Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Du discours diplomatique

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede Rekk » 20 Jan 2006 13:57

Du discours diplomatique

La diplomatique est la science qui étudie la tradition, la forme et l'élaboration des actes écrits, ici les chartes, terme générique désignant un acte émanant d'une autorité physique ou morale. Ce qui intéresse ici, c'est la diplomatique médiévale, et plus précisément le discours diplomatique médiéval qui va être utilisé dans le jeux pour rédiger les actes.

Un acte est un discours, divisé en plusieurs parties :

1. Le protocole

a. L'invocation
En tête des documents, figure souvent une invocation ou un signe qui placent l'acte qu'elle consigne sous le patronage de Dieu ou du Roi. L'invocation peut-être symbolique ou verbale (ex. : « Au nom du Père... »).

b. La suscription
La suscription, ou intitulation, suit ordinairement l'invocation, ou, à défaut de cette dernière, se trouve en tête de l'acte. C'est la partie au cours de laquelle l'auteur de l'acte se présente (ex. : « Charles, Roi de France par la grâce de Dieu le Père »). Dans l'intitulation figure souvent une formule de dévotion (ex. : « Par la grâce de Dieu le Père ») ou d'humilité (ex. : « Charles, humble Roi de France »).

c. L'adresse
L'adresse indique à qui l'acte est destiné. Elle peut être générale, adressée à tous, ou particulière, adressée à une personne ou un groupe de personnes (ex. : « A tous ceux qui verront cette présente lettre »).

d. Le salut
Le salut est presque inséparable de l'adresse. Il est composé de quelques mots. Il peut s'agir soit d'une formule de perpétuité (ex. : « à perpétuité »), soit d'un salut proprement dit, éventuellement assorti d'une bénédiction (ex. : « salut avec la bénédiction de Dieu le Père ») , soit d'un souhait (ex. : « salut et que vie soit longue »).

2. Le texte

a. Le préambule
Le préambule est l'exposé des motifs généraux de la confection ou de la passation de l'acte juridique, comme le contenu de la fonction royale. Il est destiné à affirmer l'intérêt et la légitimité de l'action juridique posé dans un contexte plus général (ex. : « la bonne administration des archvies exige que soit pourvus sans délais aux offices »).

b. La notification
La notification montre l'activité de la Chancellerie (ex. : « Nous faisons ce qu'il faut »).

c. L'exposé
L'exposé est un récit qui explique quelle action juridique donne lieu à l'acte ( ex. : « untel, notre fidèle, venant auprès de l'excellence de notre hauteur, demanda que la charge que nous lui avions donnés en propre, par le précepte de notre autorité et grâce à la bénignité de notre générosité, nous les confirmions par notre autorité comme donnés à lui, de sorte que nous ayons soin de satisfaire plus pleinement à la dévotion de notre fidèle »).

d. Le dispositif
Le dispositif est le cœur de l'acte. Là est noté l'action juridique qui a donné lieu l'acte. La déclaration de l'action juridique peut-être assortie de clauses secondaires :
clause injonctive, ordonne à un ou plusieurs agents de veiller à l'exécution des mesures prises (ex : « Si nous donnons en mandement à nos officiers et magistrats, ou à leurs lieutenants présents et à venir, comme lui appartenant, de faire notre présente ordonnance, de l'enregistrer et ycelle tenir et garder, sans l'enfreindre aucunement aujourd'hui ou à l'avenir »).
clause dérogative, prévoit que la mesure prise est d'application nonobstant opposition, appel ou document contraire (ex. : « non obstant quelconque dons ou transports comme il est dit »).
clause de réserve, prescrit le respect des autres autorités et pouvoirs (ex. : « sauf notre droit en autres choses et l'autrui en toutes ».
clause de promesse ou d'obligation voient l'engagement du disposant et de sa famille à exécuter la disposition prévue (ex. : « et promettant a tenir ferme et gréable tout ce qui aura été consenti, gréer et ratifier par les dessus dits monseigneur Sindri et monseigneur Úri ou par l'un d'eux, sur l'obligation de tous mes biens ».
clause de renonciation, interdit de recourir à des ficelles juridiques pour contester après coup la disposition approuvée (ex. : « renonçant à ce dit au dessus, en effet, moi, untel et unetl et chacun par soi, sous couvert de Dieu le Père, à tout droit, à tout privilège, à tout statut... »).
clause de consentement, décline l'identité de tous ceux qui ont approuvé l'action.
clause commitatoire, vise à menacer des peines les plus sévères ceux qui contreviendraient aux dispositions prévues par l'acte (ex. : « Qu'aucun homme ne puisse enfreindre la page de notre concession, ou aller à son encontre par une audace téméraire »).
clause prohibitive, interdit de modifier l'action juridique consignée dans l'acte (ex. : « Si cependant quelqu'un osait le tenter, qu'il sache qu'il encourra l'indignation de Dieu le Père tout-puissant »).
clause pénale menace d'une amende ou d'une autre peine les contrevenants (ex. : « si quelqu'un cependant voulait violer ou dénoncer cet accord, qu'il ne puisse revendiquer ce qu'il cherche, et, contraint par la puissance judiciaire, qu'il paye tant de pièces d'or »).

e. La corroboration
La corroboration, parfois absente, explique que c'est dans un souci de renforcer l'acte que les signes de validation sont prévus (ex. : « et pour que l'autorité de notre confirmation que voici obtienne une vigueur plus ferme, au nom d'Aulë, dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et nous avons ordonné de la signer par l'impression de notre sceau »).

3. L'eschatocole

a. La date
La datation des actes est d'usage dans les Chancelleries. Elle reste variable selon celles-ci, suivant par exemple le comput des années de règne des rois (ex. : « tel jour, de tel mois de telle année du règne de Charles »).

b. L'apprécation
L'apprécation est une petite formule (ex. : « Au nom de Dieu le Père, heureusement »)

c. Mentions hors teneur
Les mentions hors teneur se trouvent en bas du parchemin. Ce sont de courtes mentions relatives à l'élaboration de l'acte, comme le nom scribe, de ceux qui ont donné l'ordre de faire l'acte (ex. : « Autrefois ainsi signé par monseigneur le Roi »).

La prochaine fois, je posterai un exemple analysé à la lumière de ce qui précède.
_________________
Sources :

• Commission internationale de diplomatique, Vocabulaire international de la diplomatique, éd. par Maria Milagros Cárcel Ortí, Generalitat/Universitat de València, Valencia, 1997 (1re éd. 1994), 308 p.
• GIRY Arthur, Manuel de diplomatique, Slatkine, Genève, 1975, XVI-944 p. [fac-similé de l'édition Hachette, Paris, 1894].
• GUYOJEANNIN Olivier, PYCKE Jacques et TOCK Benoît-Michel, Diplomatique médiévale, "L'atelier du médiéviste" 2, Brepols, Paris, 1993, 454 p.
• L'entreprise d'enseignement en ligne de l'Ecole des chartes et de la Sorbonne, intitulé Theleme : techniques pour l'historien en ligne : études, manuels, exercices, concernant ici la diplomatique.
Dernière édition par Rekk le 20 Jan 2006 14:24, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Rekk
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 195
Inscription: 17 Oct 2004 14:44
Localisation: Courcouronnes, Essonnes (91), France

Messagede Rekk » 20 Jan 2006 14:00

Analyse diplomatique : Charte au sujet du tonlieu [1] qui est à Saint-Florent

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et de l'indivisiable Trinité, [Protocole initial, Invocation]

moi, Geofroy, comte d'Anjou et Agnès comtesse,
[Suscription]

[Aucune adresse ni salut]


nous souvenant de l'immensité de nos péchés et inquiets pour notre salut, pour que Dieu tout Puissant accorde le salut de nos corps et qu'il ait pitié de nos âmes dans l'éternité et aussi pour la rédemption des âmes de nos parents nommément de l'illustre comte Foulque et de son épouse Hildegarde,
[Préambule]

[Aucune notification ]

nous désirons toujours accroître de quelque supplément de richesses terrestres les biens du monastère de la Sainte-Trinité fondé, il y a certes longtemps, au bourg de Vendôme et que nous avons, la divine mésiricorde aidant, fondé à nouveau en tant qu'abbaye, ayant ainsi le très grand espoir d'obtenir le pardon de nos péchés.
[Exposé]

Donc, nous remettons en donation immédiate au Dieu créateur de toutes choses existant dans la sainte Trinité pour l'usage du même monastère, par l'intermédiaire du seigneur abbé Odric, la part entière du tonlieu levé au bourg du bienheureux Florent sis sur la Loire que moi, Agnès, je partagerais jusuq'ici avec Saint-Florent, avec tous les supplementa
[2] que je sais que les moines de Saint-Florent lèvent sur certains objets, à l'exception du tonlieu qui a été déplacé au castellum d'Ancenis, [Dispositif]

en sorte que désormais l'abbé susdit et ses successeurs et les frères du monastère susdit la possèdent en toute sécurité, sans aucune opposition et que si une infraction quelconque était faite, l'abbé ou les moines de la Sainte-Trinité reçoivent la partie de l'amende qui leur parviendra dans la mesure où celle-ci sera un supplément de richesses terrestres pour les pères du même lieu et que cela nous serve pour le prix de notre rachat éternel.
[Clauses pénales, ici clauses pénales]

Sceau de Geoffroy, comte,
d'Agnès, comtesse,
Focalis,
Rahier,
[Protocole final, ici eschatocole]

Renaud, notaire, a écrit et ratifié,
[Souscription de chancellerie]

Daté en lac cité d'Angers le 15 des calendes de janvier.
[Date]

Au nom de Dieu. Heureusement. Amen.
[Apprécation]

Extrait de Mantellier, Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant d'icelles, t. III, doc. 793

_________________
[1] Taxe sur le commerce et la circulation des marchandises.
[2] Le supplémentum/a, est un prélèvement pour assurer la "subsistance" des ecclésiastiques.
_________________
Source : MERDIGNAC Bernard et CHEDEVILLE André, Les sciences annexes en histoire du Moyen Age, PUR, Rennes, 1998, p. 130.
Avatar de l’utilisateur
Rekk
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 195
Inscription: 17 Oct 2004 14:44
Localisation: Courcouronnes, Essonnes (91), France

Messagede Luc » 21 Jan 2006 03:21

Bonjour a vous tous

Voici un discours politiques sur les Affaire présentes de 1746 du secrétaire aux affaire étrangéres (René Louis, Marqui D'Arcason.)

(A considérer l’état où étaient les choses pendant l’hiver dernier, ne pouvait-on pas, Messieurs, regarder le prétendu empereur comme un étron dans une lanterne, et la reine de Hongrie, sa femme, comme la biche aux abois ?

Le roi d’Angleterre paraissait entre deux selles le cul à terre, ayant également à craindre pour Londres et pour le Hanovre. Nous pondions sur nos oeufs et, quant au roi de Sardaigne, il était en telle presse, qu’on lui aurait bouché le derrière avec un grain de millet; Le prince Edouard faisait florès: et donnait du fil à retordre à ses ennemis.

Le roi de Pologne, électeur de Saxe, avait été réduit à ne faire pendant pLusieurs années que de petites crottes; mais, tout d’un coup, la chance a tourné.

Et comment cela, me direz-vous? Le voici, Messieurs. La reine d’Espagne est un bâton merdeux qu’on ne sait par quel bout prendre. Elle a toujours eu, vous le savez, la fureur de péter plus haut que le cul. Qu’en est-il arrivé? Le roi de Prusse nous a pété dans la main, et le roi de Sardaigne nous a chié du poivre.)


CONCLUSION: Tout qu'une diplomatie

Bien a vous
Luc
Dernière édition par Luc le 21 Jan 2006 15:59, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Luc
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 15 Jan 2006 15:29
Localisation: Québec (canada)

Messagede snorri » 21 Jan 2006 09:16

ImageImageImage

La bien venue Luc ...
Eitt sinn skal hverr deyja
Chacun doit mourir un jour
Image
Avatar de l’utilisateur
snorri
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 801
Inscription: 25 Nov 2004 15:35

Messagede Luc » 21 Jan 2006 16:20

Merci a toi snorri

Je suit du Québec au Canada. Je conduit des camion remorque dans le transport d'alimentation a température contrôlé.

Ma passion c'est l'étude de la chevalerie Chrétienne et de l'histoire des chevalier templier. l'époque médiéval me passione énormément.

Au plant politique, je suit Royaliste

Pour la religion, je suit un encien moine catholique de la spiritualité du frére Charle de foucaux (C'est un pére du désert) Et je chemine chaque jour en tout sagesse et humilité pour mon salut éternelle.

Et toi copain tu fait quoi dans cette histoire. C'est quoi ta passion ou ton travail.

Au plaisire de communiquer
Arivéderchie
Luc
Avatar de l’utilisateur
Luc
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 22
Inscription: 15 Jan 2006 15:29
Localisation: Québec (canada)

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron