Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Eglise et homosexualité

Ensemble des croyances, des dogmes, des pratiques et des rites définissant le rapport de l'humain avec le sacré durant le Moyen Âge.

Messagede armoisine » 02 Fév 2006 17:29

Je mets ici le message que j'avais posté dans "les templiers", vu que cet article peut constituer un post à lui tout seul.

L'intitulé dit tout: L'église n'a pas toujours condamné à mort les sodomites. Historia, février 2002

L'église médiévale hérite du judaïsme une conception étroite de la sexualité: en dehors de la procréation, point de salut mais une intolérance systématique et pléthore d'interdictions. Alors que l'homosexuel au sens moderne n'existe pas, la pratique de la sexualité entre personnes du même sexe souffre d'une ambivalence irrésolue, tour à tour "péché qui ne sera pas pardonné" et "moindre péché".
C'est la genèse qui, la première, formule une condamnation avec la destruction de Sodome. Le lévithique explique l'interdiction, affirmant que "quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont commis tous deux une abomination. Ils seront punis de mort.". Les Assyriens et Egyptiens réprouvaient cette pratique mais le judaïsme est le premier à prescire la mort. Saint Paul, pharisien intégriste avant sa conversion, reprend la loi mosaïque et transfère au nouveau testament l'interdiction du "vice contre nature".

Dans les premiers siècles de l'église les pères imposent la nouvelle morale au sein d'une culture greco-romaine qui fut toujours très tolérante. C'est le pouvoir temporel qui le premier légifère. En 342, Constantin II demande des "supplices raffinés" pour ceux qui sont considérés à présent comme des criminels.
L'église sera toujours plus clémente que le pouvoir civil, particulièrement pour ses clercs. Le double standard en matière judiciaire étant la règle -des tribunaux laïcs pour les laïcs, religieux pour les clercs, cohabitent- l'église n'abandonne pas les siens aux laïcs. Selon Maurice Lever, "la chrétienté médiévale se montre relativement sereine devant le péché contre nature". Comme la masturbation, l'adultère, la zoophilie, le viol, l'union charnelle en période d'abstinence religieuse..., l'homosexualité fait partie des "humbles réalités humaines" que les curés gèrent quotidiennement dans leur paroisse.

Les pénitenciels (répertoires codifiant les pénitences pour chaque péché) tiennent compte aussi bien du péché que de l'âge et de la condition du pécheur. Plus ce dernier est jeune, moins la pénitence est lourde. A l'inverse, les clercs et les religieuses qui péchent sexuellement sont les plus lourdement condamnés. Plus ils sont haut placés, plus c'est lourd, mais ces pénitences sont souvent allégées par l'aumône ou le pélérinage.
Et encore une fois les péchés sexuels ne sont pas considérés comme les plus graves. Si en 805, Charlemagne rappelle la loi, une anecdote sous Hugues Capet révèle la tolérance qui règne autour de l'an mil (il cache de son manteau deux hommes qui se caresse dans l'église pour leur laisser le temps de s'eclipser).
De son côté, l'église assimile la sodomie à l'hérésie, ces rapports détournant la nature, comme l'hérésie détourne le message évangélique. Ainsi pour les cathares "bougres", ou les templiers. Mais cela ne signifie pas qu'ils aient effectivement "pratiqué". Un seul concile, celui de Naplouse (1120) condamne les homosexuels au bûcher. Cette rigueur s'explique par le fait que des laïcs s'étaient joints aux religieux.

A partir des XII-XIIè s, l'attitude de l'église change. Le concile de Latran III (1179), en pleine réforme grégorienne pour la réorganisation de la chrétienté, se montre très intolérant d'une manière générale. Prêteurs sur gages, hérétiques, juifs, mercenaires sont sanctionnés. Les clercs homosexuels sont réduits à l'état laïc ou enfermés dans un monastère. Les laïcs eux sont excommuniés et mis à l'écart de la communanuté.
Le quatrième concile de Latran (1215), moins sévère, prescrit des sanctions pécuniaires contre les prélats qui protègent les prêtres coupables de fautes sexuelles.

La création de la sainte inquisition (1231), avance d'un pas vers la répression. La législation civile, trop heureuse que pour une fois, l'église se montre plus stricte qu'elle, emboîte le pas. Le premier receuil de dorit coutumier (coutume de touraine-Anjou 1246) indique que "si quelqu'un est soupçonné de bougrerie, la justice doit le prendre et l'envoyer à l'évêque; et s'il en était convaincu, on devrait le brûler. Et on doit faire de cette manière avec un hérétique s'il y a preuve." On a ici un exemple flagrant de l'assimilation entre l'homosexualité et l'hétérodoxie religieuse.

Cet impressionnant arsenal législatif ne doit pas pour autant induire en erreur. Maurice Lever souligne que sur les 73 procés pour sodomie qui eurent lieu en France entre 1317 et 1789, il n'y eu que 38 exécutions capitales dont celle de 2 femmes (exécution liées pour plus d'une douzaine de cas à des viols, rapts, meurtres), 8 exécutions en effigie, le coupable étant en fuite, 10 peines de bannissement, galères et prison, temporaire ou à perpétuité, 2 amendes, dont une à une femme, 10 acquittements, libérations et non-lieu (dont 3 de femmes), un suicide et 4 senctions inconnues. Comparé au nombre de sorcières, charlatans ou hérétiques brûlés en france pendant la même période, c'est peu. C'est à Laon que s'embrase le premier bûcher pour un homosexuel, un certain Robert de Péronne dit de Bray.


Yvan Matagon
Dernière édition par armoisine le 02 Fév 2006 17:31, édité 1 fois.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede armoisine » 02 Fév 2006 17:31

Il existe dans le même numéro un article du même auteur sur une affaire en particulier.

Il s'agit en 1324 d'Arnaud de Verniolle inculpé d'usurpation et d'hérésie par l'inquisition, d'absolution invalide et de sodomie. Devant la peur du scandale, l'église le condamne pour hérésie. Pouratnt le sous diacre ne renie rien, surtout pas son homosexualité qu'il revendique.

D'autre part il est intéressant de noter qu'à cette occasion on a pu constater que les relations sexuelles étaient beaucoup mieux considérées entre hommes plutôt qu'avec une femme. En effet, toucher une femme c'est pire car dans un contexte de controle social absolu, "la défloration, l'adultère et l'inceste" sont effectivement des crimes sociaux car ils remettent en cause toute la structure sociale héritée des ancêtres germaniques et des lointains indo-européens. L'homosexualité parce qu'elle n'engage pas la reproduction, n'a pas d'influence sur le lignage. Elle peut donc être perçue comme "un moindre péché".

En gros, la femme c'est plus mauvais que tout :twisted: .
Autant sur le principe féminin que sur le principe d'homosexualité, notamment entre prêtres, c'est vachement d'actualité dans la tête de Benoît XVI......
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron