Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Esclaves blancs, maîtres musulmans

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede Janus » 08 Fév 2006 21:49

Foulques a écrit:C'était dans les "origines religieuses des Albigeois", les copains


Merci cher Foulques! :wink:
_____Image____
_________________Forum sur le Moyen Age Italien
Avatar de l’utilisateur
Janus
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 448
Inscription: 02 Oct 2005 15:37
Localisation: Gênes (Italie)

Messagede Foulques » 11 Mai 2006 22:16

Si quelqu'un veut ouvrir un autre fil sur l'Eglise et l'esclavage, ce qui est franchement costaud comme sujet, qu'il le fasse, j'interviendrais dans la mesure de mes modestes connaissances.

J'ai vu que le livre en objet de ce fil avait été traduit en français :
          Image


J'ai trouvé des renseignements complémentaires dans le premier chapitre de "Négriers en terre d'islam" de Jacques Heers (décidément je le rencontre souvent dans mes lectures, mais on s'intéresse aux même sujets !). Ils ont l'avantage d'être plus en rapport avec la période qui nous intéresse.

Je ne peux pas résumer ici, mais on y trouve des choses cruciales comme cette citation d'Ibn Haukal (Bagdad, 1122-1213) : "le plus bel article importé de l'Espagne sont les esclaves, des filles et de beaux garçons qui ont été enlevés dans le pays des Francs et dans la Galice. Tous les eunuques slaves qu'on trouve sur la terre sont amenés d'Espagne et aussitôt qu'ils arrivent on les châtre. Ce sont des marchands juifs qui font cela."

Cette citation est particulièrement intéressante parce qu'on peut y relever divers aspects essentiels de la traite.
Malheureusement, les sources nous manquent sur ce trafic, dans la mesure où il a peu intéressé les chroniqueurs musulmans qui en parlent rarement directement et, semble-t-il, jamais pour s'en apitoyer.

- Tout d'abord, le fait qu'étaient appelés slaves chez les Arabes tous les blancs capturés, que ce soit dans les Balkans ou le Caucase, qu'en Espagne, France ou Italie. Le terme de sauterelles pour les esclaves blancs sera relevé souvent ensuite (pour les noirs ce sera corbeaux mais c'est une autre histoire).

- Le terme beau accolé à garçon met évidemment en lumière l'aspect sexuel de l'exploitation non seulement pour les filles et femmes mais aussi pour les petits garçons et beaux adolescents. Cela étant, ce n'est sûrement pas l'aspect dominant de la traite. Si des abus sexuels fréquents ont pu avoir lieu à tous endroits y compris dans les bagnes, l'affectation des esclaves était essentiellement pour le dur travail des mines, exploitations agricoles et autres, recrutement militaire parfois. Le "trait" dominant étant l'effroyable taux de mortalité.

- Les razzias (origine de la djihad) sont les pourvoyeuses en masse d'esclaves chrétiens lors de l'expansion musulmane et ensuite lors de raids dévastateurs. Comme celui effectué par Al Mansur en 997, qui détruisit de fond en comble St Jacques de Compostelle, la population survivante ramenée en tant qu'esclaves. En fait ce ne sont pas des exemples mais un cas de figure systématique qui concerne aussi les territoires Francs. J'aimerais découvrir une prise de ville ou une conquête musulmane dans l'histoire qui ne se soit pas soldée par des massacres et la mise en esclavage des survivants. Je n'en ai pas encore découvert, aussi merci si vous pouvez m'aider à en trouver.

- L'implantation (suite à l'offensive musulmane) de fortins en territoire européen comme la Sicile (à partir de 827) et ensuite le sud de l'Italie, Malte (870), les Baléares (902), la Crète (de 824 à 961), donne des bases et relais pour de petits raids et bases commerciales avec les pays "souches", et sans parler de l'Espagne et de la Septimanie (dont Narbonne), bien sûr.
Voir sur ces épisodes l'article de Philippe Conrad :

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/la_conq ... cident.asp

- A partir de l'expansion musulmane, une forte demande s'ouvre et des routes commerciales se créent pour y acheminer les esclaves demandés. Non pas que l'esclavage ait disparu au haut-moyen âge dans la chrétienté mais la demande se trouve en islam.
A l'ouest de l'europe, avec la manne des païens Saxons capturés, c'est à Verdun que se trouve l'un ou le plus gros marché d'esclaves. L'une des principales destinations est le marché musulman de Cordoue. De 912 à 961, on estimera le trafic vers cette ville à plus de dix milles humains. A la cour de Medinet az-Zahra, la seconde capitale du calife Abd al-Rahman, on cite le nombre de quatre mille eunuques et six mille femmes chrétiennes esclaves.

- Les Juifs étaient "communément montrés" comme les maîtres de ce trafic dans le haut moyen âge, au plus fort des transactions commerciales. Je n'ai pas réussi à comprendre d'où venait l'interdiction, mais il est de fait que la tradition ou la loi musulmane empêchait les croyants de procéder eux-mêmes à la castration des hommes esclaves, ce devait être un acte considéré comme impur. Malgré tout, la valeur d'un esclave était considérablement augmentée par cette "opération".
Je mets ce dernier mot entre guillemets car j'ai trouvé dans le même livre un autre témoignage concernant des Zendjs (d'Afrique), castrés pour le marché musulman au XIXe siècle, soignés au beurre (!) après l'ablation des testicules au rasoir (anesthésie ?) et dont 70 à 80 % mourraient de ses suites. Je ne vois pas en quoi le taux de mortalité aurait été moindre au Xe qu'au XIXe siècle…

La caractéristique de l'esclavage musulman est la castration, qui n'empêche pas les relations sexuelles mais la descendance.

Aussi ils trouvaient des gens pour y procéder à leur place, comme ces marchands Juifs ou autres.
Bien entendu il n'y a pas d'exclusive et l'on trouvera toutes sortes de gens de sacs et de cordes dans ces trafics y compris des hommes provenant de toute la chrétienté, Francs, Vénitiens, Gênois… En Bulgarie et Russie des circuits "autochtones" sont prospères et acheminent leurs lots d'esclaves régulièrement vers les pays musulmans.

Attention, je ne prétends même pas résumer, je ne fais qu'aborder des questions complexes puisqu'elles courent sur des périodes longues aux sources rares.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede armoisine » 09 Juin 2006 11:29

L'esclave dans les villes d'Italie au Moyen Age

Esclaves domestiques dans les grandes villes commerciales d'Italie, dont la plupart sont des femmes. Leur effectif est marginal: une centaine à Pise, quelques centaines à Florence au XIVè, quelques milliers à Gênes et à Venise [DELORS in BOGLIONI, DELORS et GAUVARD, 2002]. Ces différences s'expliquent par l'activité maritime de ces dernières qui sont les principales actrices du trafic international: les esclaves proviennent de razzias sur les côtes musulmanes ou en Europe centrale. Les esclaves sont avant tout destinés au service domestique des maisons patriciennes. Leurs position est moins terrible que durant l'Antiquité, surtout s'ils se christiannisent (ils ont droit au mariage par exemple), mais ils restent néanmoins dans la dépendance totale du maître.

Villes d'Italie, Heullant-Donat, Atlande
Le petit peuple dans l'Occident médiéval. Boglioni, Delors, Gauvard.

Comme quoi ça se pratiquait auusi dans l'autre sens!
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron