Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Energie tellurique et Bâtisseurs

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede armoisine » 16 Mai 2006 17:00

Je ne savais pas trop où mettre ce sujet suggéré dans le post sur Montsaunès.

Alors comme point de départ, voici l'article de Wiki qui définit la Géobiologie ou Radiésthésie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9obiologie_(radiesth%C3%A9sie)

La géobiologie est l'étude de supposées influences de l'environnement sur le vivant, et notamment des interactions entre les champs magnétiques, les courants d'eau souterrains, les réseaux métalliques, les failles géologiques,... et l'état physique et mental des hommes.

On est dans la supposition mais je pense que chacun peut se faire une idée.
Perso je trouve ça tout à fait cohérent. Un prof d'archéo médiévale nous avait d'ailleurs parlé des vertus de cette technique pour trouver des vestiges enfouis, qui à sa grande surprise avait fonctionnée.

Maintenant il s'agit de savoir où en étaient ces connaissances dans le passé, et quel en était l'usage. Et comme je l'ai dit dans l'autre post, se méfier je pense des coïncidences a posteriori.

Voilà ce que dit l'article au sujet des bâtisseurs anciens:
Les ondes liées à ces phénomènes sont de type scalaire, elles peuvent être ressenties par les personnes sensibles, mais il n'existe à l'heure actuelle aucun appareil capable des les mesurer directement (de la même manière qu'il n'était pas encore possible au Moyen Âge de mesurer les ultrasons ou les ondes radio). Pour l'heure, leur existence n'est donc pas scientifiquement prouvée. On peut toutefois les mesurer indirectement, à condition de se trouver dans un lieu clos. L'appareil permettant cela est appelé "sonotest", et fonctionne sur le même principe qu'un sonar : on génère une onde sonore en frappant un diapason, le son est capté via un microphone, puis visualisé sur l'écran d'un oscilloscope. On voit ainsi apparaître sous forme graphique les différences subtiles de densité de l'air induites par les ondes telluriques.
Dernière édition par armoisine le 16 Mai 2006 17:46, édité 1 fois.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede armoisine » 16 Mai 2006 17:41

Difficile de trouver du sérieux sur le net à ce sujet.

Ici, peut être:
http://www.geniedulieu.ch/article.php3?id_article=20

Des ouvrages qui ont l'air intéressant, Géométrie sacrée, Géobiologie sacrée, etc.

L’architecture invisible / Georges Prat/ Arkhana vox
un livre général sur les phénomènes telluriques et la géométrie des lieux sacrés, richement illustré

L’art templier des cathédrales / Robert Graffin / J.-M. Garnier / 93
une réflexion pertinente sur l’art des bâtisseurs


Puis ici, un article L’Art des Bâtisseurs :
http://www.geniedulieu.ch/article.php3?id_article=23

Ceux où l’histoire locale rapporte des guérisons miraculeuses ou des apparitions de la Vierge Marie sont toujours des lieux où les énergies telluriques sont intenses et multiples : courants telluriques, réseaux telluriques, eau souterraine, faille, magnétisme puissant, et parfois même de la radioactivité.

Et pourtant, ces lieux ont une propriété curative, car les énergies telluriques sont parfaitement équilibrées par les énergies cosmiques. Cet équilibre, né de l’harmonie du lieu, régénère l’homme dans son corps, son âme et son esprit et est une garantie pour sa santé physique, mentale et spirituelle. Si tout était si simple, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de médecin ! Hélas, le pouvoir des pierres n’agit que lorsque toutes les conditions sont réunies : un lieu - un jour - un accord vibratoire.


Les églises n’ont pas été construites pour nourrir notre être matériel, conditionné par le cycle ’’produire - consommer - mourir’’, entretenu par les pouvoirs en place, mais pour nourrir notre être spirituel.

L’étude géobiologique des lieux sacrés leur donne une nouvelle dimension. A force de patience, d’intuition et d’ouverture d’esprit, il est possible de faire des découvertes passionnantes. Chaque église est différente par le lieu et les intentions des bâtisseurs. Les éléments d’architecture peuvent généralement être lus à plusieurs niveaux : tellurique, énergétique, biblique et symbolique, car l’architecture de ces édifices est à l’image du vivant : interactive et complexe (à ne pas confondre avec compliquée).

Apprécier un haut lieu, c’est en ressentir les vibrations dans tout son être. Les accepter, c’est s’attendre à ce qu’elles réveillent en vous ce que vous aviez laissé de côté...
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Re: Energie tellurique et Bâtisseurs

Messagede Foulques » 16 Mai 2006 20:44

armoisine a écrit:Perso je trouve ça tout à fait cohérent. Un prof d'archéo médiévale nous avait d'ailleurs parlé des vertus de cette technique pour trouver des vestiges enfouis, qui à sa grande surprise avait fonctionnée.

Pardon ? Comment a fait ton prof pratiquement ? :med18:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede armoisine » 16 Mai 2006 20:49

Il aurait pris des bâtons, les aurait tenu en main de façon à ressentir certaines vibrations.... Bon, je n'y étais pas mais j'ai déjà entendu ce genre d'expéreince dans la bouche d'autres archéologues....

Je n'aime pas être bassement scientifique, et je peut admettre qu'il y est des forces auxquelles on soit sensible. Toutefois, je ne suis pas non plus bassement "gobe-gobe" comme dirait une amie, et il se peut que ce soit une expérience "conditionnée" par d'autres aspects. Encore une fois, je n'y étais pas. :D
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Foulques » 16 Mai 2006 21:40

Ce que tu décris s'apparente à la recherche des sourciers avec leurs baguettes... Il paraît que ça marchait. Va savoir...

Oui je suis d'accord avec ton approche, il faut être rationnel mais nous sommes encore loin d'avoir compris toute la science recélée par la terre. Le gros pb avec ce genre de choses est que ça attire pas mal d'allumés, alors il faut y aller prudemment.
L'article de Wiki ne m'a pas trop convaincu.

Je me souviens que Janus nous a promis d'intervenir là-dessus !
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Janus » 17 Mai 2006 09:23

Foulques a écrit:Je me souviens que Janus nous a promis d'intervenir là-dessus !

Bien sur! mais je vous avais dit aussi que je l'aurais fait pendant le week end! :wink:
En considerant que je ne sais presque rien sur ça: je dois faire un petite recherche sur le net et le difficile c'est de ne pas la faire dans ma langue maternelle (il serait inutile de vous signaler des liens en italien! :? )

armoisine a écrit:Il aurait pris des bâtons, les aurait tenu en main de façon à ressentir certaines vibrations....

C'est quoi? ... un rhabdomancien??? J'ai bien compris?
En effet ... j'avais entendu que ces vibrations peuvent etre originées aussi en proximités des cours d'eau: mon ami sercostanzo disait que sous beaucoup d'eglises du MA il y a un cours d'eau ... il donnait à l'eglise un peu d'energie!
ça peut expliquer la technique de ton rhabdomancien - archéologue! :wink:
_____Image____
_________________Forum sur le Moyen Age Italien
Avatar de l’utilisateur
Janus
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 448
Inscription: 02 Oct 2005 15:37
Localisation: Gênes (Italie)

Messagede Janus » 21 Mai 2006 17:17

Me revoilà! :P

j'ai fait une petite recherche ...

Les réseaux cosmotelluriques.
http://alain.gilfort.free.fr/menhiroj/Chapitre%2006.htm
Les grandes civilisations passées connaissaient pour les avoir utilisés les réseaux cosmotelluriques. Les chercheurs des temps modernes les ont redécouverts. Aujourd'hui le Docteur Hartmann est l'un des plus célèbres pour avoir donné son nom au réseau "H".
Ce réseau est orienté Nord-Sud et son maillage est dans cette direction de 2 mètres. dans le sens Est-Ouest, la distance de la résille est de 2 m 50. L'épaisseur des lignes qui forment le réseau est de 21 centimètres. Curry a été l'inventeur du réseau diagonal qui porte son nom. C'est un réseau dérivé et oblique par rapport au réseau H, dit orthogonal.
Le réseau sacré ou grand réseau par rapport au petit réseau que l'on considère comme réseau de base, le réseau H, est comme lui orthogonal c'est à dire Nord-Sud. Il présente des mailles de 100 kilomètres sur 100 kms et comme il relie les grands "sanctuaires" de la planète certains l'appellent le réseau sacré d'autres continuent de parler des ley lines...
Nous serons donc amenés à considérer les petits réseaux et le réseau sacré.
Nous ne voulons pas reprendre une étude historique que chacun pourra trouver à l'occasion dans une multitude d'ouvrages, mais il est bon d'en percevoir les grandes lignes et d'en rappeler l'essentiel.
Il est bon de rappeler que tous les bâtisseurs des grandes civilisations passées connaissaient l'existence du réseau de base orienté Nord-Sud. Ils en avaient au moins une connaissance empirique suffisante pour les domestiquer à volonté.
Ce sont les anciens Egyptiens, les Grecs, les Romains, les Hindous, les Thibétains, les Chinois qui utilisent toujours le Feng-sui pour implanter leurs maisons. Ce sont les constructeurs des temples Egyptiens, les bâtisseurs des cathédrales au Moyen Age héritiers de leurs prédécesseurs de secrets jalousement gardés dans les arcanes de leur confrérie. Et ce sont aussi ceux qui ont couvert des régions entières de pierres dressées. Ces premiers monuments mégalithiques dont l'origine se perd dans la nuit des temps et pour lesquels nos contemporains se perdent en conjectures de toutes sortes pour expliquer ou justifier leur utilité.

(...)

Le pouvoir des formes

Les pyramides sont sur l'un de ces grands réseaux ainsi que Stonehenge en Grande Bretagne, Delphes, en Grèce etc...
Ces lignes constituent tout un système de lignes de force subtile. Elles furent détectées et balisées dès les temps les plus lointains par les sages qui avaient la connaissance de ces forces de la terre et du cosmos. Ces lignes étaient porteuses d'une énergie qu'ils savaient canaliser à volonté. Les bâtisseurs de la civilisation mégalithique régulaient leur environnement parce qu'ils savaient domestiquer cette force. Le moyen employé consistait à dresser ces antennes de pierre que constituaient leurs menhirs à la fois émetteurs et récepteurs. Dans des lieux spécifiques également particulièrement énergétiques nous retrouvons les pyramides, Stonehenge, Delphes où officiait la pythie, Sedona en Arizona où sont situés quelques fameux vortex d'énergie cosmotelluriques. Sous ces lieux se croisent les lignes de ce réseau sacré qui les intègrent comme autant de foyers d'énergie ou de condensateurs.
Lors d'un voyage aux Etats-Unis, il m'a été possible d'éprouver les flux énergétiques des vortex de Sédona. En Californie à Ojaï la visite du mont Méditation m'en a fait découvrir un autre sur une colline dont la tête a été rabotée pour l'édification du temple. Une émule d'Alice A. Bailey, Florence Garrigue a réalisé cet ouvrage dans ce lieu précis à la suite d'une "illumination".
La première surprise a été de constater sur le périmètre de son emplacement un maillage du réseau de base de l'ordre de 3 mètres, identique à celui que j'avais pu relever sur l'esplanade des grandes pyramides en Egypte ou encore à Tel El Amarna en Egypte également.
La seconde a été de constater l'absence de réseau H à l'intérieur des salles de méditation (dans la grande comme dans la petite) à l'instar des temples Egyptiens ou Thibétains. Sans doute sommes nous sur la ligne de la faille fameuse de San Andréas...
Je n'ai pu avoir d'autre précision de la part de celui qui nous y avait aimablement reçu pour dissiper le mystère de celle-ci : la construction a été exécutée suivant "la guidance" reçue par la fondatrice.
En revanche, il y a la forme spécifique des toits et l'orientation comme on pourra s'en rendre compte sur le tableau des mesures que j'avais pu effectuer. Ainsi pas de réseau de base dans les salles de méditation, les lignes étaient rejetées dans les cloisons. Le gardien qui nous avait reçus m'avait fait visiter son logement. son lit était sur un point négatif extrêmement nocif. Il n'avait pas l'air de connaître ni les lignes du réseau ni Hartmann.
Il suivit néanmoins mes explications et, accepta de placer son lit en zone neutre. Ici encore on retrouve cette idée que le temple comme l'église est une centrale énergétique entre les forces involutives qui descendent et les forces évolutives qui s'élèvent. Il ou elle est comme un trait d'union entre les énergies cosmiques et telluriques. La zone neutre sans réseau est l'endroit où se réalise le mieux cet équilibre. Il ne s'agit pas d'élever les vibrations terrestres, il s'agit d'élever l'être vers la spiritualité c'est à dire d'élever sa conscience (ou de prendre conscience) c'est d'ailleurs l'objet de la méditation.
Dans la région de Santa Barbara à 175 Kms de Los Angeles les maisons avaient une propension singulière à diffuser de la négativité. j'ai dû rééquilibrer plusieurs habitations où j'avais été reçu. Heureusement les cristaux de roche, c'est à dire de quartz, dans ce pays sont d'un prix très abordable pour une taille très avantageuse. La topographie dans ce merveilleux pays révèle partout de très nombreuses lignes de faille. Les gens que j'ai approchés, les amis de ma fille, ses étudiants connaissaient ce qu'étaient les leys (lines). Ils faisaient automatiquement ce rapprochement en me voyant opérer à l'aide de mon radmaster. Je les excuse bien volontiers d'ignorer le Dr Hartmann


Voir aussi ...
http://www.francaise-bio-energetique.co ... kunnen.htm
http://perso.wanadoo.fr/kaelawocks/faux ... olaire.htm




feng-shui et geobiologie
http://www.tao-yin.com/feng-shui/geobiologie.html
Hippocrate lui même en eut frémit lorsque dans son “Traité des airs, des eaux et des lieux” il écrivait, au quatrième siècle avant notre ère “Lorsqu’un médecin arrive dans une ville inconnue, il en observe la situation et les rapports avec le vent et avec le lever du soleil. Il acquerra des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants font usage, si elles sont lacustres ou molles ou dures et sortant de lieux rocailleux. Il étudiera les divers états du sol qui est tantôt nu et ses, tantôt boisé et arrosé, tantôt bas et brûlé de chaleurs étouffantes, tantôt haut et froid. C’est à partir de là qu’il faut commencer pour juger chaque chose. Le médecin instruit sur ces points n’ignorera de la sorte ni les maladies locales, ni la nature des maladies générales de sorte qu’il ne commettra pas les erreurs dans lesquelles tomberaient ceux qui n’auraient pas approfondi ces données essentielles. En général tout ce que produit la terre est conforme à la terre elle-même. En partant ce des observations, on pourra donc juger du reste sans crainte de se tromper... ”.
Que ceux qui prétendent prêter serment sur son nom ne l’oublient pas.

Notons que le “Vent” et l’”Eau”. Donc étymologiquement le Feng Shui, demeurent pour Hippocrate des préoccupations essentielles à tout bon médecin. Sun Si Miao (581 682), l’équivalent chinois d’Hippocrate, écrivait dans ses “Notes complémentaire aux recettes de dix mille pièces d’or” (Qian Jin Jian Yi Fa) : “Un bon médecin se doit non seulement d’examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Bon nombre de maladies, dont les plus difficiles à soigner, sont liées aux perturbations du terrain et de l’habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute professionnelle”. Voilà qui est dit. I
l n’en était pas autrement à Rome puisqu’un texte concernant la fondation de cette ville précise : “Le 21 avril 754, les Dieux, par l’intermédiaire de Romulus ayant désigné comme emplacement le Mont Palatin, la plus haute des collines s’élevant dans une plaine marécageuse et malsaine inondée chaque année par le Tibre, qui de sa position favorisée échappait à la pestilence, Romulus, le Fondateur de cette antique cité, après s’être purifié et après avoir offert un sacrifice, posa un autel sur une motte de terre et y alluma un foyer. C’était autour de ce foyer que devait s’élever la ville. Le fondateur attela sa charrue dont le soc était en cuivre à un taureau et à une vache. L’enceinte ainsi tracée autour du foyer et de l’autel était inviolable”. Ces “archives du Forum” n’expliquent malheureusement pas par quel moyen Romulus se fait l’intermédiaire des Dieux. Mais on constate simplement qu’entre la Grèce, la Rome et la Chine antiques existe une similitude troublante.

Par la suite on fit confiance aux “anciens” et aux “sages”, sinon aux “savants” dans le choix particulier des lieux qu’ils avaient définis. On se borna souvent à modifier les constructions suivant les critères et les modes de l’époque tout en conservant, si possible, les parties les plus anciennes. Cela explique que l’immense majorité des édifices religieux actuels, particulièrement les cathédrales, se trouvent situés sur l’emplacement exact d’anciens cultes dont on a parfois conservé les vestiges.
Notre Dame de Paris s’élève au dessus d’une crypte comportant le tombeau d’Isis, divinité “païenne” et antique qui, plusieurs siècles avant la conquête des Gaules par César, donna son nom à la tribu des Parisis.
La “Cité”, située au milieu du fleuve, représente donc toujours le point initial autour duquel s’est élevée peu à peu la capitale. Les armes de la ville représentent toujours le moyen de transport utilisé par les nautoniers pour amener les pèlerin à la Cité : une barge. La fameuse devise de Paris “Flucuat Nec Mergitur”, souvent mise à mal, signifie “Bien que secoué il ne sombre pas”. Fluctuat est évidemment à prendre dans le sens de fluctuation, remué, secoué dans tous les sens... et non de flotter !

Tous les “Hauts Lieux” n’ont pas été utilisés ou récupérés, certains ont été oubliés depuis des siècles. La sagesse populaire conserve malgré tout le souvenir de ces lieux dans des indications toponymiques intéressantes. Les cartes d’état major fourmillent de ces lieux dits qui incitent à penser que ces influences particulières y avaient été détectées. Si le lieu est anciennement construit il s’agissait le plus souvent d’influences favorables puisqu’on évitait de construire en des lieux peu propices. Si le lieu est nouvellement construit cela mérite réflexion. Des toponymes comme Malemort, Longuemort, Malbué ou Maubué (mauvais souffle), Maubuisson, Mauval, Malpierre, Mauvesin, Malmaison, Lafosse, Tournemal, Tournecourt, Mauvent et autres Oust, Vatan, Saltrou, Gravelle, Torte, Lafaille, Lacave... sans oublier les Maladreries et autres Mort Homme devraient inciter à quelque prudence.


Ici, vous pouvez voir un exemple de étude appliqué à l'archeologie:
http://edyp.free.fr/radiesthesie/publications.html
http://www.clergerie.fr.fm/

On sait l'importance qu'a pris la radiesthésie dans le domaine de la voyance, notamment depuis que le pendule a supplanté la baguette (fin du XVIIIe, début du XIXe siècle) et que les sourciers ont acquis une certaine notoriété. Partant de cette science et de l'usage d'un pendule, notre propos est aujourd'hui de vous entraîner dans une toute autre facette de ce que nous considérons, quant à nous, comme une science : la découverte de sites anciens. Qu'il s'agisse de cimetières disparus ou de monuments enfouis.

Et voila encore, une analyse plus détaillée de cette mothode:

http://perso.wanadoo.fr/henri.fabre/P1.htm#g
http://rad.udev.org/a-debutants.html
http://rad.udev.org/a-lieux_d_energie.html
http://rad.udev.org/archives.html
http://rad.udev.org/liens.html
_____Image____
_________________Forum sur le Moyen Age Italien
Avatar de l’utilisateur
Janus
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 448
Inscription: 02 Oct 2005 15:37
Localisation: Gênes (Italie)

Messagede Mensik » 22 Mai 2006 22:15

Assez intéressant comme sujet... Malheureusement, je ne crois pas vraiment à de telles pratiques.

Prendre un bâton et trouver une source, c'est selon moi, très psychologique comme démarche.

Tant qu'à y être, je vais aller chercher de l'or avec mon bâton de hockey...
Image

Ne vous gênez pas, l'inscription est totalement gratuite !
Avatar de l’utilisateur
Mensik
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 42
Inscription: 06 Mai 2005 16:16
Localisation: Boucherville, Québec

Messagede Jehan » 23 Mai 2006 14:11

Un exemple à voir : l'église romane de style auvergnat, avec quelques éléments de style roman bourguignon, de Châtel Montagne, près de Lapalisse (le La Palisse de Monsieur de Lapalisse, ou La Palice comme vous voudrez) dans l'Allier, en Montagne Bourbonnaise : à quelques décimètres du sol, tout autour de l'église, on relève sur les murs une ligne rougeâtre ; d'après la tradition, cette ligne représenterait la limite des influences telluriques.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Jehan » 23 Mai 2006 14:19

Quant à la baguette de sourcier, et le pendule du radiesthésiste, libre d'y croire ou non. Quoique plutôt du style matérialiste et rationaliste, tout en ayant un certain sens du sacré qui ne se confond pas avec la religion et ses pratiques - on a bien le droit d'être complexe, non ? - le souvenir de feu mon père qui fit creuser quelques centaines de puits m'incite à la réflexion ! Je ne suis pas assez scientifique pour me retrouver dans les réflexions pro et contra, mais l'expérience reste. Je continue à me questionner. Et je ne suis pas capable d'en faire autant !
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos