Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Et Poitiers dans tout ça ??!

L'architecture médiévale désigne l'étude et l'inventaire des constructions propre au Moyen Âge. Cette discipline ne se cantonne pas au château.

Messagede Thom.S » 07 Déc 2005 12:23

Bonjour à tous


Je me pose une question au sujet de la présence des châteaux en.. Poitou ! En effet, autant cette région semble très marquée historiquement, autant visiblement il n'y a pas de château à Poitiers même ! Eglises, cathédrales, abbayes, oui. Mais château, non !?

D'où je me demandais :
- Soit il y a eu un château qui a été détruit ?
- Soit il y aurait eu des constructions de petits châteaux autour de la ville ?
- Soit la ville se serait suffit à elle-même en quelque sorte ?


Par ailleurs je n'ai pas trouvé de références sur des châteaux plus au sud
à Saintes (à moins que ca ait été celui de de Nieul les saintes ?), ni Limoges.


Couchaient-ils à la belle étoile au centre-Ouest de la France ? :-)
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Thom.S » 07 Déc 2005 13:12

Il y a peut-être l'explication ici :


" Poitiers est situé en hauteur dans une boucle de la rivière Le Clain, cette boucle est fermée par une autre rivière la Boivre.
(...)
La ville occupe le sommet et les pentes du promontoire dominant les deux rivières. Les hommes sont installés à cet endroit depuis les temps préhistoriques car le site est facile à protèger et défendre. "
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Barberousse » 07 Déc 2005 17:18

Sans compté toutes les batailles qui ont eu lieu dans le coin: ne serais ce que les plus cèlebres à savoir les arabes repousser en 732 par Charles Martel et Poitiers lors de la geurre de cent ans en 1356 si mes souvenirs sont exacts...

Je crois donc qu'elle occupait une place stratègique d'un point vue économique et politique...la présence de fleuves y est pour quelques chose!Ormis cela je ne connait rien et la question est intéréssante Thom.S!
Il faut féconder le passé pour enfanter l'avenir.
Avatar de l’utilisateur
Barberousse
Contributeur actif
Contributeur actif
 
Messages: 691
Inscription: 22 Juin 2005 18:04
Localisation: BRETAGNE (Morbihan)

Messagede lionheart » 20 Juil 2008 14:40

Je relance le débat sur les châteaux qui entourent Poitiers. Eh bien il y a celui de Montreuil-Bonnin, situé à quelques kilomètres à l'ouest de la cité, fréquenté par Richard Coeur de Lion au XIIe siècle. Mais il y a aussi Béruges, avec sa Tour de Guyenne (dans le même secteur géographique).

Au nord-est de Poitiers (vers Châtellerault), il y a les fiefs de Scorbé-Clairvaux et de Beaumont, avec de très beaux vestiges de forteresses médiévales.
Découvreur médiéviste de sites au naturel !!!
Avatar de l’utilisateur
lionheart
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 53
Inscription: 09 Fév 2007 15:25
Localisation: Franconville (95)

Messagede Jehan » 28 Juil 2008 17:39

Il y a bien au un château à Poitiers, il me semblait l'avoir aperçu au cours d'une visite.

Il est devenu le "Palais de Poitiers", ci-après les renseignements de l'office du tourisme :

Le Palais de Poitiers

“ Avec la tour Maubergeon et la grande salle, le palais de Poitiers est aujourd’hui l’un des plus remarquables ensembles d’architecture civile du Moyen Age en France.

Dans cette partie la plus élevée de la ville, le pouvoir politique est présent depuis une haute époque : le terme de Maubergeon évoque en effet le nom du tribunal mérovingien, le « mall-berg ».

Le palais est accolé à la face interne du rempart du IVe siècle qui présente des vestiges dans le square situé au sud. Celui-ci, long à l’origine de 2600 m, a une physionomie architecturale très caractéristique : des remplois (colonnes de temples notamment) pour les fondations, puis un petit appareil cubique.
Des époques mérovingienne et carolingienne, il ne subsiste aucun vestige, mais des fouilles ont montré que le palais subit plusieurs modifications.

L’époque romane
Au XIe siècle, un nouveau palais est élevé sur une motte qui est encore parfaitement identifiable par une dénivellation très importante, mais aussi par le tracé circulaire des rues alentour qui matérialise l’emplacement des fossés. Aucun vestige et aucun document ne permettent de savoir quelle était alors la physionomie du bâtiment qui n’était pourtant rien moins que la résidence du comte de Poitou-duc d’Aquitaine.
Au XIIe siècle, le comte Guillaume VII fait élever la première tour Maubergeon. A n’en point douter, il s’agit d’un donjon qui matérialise l’emplacement du siège du pouvoir et illustre symboliquement la puissance du grand féodal.
Il n’en subsiste aujourd’hui que quelques vestiges situés au cœur de la tour actuelle. Vers 1200, comme semble l’indiquer les fouilles déjà évoquées, les Plantagenêt entreprennent la construction de la grande salle, dite « des Pas Perdus » qui est aujourd’hui l’un des seuls exemples de ce type en France. Cette aula, c’est-à-dire la salle officielle du palais, a des dimensions impressionnantes : 50m en nord-sud, 16,85m en est-ouest.
Sur les trois murs de cette époque (est, nord, ouest), elle présente une décoration très caractéristique du style gothique angevin (arcatures aveugles, chapiteaux à crochets, masques, bases ornées) que l’on retrouve à la cathédrale Saint-Pierre et dans la nef de l’église Sainte-Radegonde.
Au XIIe siècle, la construction de la grande enceinte de la ville fait perdre au palais toute importance militaire. Dès 1244, on commence à combler les fossés. L’édifice reste résidence princière, mais dès l’époque d’Alphonse de Poitiers (milieu du siècle), il est le siège de l’administration comtale.
Le XIVe siècle
En 1372, Jean de Berry prend possession de son apanage du Poitou. Il fait exécuter au palais des travaux très importants dirigés par Guy de Dammartin.
Vers 1385, la tour Maubergeon est reprise. Le plan retenu (noyau rectangulaire avec quatre tours d’angles circulaires) trouve son origine au donjon de Vincennes. Si la structure générale du bâtiment reste militaire, le côté résidentiel est important puisque l’éclairage est abondamment fourni par de grandes fenêtres. C’est malgré tout la décoration sculptée qui retient l’attention. Les fenêtres sont habilement travaillées. Dans les parties hautes sont placées des statues. Trois ont disparu dont celle de Jean de Berry et de sa jeune épouse Jeanne de Boulogne, identifiables par les armes placées sur les consoles (face sud). Les autres représentent les vassaux du duc. Elles reposent sur des consoles finement ornées de personnages aux vêtements amples.
Intérieurement, la salle principale est d’une grande élégance et ce malgré l’absence de sculpture : les salles des tours présentent des consoles à personnage d’un type voisin de ceux de l’extérieur. Le style de la sculpture évoque le milieu parisien, notamment Vincennes.
Vers 1389-1392, le mur sud de la grande salle est entièrement repris. Il est composé de trois cheminées monumentales surmontées d’une tribune et de grandioses verrières.
L’architecte a trouvé une solution très ingénieuse pour placer les conduits de cheminée : il les a décalé vers l’arrière de manière à pouvoir malgré tout placer des ouvertures sur la totalité du mur. Extérieurement, les conduits qui sont bien entendu fortement saillants donnent une impression de grande puissance au mur pignon. Les cheminées portent une ornementation très soignée avec notamment les anges tenant les écus (armes de Jean de Berry à gauche, de France au centre, de Berry-Boulogne à droite). Les motifs des grandes fenêtres annoncent le style flamboyant. Dans les parties hautes enfin sont placées les statues de Charles VI, Isabeau de Bavière, Jean de Berry (dont la tête a été reprise) et Jeanne de Boulogne. Des appartements privés, aujourd’hui disparus, sont élevés à l’est. De grands artistes en assurent la décoration.

A partir du XVe siècle
Le palais n’est plus une résidence. Siège du Parlement pendant la période du Royaume de Bourges, il devient avant tout centre administratif, fonction qu’il garde jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Il est ensuite (comme de nos jours) palais de justice ; on le dote au siècle dernier de l’accès monumental que nous lui connaissons et il est un peu restauré (charpente, sculpture). Classé monument historique en 1862, il doit être considéré comme l’un des témoignages majeurs de l’art français de la fin du XIVe siècle.




Philippe Durand
Document réalisé par le Service Patrimoine de l’Office de Tourisme de Poitiers et de la CAP
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Jehan » 28 Juil 2008 17:47

Voir aussi www.casteland.com, à la rubrique "Poitou"
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede anonyme » 22 Avr 2009 13:19

Bien pour répondre à la présence de châteaux en terre poitevine, disons qu'il y en a beaucoup, qu'il y en a eu, mais qu'ils n'ont pas résisté aux troubles du temps.

A Poitiers même, il reste quelques ruines, dont la tour Maubergeon et le Palais des Ducs. Si on prend le train, par exemple TER de Poitiers jusqu'à Mignaloux (à 10 minutes) on peut apercevoir certaines ruines de tour et mur d'fenceinte. La seule façon d'apprécier le château de Poitiers et de regarder le livre d'Heures du Duc de Berry. En efet, il y est représenté (ainsi que celui de Lusignan).

Il ne faut pas oublier Chauvigny, la ville aux 5 citadelles qui a gardé de belles ruines (dont je n'apprécie guère la rénovation du donjon!), et Angles-sur-l'Anglin (parmi les plus beaux villages de France). Sans oublier la curiosité de la "tour de Charlemagne" à Charroux.

Il y a quelques restes du châteaux de Civaux, quelques pans de murs de celui de Lussac-les-Chateaux qui vit une bataille importante à ses portes, sur le pont de Lussac même, ou pendant la Guerre de Cent Ans, Chandos, fut mortellement blessé par les troupes françaises. Ce château était considéré comme une des places fortes les meilleures de la région.

A Montmorillon, effectivement, malgré que la ville fut seigneurie de La Hire (Etienne de Vignolles), la château ne résista pas aux différents sièges entre Protestants et Catholiques. Il fut maintes et maintes fois pris et repris, jusqu'à ce qu'il soit décidé de le détruire et d'en faire une carrière à pierre.

Entre le sud-est vienne et le nord limousin, il éxite un nombre très important de "petits châteaux", parfois totalement inconnus et jamais fouillés, dont on ignore l'histoire. C'est le cas du château de la Férandière, près de Montmorillon (http://mairiedejouhet.free.fr/Ferrandiere.htm), des tours de Lenest (http://www.saulge.fr/IMG/jpg/tour_lenest.jpg), la cote-au-chapt, en haute-vienne du coté de Thiat (un post sur ce forum en parle), le château de La Perrière du coté d'Ouradour Saint Genest (à coté de Thiat).

Disons que les restes du moyen-age les plus courants sont liés à l'Eglise. Il y a surement d'autres places fortes, ou restes de places fortes (églises fortifiées...) dans la vienne, mais il faut être du "local", et avoir entendu les "anciens" en parler pour les connaître.

Après il y a aussi tous les châteaux forts transformés au cour des siècles suivant en résidence luxueuses.

Voilà, j'ai peut-être fait des erreurs, des omissions, mais en espérant répondre à certaines de vos questions.
anonyme
 

Messagede An1000.org » 23 Avr 2009 16:47

Un excellent premier post... ;-)

Merci
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede anonyme » 23 Avr 2009 21:29

Merci beaucoup An1000.org ! J'essaye de faire de mon mieux, en me souvenant au maximum de ce que mon père m'a montré dans la région ! Et de m'approcher du niveau de certains utilisateurs de ce forum !!!

J'oubliais quand même quelques "petites batisses", comme le château de Morthemer, et celui de Bourg-Archambault qui fut modifié au cour des siècles.(http://www.tourisme-vienne.com/chateau/ ... rchambault).

Pour Montmorillon, j'oublie quand même qu'il reste une tour, dont on ignore tout ! Les restes, les plus importants (et curieux par la même occasion, voir l'octogone) sont, comme je l'ai dit, écclésiastiques. (http://farm1.static.flickr.com/74/15783 ... 85.jpg?v=0)

Le problème du département de la Vienne, Poitiers en tete, est que l'on ne connait quasiement rien. C'est une région assez importante pour la fin de la préhistoire, avec des découvertes extraordinaires, un région occupée par les gaulois (beaucoup de dolmens, de santuaires) puis romanisée, qui vécu un moyen-age troublé, une époque moderne toujours en guerre, et une époque contemporaine difficile, mais voilà, j'ai énormément de mal à y trouver des infos. Il y a beaucoup d'hypothèse, parfois non-vérifiés car on ne fouille pas, ou alors on se dépèche de tout bétonner pour faire le batiment prévu en enterrant des indices très important. Mais il est vrai que la religion catholique est vraiment ce qui a bati cette région !

Si jamais vous connaissez des livres traitant de cette région au moyen-age, je serais volontier preneur ! En esperant faire quelques petits curieux.

Pour la beauté du site : Angles-sur-l'Anglin :
http://www.decouvrez.fr/photos/angles-a ... -indre.jpg

http://www.pixaile.com/gallery/4888654_ ... 7205_TocnH
anonyme
 

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron