Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

épices ou non?

La gastronomie médiévale, européenne ou non, est un art des plus complet. Il allie avec subtilité préparation des plats, présentation de la table et service des hôtes.

Messagede jux » 24 Nov 2008 17:10

Bonjour tout le monde,

Je viens de sortir d'un cours de socio ou le sujet portait sur le fait alimentaire au travers de l'histoire et une information recueillie me laisse perplexe...

Dans l'un des textes (ne me demandez pas le nom de l'auteur, je l'ai déjà zappé ^^) il est dit que les épices au cours du XIVème auraient été utilisées dans 80 à 90% des recettes???? (gingembre, poivre, canelle, cardamome...)

Une telle proportion est elle exacte? cela me paraît bizarre dans le sens ou cela aurait impliqué un un approvisionnement démesuré...
Avatar de l’utilisateur
jux
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 10
Inscription: 13 Jan 2008 17:30

Messagede An1000.org » 24 Nov 2008 19:06

En fait, 80% des plats des riches contenaient des épices. Pas chez les petites gents.

Les épices sont arrivées très fort après leur (re)découverte lors des premières croisades. Hormis leur utilisation pour leur goût, mais aussi une petite mode chez les nobles, elles permettaient l'assaisonnement des plats, mais aussi la modification du goût de certains aliments comme les vins aigres...
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Rekk » 08 Fév 2011 19:57

L'utilisation des épices dans la cuisine des gens aisés s'explique de par l'origine même des épices. Provenant du Proche-Orient, lieu supposé du Paradis céleste, goûter aux épices, s'était comme avoir un avant-goût du paradis. D'où aussi l'appellation de certaines épices, comme la "graine de paradis", en fait, de la maniguette, une épice d'Afrique du Nord.

Mais, contrairement à une idée reçue, ce n'est pas pour masquer le goût d'une viande vite faisandée.
D'une part, les gens aisés des campagnes, les seigneurs notamment, se faisaient servir de la viande qu'ils avaient ramenée d'une partie de chasse sur leur terre au mieux le matin même. Comment avoir viande plus fraîche !
D'autre part, les gens aisés des villes se fournissaient chez le boucher qui achetait l'animal au marché ou à la foire, le tuait et le préparait sur place, à la demande du client. Là, aussi, la viande ne pouvait être plus fraîche !
A peste, fame et bello, libera nos domine ! - « De la maladie, de la famine et de la guerre, délivre-nous, Seigneur ! » (litanie médiévale bien connue)
Image
Avatar de l’utilisateur
Rekk
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 195
Inscription: 17 Oct 2004 14:44
Localisation: Courcouronnes, Essonnes (91), France

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron