Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

De l'intérêt d'une petite forteresse paysanne !

Les sources médiévales, difficilement lisibles, sont une aubaine pour les historiens. Elles permettent de donner des indications précises sur la société de l'époque.

Messagede Jehan » 21 Juin 2006 23:52

A.N. P 1377/2, cote n° 2889

Loys, duc de Bourbonnois, conte de Clermont, de Forez, per et chambrier de France, à nostre amé escuier Pierre de Maizac, capitaine de Murat, salut. de la partie de Pierre de Bor, capitaine de Saint-Bonnet de Fours, pour notre très chère dame et mère, nous a esté signiffié que comme à la requeste et instance des habitans demorans en la ville et paroisse dudit Saint-Bonnet et des villages de Bor, des Landes et de Teilhis, nostre dite dame et mère par ses lettres eust octroyé ja pieça aus diz habitans que ledit lieu de Saint-Bonnet il peussent emparer et faire fort afin de retraire eulz et leurs biens en icellui en cas de besoing. Et pour (raison ?) d’icellui octroy, les diz habitans eussent et aient promis maintenir ledit fort de toute réparacions néccessaires à fait de forteresce et de y faire guet et garde de jour et de nuit et à ce se feussent et soient obligés. Néantmoins depuis ce les diz habitans sont venus par devant nous soubz umbre d’aucunes choses que il nous ont donné à entendre, ont obtenu lettres de nous par lesquelles nous vous mandons que les habitans vous contraignissiez à faire guet et garde à Murat jusques à ce que par nous autrement en feust ordené. (Biffé : les a par vertu desquelles lettres vous les diz habitans) les quelles choses ont esté sont faites au grant grief et préjudice de notre dite dame et mère actendu la dicte obligacion, actendu aussi que ou dit fort notre dite dame et mère a ses greniers où elle fait retraire ses grains qui pourroient dépérir et tourner en ruyne si lesdit fort n’estoit maintenu si comme par ledit capitaine nous a esté signifié en nous humblement suppliant sur ce gracieusement pouveoir. Pourquoy, nous, par considéracion des choses dessus dites nous plaist et voulons que non obstant les dictes lettres obtenues de nous par lesdits habitans, iceulx habitans voisent doresenavant faire guet et garde oudit lieu fort de Saint-Bonnet et contribuent à la fortificacion et réparacion dudit fort par la fourme et amnière que tenus y sont et qu’il faisoient et ont acoustumé de faire par avant la date de noz dernières lettrres par lesdits habitans obtenues, et voulons iceulx habitans estre à ce contrainct par ledit capitaine, ses commis et députez par toutes voyes deues et raisonnables, et vous mandons que doresenavant vous ne contraigniez les diz habitans à faire ledit guet audit lieu de Murat et du contenu en ces présentes laissiez joir et user ledit capitaine sans le molester au contraire. car ainsi nous plaist il estre fait. Donné à Molins soubz nostre seel le VIIIème jour d’avril l’an de gâce mil CCC iiiiXX avant Pasques.

Par le conseil estant en la chambre
des comptes ouquel monseigneur le lieutenant estoit.

J Bremont
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Hermione » 22 Juin 2006 21:01

honte sur moi, j'arrive pas à dépasser la 4ème ligne en vieux françois, sans doute trop ardu ou pas assez familiarisée avec les termes employées :oops:
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede An1000.org » 22 Juin 2006 23:25

Si j'ai bien compris...

Le duc du bourbonnais se plaint à Pierre de Maizac que les habitants de Saint-Bonnet ne gardent pas en état le domaine qui leur a été donné par sa mère.
Il lui demande de les contraindre à respecter ce qui leur a été assigné.
Et il demande que les habitants ne soient pas uniquement affecté à celle de Murat au dédit de celle de Saint-Bonnet.


Jehan ? Alors ?
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Hermione » 23 Juin 2006 22:29

merci pour la synthèse :med21:

.....
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede An1000.org » 23 Juin 2006 23:44

Et tout ça à minuit passé... :-)
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Jehan » 24 Juin 2006 10:59

Pas eu le temps de "traduire" en français contemporain ! Je le ferai à l'occasion.

Alors ? Comme il semble que sur le site les questions "militaires" aient la faveur.... Et de plus, les "petites fortifications villageoises" forment un thème qui m'a un temps intéressé. Dans le corpus juridique du temps, c'est à dire vers la fin du MA, car avnt, l'initiative de telles constructions pouvaient difficilement être contrôlée sauf par la force et le rasement des forteresses, nul ne peux bâtir forteresse s'il n'est autorisé par le suzerain principal : Roi, duc, comte en général. Les forteresses villageoises se répandent à cause de la guerre de Cent Ans, et les principaux pouvoirs les autorisent, généralement avec comme contre partie la mise en sécurité des greniers destinés à serrer les céréales issues des impôts en nature. C'est le cas ici. Je fournirai en complément un texte précisant que dans certains cas, l'obligation était également la construction d'un tel grenier.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Jehan » 25 Juin 2006 15:29

L'autorisation donnée par une autorité, en l'occurence ici le duc de Bourbonnais, à des paysans d'édifier une fortification trouve un autre exemple dans le texte suivant :

"Mathieu Rossignol et Pasquet Sauland, au nom et comme consulz de la franchise et perroisse d'Argentye prenant en main et faisant fort soubz l'obligatio de leurs biens pour les aultres consulz et habitans dudict Argentye quant à leur faire agréable ce qui s'ensuict...."
reconnaissent devoir payer : "la somme de quarante solz tournois de droict cens... sur pour raison et à cause de la mothe foussoyée et murée appellée le chasteau d'Argentie, assize et située audict lieu d'Argentye, laquelle mothe mondit seigneur a permis esdictz consulz fortiffier et pourront et sera loisible esdictz consulz icelle mothe et chastel bastir et fortiffier pourveu que au cas qu'ilz bastirons dans ladicte mothe ils seront tenuz y laisser place et espace pour bastir et ediffier ung grenier pour recevoir et recueillir les bledz deubz à mondit seigneur le duc en la ballye et perroisse duudict Argentye."
Texte du 13 décembre 1494


L'ancienne paroisse d'Argenty est actuellement un gros lieu-dit de la commune de Teillet-Argenty. Le village d'Argenty était un lieu de franchise, les habitants élisant des consuls, et s'étant libérés de leurs redevances anciennes par une taille dite "abonnée".
La motte féodale existe encore. Sans doute édiffiée primitivement entre le IX° et le XI° siècle, elle est un reste d'une fortification du genre tour de bois sur motte, comme il est dessiné dans la Tapisserie de Bayeux. Le texte indiquée qu'elle est entourée de fossées et d'un mur ("la mothe foussoyée et murée") sans qu'il soit possible d'établir s'il s'agît d'une palissade ou d'un mur maçonné. Outre la redevance de 40 sous tournois de cens à verser annuellement, la communauté des habitants doit s'engager à laisser suffisamment de place pour que l'administration ducale puisse y bâtir un grenier destiné à conserver les grains provenus des redevances en nature. Cette mention semble devoir être comprise, en fonction des données d'autres textes contemporains de la même région, de la façon suivante : les réduits fortiffiés ainsi adjugés à une communauté paysanne permettait à chaque famille d'y construire une loge ou pièce de petite dimension destinée à l'accueillir momentanément en cas d'alerte ou de troubles. Il était donc indispensable à l'administration ducale de préciser l'obligation de conserver un emplacement suffisant pour y bâtir le grenier ducal.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos