Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Il était une fois...le patrimoine auvergnat.

L'architecture médiévale désigne l'étude et l'inventaire des constructions propre au Moyen Âge. Cette discipline ne se cantonne pas au château.

Messagede armoisine » 27 Juin 2006 19:11

Très bon récit encore une fois! L'ost c'est le service militaire que doivent les seigneurs envers leur suzerain, à l'occasion d'une guerre (au sens propre quoi, pas un entraînement comme feu "notre" service militaire).

En l'occurence c'est Jean le Bon qui a besoin de son armée mais je suis aux limites de mes connaissances. A part que ce brave là se soit fait capturé, je ne le connais pas bien.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Aliénor » 27 Juin 2006 19:57

Merci d'avoir éclairé ma lanterne! :D
Je me coucherai moins bête! ;)

:lol:
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede Jehan » 28 Juin 2006 18:17

Bravo pour tes photos de Murols. "Sans tordre les redortes" et en dépit des "jangleyroux" comme l'a écrit un seigneur du lieu !
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Aliénor » 28 Juin 2006 18:24

Jehan a dit
"Sans tordre les redortes" et en dépit des "jangleyroux" comme l'a écrit un seigneur du lieu !


...euhh... l'orage crée chez moi quelques interférences... :oops: (on trouve des excuses où on peut! :lol: )

Je pourrais avoir la traduction, s'il te plait?

Merci... :D
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede Aliénor » 15 Aoû 2006 12:05

Cette fois, elle n’en peut plus ! Amblard aura tout fait pour la mettre à bout ! Tout ! Il avait même attaqué de manger sa robe !!! Trop c’est trop ! Il est prévenu, s’il continu, hop ! à la SPAD (Société Protectrice des Animaux Divins ) !
Avant d’en arriver à cet extrême, Adélice s’en va le promener, malgré le temps maussade, qui rajoute un peu de tristesse à son humeur après son départ de Murol…

Cette balade n’est pas des plus agréables à la jeune déesse…elle a mal partout ! Le manque d’habitude certainement.
Prise dans la monotonie du battement régulier des ailes de son animal, elle somnole. Lorsque soudainement, il accélère ! Pour ne pas être désarçonnée, elle se cramponne à la crinière du pégase qui lui fera comprendre que non, ce n’est pas une bonne idée !
La bête ainsi lancée a pris en chasse un drôle d’engin…un hélicoptère ! Il transporte avec lui de grandes poutres. Quel intriguant ballet pour notre grande curieuse !

Image

La cavalière n’aura pas longtemps à attendre avant d’avoir sa réponse. Deux hommes commentent avec force voix la scène, car le bruit est assourdissant. Il semblerai que le premier soit le propriétaire et le second un journaliste local qui a fait le déplacement pour l’occasion. Et quelle occasion ! En effet, il n’est pas commun d’assister à la rénovation d’un château qui nécessite la présence d’un hélicoptère. D’après ces messieurs, on restaurerait la salle d’un donjon, en lui rendant sa charpente. Mais, comme les poutres étaient trop importantes pour être apportés à leur place finale par la voie « classique », on a fait appel à un hélicoptère. Celui-ci achemine celles-ci suspendues à un filin sur un échafaudage, érigé contre le donjon carré.



Oula ! Elle ne comprend pas tout, la jeunette ! Une explication s’impose. La mission semble complexe, pas de trace d’un quelconque esprit… Etrange ! Surprenant ! Jusqu’à présent rien n’avait contrarié ce qui paraissait être une règle pour la déesse. Où qu’elle aille, toujours un guide l’attendait.

Elle entreprit d’appréhender en survol le lieu. Si seulement elle savait quel est ce château !
Eurêka ! Une idée lui vient lui éclaircir l’esprit. Elle n’aurait qu’à suivre le cheminement des visiteurs, à qui, elle l’a remarqué les autres fois, tout est servi sur un plateau d’argent…

Image

Se présenter devant les portes de ce domaine, c’est un peu se présenter sur le quai d’un port. Tournoël (c’est le nom de ce château que sa brillante idée lui a permis de trouver prés de la porte, sur un panneau. Bien joué ! ;) )…est en effet un magnifique bateau, un vieux gréement usé par les siècles, mais toujours robuste. Dans toutes les tempêtes humaines il a été pris, toutes sortes de capitaine se sont vues à sa tête. Mais, toujours, son vertigineux donjon en poupe, il a résisté fièrement. Du haut de son élévation naturelle, il navigue sur cet houleux horizon de terre ; qui à ses pieds s’étends jusqu’à presque 100 kilomètres. Comme Murol, épaulé par des passionnés, il panse ses blessures. Un autre combat. Un autre capitaine. Une autre histoire d’amour…

Perdue dans un abîme de pensées, Adélice vagabonde sur cet éperon rocheux, allant des vestiges de la Chapelle Ste Foy, à ce qui aurait été le « jardin potager et cultures » ou en encore vers la grande basse cour. Et, c’est dans un faux élan d’audace, qu’elle décide de franchir la première porte du château.
Image

Dés lors, elle ira de surprises en surprises, l’aspect extérieur du château ne laissant rien présager des beautés qu’il renferme.

Une rampe d’accès mène à une deuxième porte, vient une autre rampe et enfin la troisième porte. Le trois est dit-on un chiffre parfait…cela est peut-être sans rapport, mais toujours est-il qu’à cet endroit, la visite d’Adélice va prendre un tournant. Le porche de cette porte qui donne sur la seconde cour est surmonté de nervures soutenues pas des culs de lampe dont un est des plus atypiques : un drôle de personnage barbu et laid, brandissant une banderole autrefois peinte.

« Hé là ! Qui vous êtes, mamselle ?! C’est ben la première fois que je vois vot’ tronche ici ! Elle m’plait ben ma foi ! J’peux vous être utile ma p’tite demoiselle ?
-Il va sans dire que vous souhaitez quelque chose en contre parti…
-Naturellement ! » Il pris un air de dédain, sournois et intéressé.

La jeunette, forte de son statu de déesse se saisi du petit être par le bras. Elle le secoue, le regarde sous tous les angles; il tente de la mordre pour s’échapper, mais c’est un échec.

« Petite chose ! »Dit-elle grinçante. Elle avait envie de s’amuser un peu et voilà la parfaite victime ! « C’est avec bonne grâce que tu vas m’accompagner dans ce beau château qu’est le tien ! Attention, petite chose, si tu te révèles mauvais guide ou désagréable, je me ferais un grand plaisir de te punir…est ce clair ? »

Et c’est ainsi, qu’ils entrent dans la seconde cour…
« hé bé ! euhhhh …. Quoi vous dire ? Ce que j’sais ma foi ! Au XI ème siècle apparaît pour la première fois la trace d’un Bertrand de Tournoil vivant en queque chose comme 995.
Ma p’tite damoiselle comprenez bien que vu sa situation stratégique et sa proximité avec la grande Riom, le passé de ce lieu est plutôt belliqueux. J’sais pas si vous avez vu…mais c’est qu’il est imprenable not’ château avec ses 25 mètres de largeur, ses 75 de long…c’est un beau morceau. C’est qu’avant, il était entouré sur trois côtés par des fossés profonds qui faisaient qu’augmenter le relief des murailles ! 11 à 12 mètres de haut, qu’elles faisaient ! Quand j’vous disais qu’il était imprenable, personne reussit de vives forces à s’en emparer avant qu’il n’y ait l’artillerie !

Moi, j’aime quand c’est sanglant, quand ça bagarre sec ! Pas vous ?...hum ! Euh pardon, je l’refrais plus, promis ! Mais le moment dont j’veux parler est quand même un grand moment !

Bon, alors, je vous situe l’décor…on est en 1190. Régnait ici un seigneur, un vrai ! Il avait tout compris ! Il pillait, rançonnait voyageurs et monastères, il aimait faire la guerre ! Un seigneur j’vous dis, un vrai ! Son nom s’était Guy de la Tour, issu de la famille des Comtes d’Auvergne. Je n’saurais vous dire comment cette fameuse lignée a obtenue cette seigneurie ! Il me semble, mamselle, que c’est lui qui a donné son nom à la ville de Chatelguyon (Chastel Guyon).
Dans son brigandage, le seigneur avait tout un tas d’camarades : les barons d’Mercoeur, d’Murat, d’Polignac… Oh les Polignac c’étaient des bons eux aussi ! Si nos seigneurs avaient pillés Mozat, eux avaient pris La Chaise Dieu, quand même ! Je dis respect ! Cette abbaye, qui devrait vous plaire, mamselle deviendra une des plus importantes au XIIIème siècle.
Notre affreux zozo avait un nom : « le roi des montagnes » ! Des braves gars tous !
Alors voilà. C’est que le frère de Guy II était un ecclésiastique, et pas n’importe quoi, un évêque,celui de Clermont. Au début, c’était Guy qu’avait la main, il avait enfermé plusieurs fois Robert, son évêque de frère. Et puis cette mauviète n’a rien trouvé de mieux que d’appeler à son secours Philippe Auguste qui, faut l’avouer, était fortement agacé par tout ces brigandages et ces querelles incessants. Du même coup, Guy II s’est rangé du côté des anglais ! L’imbécile ! Certes, il faudra à l’armée royale conduite par Guy de Dampierre 3 ans pour pénétrer l’Auvergne, mais il y parvint. Oh ! Il lui en a fallu en prendre des places avant d’prendre Tournoël, à celui-là ! Mais enfin, on a fini par perdre !

Attendez que j’vous cause de cet épisode fabuleux ! J’peux vous dire qu’c’est pas une belle victoire pour les adversaires, mais c’est une victoire quand même ! ça s’est passé en 1213, si j’me souviens ben. Le château était alors sous la coupe d’un brave type, Gualeran de Corbelles. Diantre qu’il s’est bien défendu !

Le siège durait, durait… Et vas-y qu’on se regarde dans le blanc des yeux, qu’on échange quelques coups, mais rien n’en fait bouger ou l’autre !
C’est malheureux, quand même, on avait presque gagné, Philipppe II ayant demandé que l’on retire ses troupes. Là, je dois avouer que je comprends pas ce qui les a pris ! Dans le camp du Roi, ils avaient tous attrapé la maladie. Ils partaient, je vous dis ! Et puis, les nôtres on décidait d’aller s’emparer des chevaux des ennemis. Les murs avaient donné aux troupes de Gualeran l’impression d’invincibilité…mais sans leurs murs, ils n’étaient rien. Et les français les repoussèrent vaillamment. Quelle raclée ! Le château sera pris par Guy de Dampierre le 20 décembre de l’an 1213. Le butin fut fort bon pour eux, avec entre autres quelques 32 arbalètes de toutes sortes. Mais il y avait aussi le trésor de l’abbaye de Mozat, qui lui fut rendu.

Devant cette issue décevante, et en fonction du Guy dont on parle, le résultat est loin d’être identique. Guy II finira au fin fond des Combrailles quasiment ruiné de tout. Tout au contraire, cet infâme Guy de Dampierre lui a cueillie les honneurs comme on cueille les pissenlits dans nos prairies ! Connétable d’Auvergne qu’il est nommé le bougre !

Image

Puis, viendra la nouvelle génération et avec elle une nouvelle énergie pour reprendre les hostilités ! Le fils de Guy II est un type bien, je vous dis ! Son noble nom, c’était Guillaume X . Mais cela va sans dire qu’en face aussi, il y avait un fiston, Archambaud !
Guillaume fustigea et contesta le retrait des terres de son père. D’ailleurs, comme ce dernier, il était entouré d’une horde de petits seigneurs remuants. Héhé ! y étaient trop remuant !  Tant et si bien que finalement ce faiblard d’Archambaud, qui n’arrivait pas à les contenir, jeta l’éponge en 1229. Voyez mamselle comme j’fais des efforts ! »
« - C’est que je suis clémente, attention petit être ! »
« - rumh ! oui mamselle ! je disais… L’Archambaud de Dampierre ayant démissionné, c’est à Alphonse, comte de Poitiers que revient la décision. En effet, il avait reçu l’Auvergne en apanage quelques années plutôt.
Il eût bien raison le fiston de se battre…il récupéra des terres…certes c’tait qu’une p’tite partie de ses anciennes possessions. Il devint alors le maître d’un nouveau p’tit comté ayant pour sa capitale Vic-le-Comte.

Ensuite, ren de ben intéressant, ma foi, tout les changements se feront épées aux fourreaux. Pathétique ! Au début du XIVème Tournoël passe aux sires de Maumont par Philippe le Bel et quelques arrangements « stratégiques ».
Au milieu de c’ même siècle la seigneurie change à nouveau de famille, s’coup si, elle va à la celle de La Roche qui possédait une terre située aux environs de Tulle.

Un membre de cette lignée épousera en 1343 une certaine Dauphine Rogier. Et c’tait pas n’importe qui la damoiselle : nièce du pape Clément VI, et sœur du futur Grégoire XI, qui sera lui aussi souverain papale !
Faut que sur c’coup notre petit Hugues (c’est le prénom de ce descendant de La Roche.) a fait mouche ! D’cette fameuse union, il va retirer moult avantages, il sera notamment nommé, par l’un de ses parents pape, maréchal de la cour pontificale et gouverneur du Comtat Venaissin.

Pi, v’là les anglais qui font leur grand retour ! Dans leur sillage les routiers ! Quels fabuleux hommes ! ruhm ! oui, pardon ! je me ressaisi ! De 1363 à 1387, ils vont prendre un grand nombre de forteresses. Et des plus prestigieuses en plus ! les bougres ! Mais au moins il y avait de l’action !
C’est que les seigneurs de Tournoël se seraient rangés depuis ! En effet figurez vous que Hugues de La Roche nommé Capitaine Général de la Basse Auvergne et quelques autres titres… De c’fait, les propriétaires d’ ma forteresse pourchassés anglais et brigands inlassablement !

C’est des un bain d…’or ( !) que ce fait le départ de Seguin de Badafol et les autres capitaines des montagnes d’Auvergne et du Velay, ainsi que d’un bout du Gévaudan (partie comprise alors dans le Dauphiné d’Auvergne). Les routiers ont obtenu l’absolution du pape et le pardon du roi, vi mamselle, tout ça en prime !
Heureusement… Tout n’était pas encore fini ! Les Anglais sont bien plus coriaces. Leurs forces toujours renouvelées.
Hugues de la Roche se distinguera en 1370, lors de la défense de Limoge contre le prince de Galle. Etrange réaction du souverain ennemi que d’accorder quartier aux habitants car il fut frappé de voir Hugues et deux compagnons (Roger de Beaufort et Jean de La Vie Villemur) arrêter à eux seuls son armée entière…
Toutes ces dépenses pour guerroyer coûtent cher…et du coup, l’Hugues doit vendre le Château de Châtelguyon pour renflouer ses caisses.

Plus tard, Hugues de La Roche est nommé grand chancelier de France, manque de chance il va mourir cette même année !

Avec tout ça, il a quand même réussit à s’occuper un peu de son château. J’crois qu’il a réalisé des travaux sur la partie sud-ouest du château. M’enfin, bon cette tourelle d’escalier est mal placée…avec l’artillerie, elle est hyper exposée…enfin, moi, ce que j’en dis.
Voyez mamselle…le donjon bâti à l’extrémité sud-ouest…

Son fils, Nicolas pris la succession au poste de seigneur de « Tournoille », il épousera Alix de Chauvigny, fille du seigneur de Blot.
De ses sept enfants c’est le prénommé Jean qui prendra les rênes. Il épouse la fille de Gilbert de la Fayette, Louise.
Le nouveau seigneur aura lui aussi à en découdre avec les anglais lors d’expéditions, ça lui vaudra le titre de chevalier. Il mourra 4 ans après avoir reçu son titre.
Plus tard queques tensions se feront sentir entre Louise et ses beaux-frères au sujet de Tournoël.

Antoine de la Roche, repris fièrement le flambeau « guerrier » d’son père…Le p’tiot passera sa jeunesse dans un camp militaire et se distinguera lui aussi.
Le roi Charles VII l’aura toujours à ses côtés, Antoine restera fidèle à son souverain même lors de la Praguerie. Pourtant, c’était Charles de Bourbons, Duc d’Auvergne l’un des « cerveaux ».

Plus tard Jean II duc de Bourbon va encore faire des siennes, mais localement. Et une fois de plus, Antoine sera fidèle à son roi. Hé hop ! Le roi, venu intervenir en personne face au fauteur de trouble, donnera au gentil seigneur de Tournoël le titre de Chambellan et conseiller de sa cour (décidemment ils sont rangés, nos seigneurs !). Enfin faut dire qu’il le mérite, le p’tiot, parce qu’il a tenu tête au duc de Bourbon en refusant de rendre foi et hommage à celui-ci. Et ça, ça à pas plus du tout à Jean II. Qui le fera arrêter et du même coup, il donnera l’ordre de prendre Tournoël… Point de résistance de la femme et des filles du Seigneur, qui malin comme un renard avait prévu le coup et mis en sécurité ses biens les plus précieux. Mais la châtelaine gardera les clefs. Et comme de bien sur, comme je déteste, tout est bien qui fini bien !

Ahhhh ! L’amour ! Moi j’trouve ça pathétique, à pleurer ! M’enfin j’imagine qu’une p’tite damoiselle comme vous, aime ça ! ;)
Notre Antoine, fera faire dans mon château de grands travaux d’embellissement pour sa femme : Jeanne de la Vieuville, vous savez, mamselle, la cousine d’Agnès Sorel (pour la p’tite histoire, vu qu’on est dans l’ambiance, Agnès Sorel était la maîtresse très controversée de Charles VII).

Finalement, notre Seigneur de la Roche se réconcilia avec le Duc d’Auvergne. Mieux, le Duc nommera « son amé et féal écuyer d’écurie Jehan de Tournoille » capitaine châtelain de Nonette. J’vous jure ! C’est à ne rien y comprendre !

Après sa mort (il trépassa avant de voir finir les chantiers de travaux dans sa « bâtisse ».), c’est son fils, Jean qui prend les rênes.

Eh bien voilà…mamselle ! J’ai fini, j’me souviens guère du reste. »
-« Fort bien petite chose. Retourne donc dans ton cul de lampe ! Et désormais soit bon hôte !»

Le petit être, soulagé d’avoir était si promptement congédié se carapate dans son emplacement habituel. Adélice savoure avec délice son espièglerie !

Elle va et vient, allant des cuisines où les effluves d’en temps se respire à plein nez ; aux anciennes chambres avec leurs immenses cheminée, en passant les cours et autres chemins de ronde.
La jeunette reste un long moment a admirer la tourelle d’escalier au décor gothique flamboyant : magnifique ! Plus tard, c’est la scène de l’Annociation qui l’envoûtera…scène au chapiteau de la porte de la galerie.
Et tant de petites choses encore…


Déjà il est l’heure de repartir. L’hélicoptère s’est tu. Amblard, quant à lui virevolte autour du donjon. La jeune déesse tire sa révérence à ce château attaqué cinq fois, pris deux fois par la ruse, une fois par la force et qui résista tout de même deux fois.

Elle rie à gorge déployée de la mesquinerie faite à ce pauvre petit personnage. Elle l’aimait bien !


Image




La boite aux hommes d’ici bas : ;)Mes sources : Mes bouquins :
La basse auvergne médiévale ( Georges Bernage, Anne Courtillé, Marc Mégemont) aux éditions Heimdal et Créer
Mes sites :
http://www.route-chateaux-auvergne.org/Chateau_de_tournoel_francais.htm
http://www.tournoel.com/historique-chateau-tournoel.htm
http://www.passionchateaux.com/ch_tournoel.htm
http://jean.dif.free.fr/Chatover/Tournoel.html
L’idée de nous emmener à Tournoël l’est venu à la suite de la lecture d’un article paru dans le journal régional « La Montagne » du 8 juillet 2006 ; on y évoque la restauration du château avec l’aide du fameux ami d’Amblard !;)

Mon commentaire :
Le voir est à chaque fois le même délice… J’en pousserais bien la porte. J’espère que vous aussi ! ;) Parcourir ces murs, c’est parcourir le temps. Ce château est aujourd’hui le domaine d’un passionné. Je lui souhaite bon courage dans le fastidieux but qu’il s’est donné ; j’en fait d’ailleurs de même à toutes les personnes dans ce cas. Merci à eux !
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede Foulques » 28 Aoû 2006 20:55

J’en pousserais bien la porte. J’espère que vous aussi !


Oui, moi aussi ! Merci pour la visite guidée :wink:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Aliénor » 29 Aoû 2006 19:04

:D de rien! ... mais en fait sans le château "en vrai", c'est rien!
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede armoisine » 29 Aoû 2006 22:12

J'avoue lire un peu tard cette part de récit :oops: ....

Quelle visite! Certes ça donne envie de découvrir, mais en compagnie d'Adelice c'est déjà un sacré voyage :D !
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Patrick » 01 Oct 2006 07:03

Bonjour à tous,

C'est avec un peu de retard que je prend connaissance du texte d'ALIENOR qui traite sous une forme poétique l'histoire de notre bonne cité de CLERMONT FERRAND.

Bravo et Merci à toi

Patrick
Patrick
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 19
Inscription: 13 Mai 2006 18:51

Messagede Aliénor » 01 Oct 2006 16:31

:oops: merki.

Tu es d'Auvergne?
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos