Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Guerre, guet et retraite au château

Les sources médiévales, difficilement lisibles, sont une aubaine pour les historiens. Elles permettent de donner des indications précises sur la société de l'époque.

Messagede Jehan » 08 Avr 2006 22:24

Le texte qui suit est un extrait d'une information faite à la demande de la Chambre des comptes de Moulins. Il s'agit de pâturages utilisés en commun par les habitants du village de Ronnet, paroisse où était situé un château dont le donjon circulaire existe toujours. Ces pâturages devaient être donnés à cens, mais les habitants du village ont fait appel de la décision.

Outre l'intérêt de ce texte pour l'histoire rurale (les paysans devaient des charrois au titre de corvées et indiquent qu'ils ne pourront plus les assurer s'ils ne disposent plus de ces pâtures pour nourrir leur bétail), la déposition du prévôt (officier ducal chargé du recouvrement des droits et redevances) mentionne le "temps des guerres", ce qui, compte tenu de la date de l'information, 1490, et de l'âge du prévôt, 40 ans, ne peuvent être que la "guerre du Bien Public" qui sévit en Bourbonnais au début du règne de Louis XI.

Les amateurs de batailles et de combats "chevaleresques" pourront y trouver matière à réflexion sur les conséquences des guerres sur la paysannerie, et voir comment les braves villageaois remédiaient à ce fléau : guet sur la plus haute colline, alerte des bergers, retrait des gens et du bétail, non pas dans "la tour de Ronnet" proprement dite, mais dans la basse cour du château qui marquait encore le parcellaire il y a quelques années.

AN - P 1361~2 cote 967, pièce 5

Information faitte l’an 1490 sur certaines terres et bruyères seize en la paroisse de Ronnet en la chastellenie de Montluçon, baillée à cens par le Duc de Bourbon, sur lesquelles aucuns habitants disoient avoir droit de pasturage. IxClxvii

Extrait :

Jehan Ronnet, prévost de Ronnet, eaigé de quarente ans ou environ, jure, interrogué et dilligement examiné sur les fais certains et declairés en nostre dicte commission, dit et dépose par son serment qu’il scest bien lesdites deux piesses de terre dessus confinés et déclairés sur lesquelles il passe plusieurs fois et bien souvant. Lesquelles terres si elles estoient estroussées seroit grant dommaige et intérestz à tous les circonvoisins d’icelles terres pour ce qu’ilz n’ont guères d’autres pasturaiges communs fors et excepté lesdites deux piesses de terre dessus confinées. Le scet pour ce que puis peu de temps en çà, a esté estroussée une autre piesse de terre jougnant à la première terre dessusdite contenant trente cinq sexterées de terre à ung nommé Gilbert Jehannot, laquelle estrousse enserre tout le pasturaige desdits circonvoisins. Et si lesdites terres estoient estroussées à aucuns, les circonvoisins en auroient grant interestz et dommaige.
Dit oultre qu’il a veu au temps des guerres que lesdits circonvoisins amenoient leur bestailh esdites terres et avoient ung homme qui faisoit le guet en une petite montaigne appellée le Puy de la Roche, lequel quant il veyoit venir les gens d’armes faisoit signe es pastours pour retraire leur bestailh en la tour de Ronnet.
Dit oultre que le terrouer desdites terres est mesgre et qui oustera desdits circonvoisins les dites terres ilz ne pourront point guère norrir de bestailh ne faire les charroys à Monseigneur le Duc qu’ilz sont tenuz de faire et que mondit seigneur le Duc en les estroussant y aura plus grant perte que de prouffit.
Et plus n’en dit sur tout dilligement enquis.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Ytyuï » 09 Avr 2006 22:15

je m'essai à une traduction en français mordèrne...attention! :lol:
Je fait ça pour que vous me corrigiez histoire que je sois bien sûre que e'ai bein capté le texte et j'aimerai pouvoir le décripté correctement alors autant se lancer :)

Jehan Ronnet, prévost de Ronnet, eaigé de quarente ans ou environ, jure, interrogué et dilligement examiné sur les fais certains et declairés en nostre dicte commission, dit et dépose par son serment qu’il scest bien lesdites deux piesses de terre dessus confinés et déclairés sur lesquelles il passe plusieurs fois et bien souvant. Lesquelles terres si elles estoient estroussées seroit grant dommaige et intérestz à tous les circonvoisins d’icelles terres pour ce qu’ilz n’ont guères d’autres pasturaiges communs fors et excepté lesdites deux piesses de terre dessus confinées. Le scet pour ce que puis peu de temps en çà, a esté estroussée une autre piesse de terre jougnant à la première terre dessusdite contenant trente cinq sexterées de terre à ung nommé Gilbert Jehannot, laquelle estrousse enserre tout le pasturaige desdits circonvoisins. Et si lesdites terres estoient estroussées à aucuns, les circonvoisins en auroient grant interestz et dommaige.
Dit oultre qu’il a veu au temps des guerres que lesdits circonvoisins amenoient leur bestailh esdites terres et avoient ung homme qui faisoit le guet en une petite montaigne appellée le Puy de la Roche, lequel quant il veyoit venir les gens d’armes faisoit signe es pastours pour retraire leur bestailh en la tour de Ronnet.
Dit oultre que le terrouer desdites terres est mesgre et qui oustera desdits circonvoisins les dites terres ilz ne pourront point guère norrir de bestailh ne faire les charroys à Monseigneur le Duc qu’ilz sont tenuz de faire et que mondit seigneur le Duc en les estroussant y aura plus grant perte que de prouffit.
Et plus n’en dit sur tout dilligement enquis.


Jehan Ronnet, prévot de Ronnet, âgé de 40ans environ, jure avoir intérrogé et soigneusement examiné sur les fais en questions et déclare en notre dite commission, dit et dépose par son serment qu'il ????? ben les dites 2 parcelles de terre où il passe souvent. Lesquelles terressi elles sont "saccagées" seront grand dommage et intéret à tous les voisins de ces terres pour ce qui n'ont guères d'autres paturages [...]. Le ???? qui depuis peu te temps de ça, "à été" ou "est aller" "saccagée" une autre parcelle de terre jouxtant la première terre déjà nommée contenant 35 "sexterées" de terre à un certains "Gilbert Jehannot", lequel "saccage" et ??????? tout le paturage des voisins. Et si les terres nommées ne sont "saccagées" àpersonnes, les voisins en auront grand domage et intéret.
Dit outre qu'il ? ??? au temps des guerres que les voisins emmenaient leur bétail sur les parcelles et avait un homme qui faisait le guet sur une petite montage appellée le "Puy de la Roche", lequel quand il voyait venir des gens d'armes faisais signe aux alentours pourt ramener le bétail àla tour de Ronnet.
Dit outre que le ???????? des terres est ?????? et qui fera partir des voisins les terres nommées, ils ne pourront point guère nourrir de bétail, ni faire les "charrues" à Monseigneur le Duc qu'ils ne sont pas tenus de faire et que Monseigneur le Duc en les faisant partir aura plus de perte que de profit. Et en plus ???????????????????????,

Voila ce que j'arrive à traduire je comprneds en gros el texte mais on vois come même de grave incohérence de ce que j'ai écrit^^.
Pourquoi devoir gagner sa vie alors que les dieux nous la donnent à la naissance?

Proverbe Myraï.
Avatar de l’utilisateur
Ytyuï
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 162
Inscription: 19 Mar 2005 23:21
Localisation: près de Nantes(44)

Messagede armoisine » 10 Avr 2006 09:10

Quel boulot!

En paléographie il y a la partie déchiffrage (pour les fans de jeux de gare, mots croisés, mots mêlés etc, c'est génial comme exercice), et la partie compréhension (qui peut se faire au niveau global plus que littéral mais gare aux contresens!).
C'est pas obligatoire mais en option à la fac, paléo médiévale et moderne. Pour s'entraîner, il y a un bon bouquin qui, je crois, est recommandé en page d'acceuil d'an1000.

J'ai gardé le manuel de paléo moderne d'Audisio, de temps en temps c'est un bon passe temps :wink: !

Si ça t'intéresse jettes-y un coup d'oeil.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Ytyuï » 10 Avr 2006 11:18

très intéressant de plius que des études assez aprofondies de l'histoire médiévale m'intéresse de plus en plus...j'y jetterai un coup d'oeil. :wink:
J'arrive à comprnedre le texte en gros, je pense, mais n'arrive pas à le traduire correctement edn "mot par mot" on pourrait presque dire comme ça.
Pourquoi devoir gagner sa vie alors que les dieux nous la donnent à la naissance?

Proverbe Myraï.
Avatar de l’utilisateur
Ytyuï
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 162
Inscription: 19 Mar 2005 23:21
Localisation: près de Nantes(44)

Messagede Foulques » 10 Avr 2006 21:57

Courageuse tentative Ytyu ! :med23:

Mais le mot à mot... je crois plutôt à la recherche du sens de la phrase complète. Plus sûr. Un mot ou l'absence d'un mot peut nous égarer, par exemple ne...pas ou d'(aucun)s.

Sinon, ce qui est remarquable dans ce texte, c'est de bien voir que les paysans, sitôt qu'ils voient des hommes d'armes -et quels qu'ils soient- prennent leurs jambes à leur cou...
Ennemis, amis, alliés, de toutes façons le soldat ravage leurs terres et pillera ce qu'il peut.
C'est émouvant de penser à tout le travail ruiné en un instant et que ces paysans recommenceront patiemment, après chaque passage de troupes...
Ce patient et acharné travail est tout aussi estimable que des victoires militaires.

Dans l'article sur les stratégies militaires au MA, il y a un passage particulièrement intéressant où l'auteur fait remarquer que, bizaremment, la baisse de la cote de popularité de la soldatesque auprès du peuple coincidera avec le moment où les militaires dédommageront les populations civiles... ça laisse rêveur.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Jehan » 11 Avr 2006 10:06

Pour aide à apporter à Ytyu, une tentative d'explication du texte en français contemporain. Elle s'éloigne un peu du mot à mot.

"Jean Ronnet, prévôt de Ronnet, âgé de quarante ans ou environ, jure, interrogé et diligemment examiné sur les faits établis déclarés dans notre commission, dit et dépose sous serment qu’il a bonne connaissance des lieux dont il est question, étant conduit à les traverser souvent. Si ces terres étaient mises en adjudication, les villageois voisins en aurait des dommages, car ils n’ont que peu d’autres pâturages en commun que ces deux pièces de terre. Il le sait car il y a peu de temps, une autre terre de 35 septerrées, adjacente à l’une des deux pièces de terre actuellement en cause, a été adjugée à Gilbert Jehannot et entoure tout ce qui reste de pâturage commun. Si les terres actuellement en débat étaient adjugées à quelqu’un, ce serait dommageable pour les paysans des villages voisins.

Il dit en outre qu’il a vu, du temps des guerres, que les villages voisins utilisaient ces terres pour leur bétail, et qu’un homme faisait le guet du haut d’une colline appelée le Puy de La Roche. Quand il voyait venir les gens d’armes, il faisait signe aux bergers pour qu’ils puissent mettre en sécurité le bétail dans la Tour de Ronnet.

Il dit en outre que le terroir de ces terres est maigre, et que si l’usage de ces terres leur était retiré, les paysans des villages voisins n’auraient plus guère moyen d’assurer la nourriture de leur bétail. Ils ne pourraient donc plus assurer les corvées de charroi qu’ils sont tenus de faire envers Monseigneur le Duc. Le Duc aurait donc plus de perte que de profit à adjuger ces terres à un particulier."

Quelques éléments d'approche de certaisn termes :
"aucuns" = certains, certaines personnes, quelqu'un
"estrousse" : l'estrousse d'un bien (terre, maison, vigne, pré..etc..) est une mise aux enchères destinée à fixer le montant des droits à payer au seigneur détenteur de la "propriété éminente", ou "directe", afin d'obtenir la "propriété utile" du bien en question. Cette mise aux enchères (je j'ai traduit par adjudication) porte sur deux éléments : le montant du cens annuel qu'il faudra payer par la suite, le montant du droit d'entrée à régler avant la prise de possession, appelé dans les textes des XIV° et XV° siècle "entrage" ou "introge". la coutume de Bourbonnais règle minutieusement la procédure de "l'estrousse". Je vous donnerai le détail une autre fois.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Ytyuï » 12 Avr 2006 06:40

Au début j'ai voulu faire du "quasi mot à mot" mais c'ets en effte bine difficil, merciu pour la traduction en franaçs moderne, je comrpneds déjà bien mieux^^ Il y avait quelques truc s que je n'avais pas bine saisis...
C'ets super sympa ces topic Jehan, ça montre bien les problème courant de l'époque assez similaire aux notres et ce n'est pas come dans els préjugés, il n'y a là aucun "jugement de dieux" etc... Ils règles ça de façon "civil" on ets bine loins de l'épqoue barbarix comme on nous al montre souvent! :)
Pourquoi devoir gagner sa vie alors que les dieux nous la donnent à la naissance?

Proverbe Myraï.
Avatar de l’utilisateur
Ytyuï
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 162
Inscription: 19 Mar 2005 23:21
Localisation: près de Nantes(44)

Messagede Jehan » 12 Avr 2006 10:36

Le MA est une période très longue ! 10 siècles ! En 10 siècles la société, les institutions, les moeurs, ont évolués. Alors, il faut être prudent. Et puis, en dépit des recherches qui continuent et avancent, même si les grandes lignes de la compréhension semblent fixées, il reste beaucoup à faire.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron