l'archéologie, l'étymologie, l'ésotérisme cabalistique avec les coincidences (alors qu'en fait Jésus n'est pas allé en vacances avec Marie-Madeleine dans le sud de la France, non non non ! les paparazzi, déçus de ne pas ramener des clichés de Marie toute en cheveux, ont décidés de se venger et lancèrent une rumeur !! la voilà la vérité ma bonne Germaine ! j'dis !).

Je ne vous cache pas l'agacement qui m'a pris à la lecture de cette interprétation de la fresque de Léonard. A votre avis, c'est grave ou pas de véhiculer médiatiquement des flons-flons fantasmagoriques alors que des historiens d'art (qui y passent leur vie) élaborent minutieusement des interprétations humbles mais vraisemblables (et en plus : mieux écrites), avec la conscience qu'on ne pourra jamais faire tout dire à l'oeuvre d'un tel homme, et qu'il faut arrêter d'y voir ce qu'on veut y voir ? L'historiographie nous montre qu'en fonction des modes et des contextes historiques, on a interprété les oeuvres différemment. Ce Brown, il fait de la rhétorique, il se sert du fait qu'on ne sait rien (comme en science fiction avec les extra-terrestres) pour que tout le monde se dise "mais c'est vrai !" et aille le répéter à son voisin, histoire qu'on se dise : mais c'est vrai, qu'est ce que c'est bien ficelé !
et alors ? JK Rowling en fait autant, sauf que personne se met à croire qu'il existe bel et bien un monde de sorcier autour de nous
L'objectif est bien de "tout y placer", comme dit an1000.org.
(nondidjiou ! c'était la minute "j'défends mon roti !" Pardon d'avoir dérivé :oops: ).

Je salue au passage la mémoire de Daniel Arasse, cité plus haut, qui a été mon professeur d'art moderne, qui n'est plus aujourd'hui et que j'aime énormément lire et relire.

Un bémol ici pour préciser que je n'ai jamais entendu Dan Brown parler de son oeuvre et qu'au fond, je m'en voudrais de lui prêter de telles intentions :twisted: si l'effet de son livre lui a échappé (oups !). Je ne voudrais pas faire de lui un manipulateur mais je ne peux m'empêcher de sourire en me disant que ce qui est un simple roman de fiction a été pris pour une thèse sérieuse qui remettrait en question le savoir de la communauté scientifique et l'intégrité de l'Eglise :roll: .

bon, voyons le positif : le grand intérêt de ce roman au fond, c'est la réaction qu'il suscite. Que nous indique l'engouement pour la remise en question d'une bible sois-disant oubliée par l'époque contemporaine, elle-même soi-disant trop occupée à capitaliser ses contours et ses noyaux ?
Questions ouvertes et multiples sur les prémices d'un obscurantisme latent... (tadaaa!)
En fait il y a certainement matière à comprendre le rapport que l'Occident chrétien entretient avec ses racines culturelles et sa mémoire collective. Mais je m'arrête là, le Da Vinci c'est plus trop d'actualité.

Malgré tout je pense qu'il faut le lire, rien que pour comprendre par soi-même ce qu'il y a dedans et surtout de constater personnellement à quel point c'est mal écrit ! (rhooo ! la vilaine !):mrgreen:
Non, tout compte fait : lisez George Sand.
Désolée pour le pavé...
Ar Resplan la Flors Enversa
Avatar de l’utilisateur
Mélisende De Hennezel
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 60
Inscription: 11 Oct 2006 19:07

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron