Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Incursion en terre mâle...

La différence entre une guerre réussie ou non ne dépend pas uniquement de ses troupes, mais aussi de ses ennemis ainsi que de nombreux facteurs extérieurs.

Messagede armoisine » 24 Juin 2006 13:53

Je pense qu'une telle réponse n'est pas très prudente. Tu dois faire allusion à Jeanne d'Arc et si un commandement lui a été délivré en tant que femme, et quelque part "égérie" (la foi des vierges étant assez porteuse à l'époque), c'est que cela ne paraissait pas si incongru.
C'est ensuite, pour raison politique, que l'accusation de sorcellerie l'a mené au bûcher.
Attention donc a bien distinguer les motivations de chaque fait.

Pour le reste, Jeanne d'Arc n'a pas été la seule, Jeanne hachette, etc.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Hachette
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede loik » 24 Juin 2006 13:55

ok,je ferai attention a mes réponses :oops:
vive le moyen age
Avatar de l’utilisateur
loik
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 55
Inscription: 27 Avr 2006 08:14
Localisation: NORD PAS-DE-CALAIS

Messagede armoisine » 25 Juin 2006 10:17

Voilà quelque chose que je ne connais pas du tout:

Comme je l'ai dit auparavant, le gourdin est plus coté chez les maîtres d'armes du XVe. Par exemple, le grand maître allemand Tahloffer montre dans son Alte armatur und Ringkunst des duels avec des gourdins taillés :
Alte Armatur und Ringkunst de Tahloffer, 1459.

Des duels judiciaires au gourdin, homme vs femme.
Image
http://membres.lycos.fr/baspierre/baton.html

Le plus dur n'étant pas de faire des enfants mais de les élever, hommes et femmes étant complémentaires, il s'agit peut être là de réglements de compte familiaux.... En tout cas c'est la première fois que je vois ça!
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Hermione » 25 Juin 2006 22:51

incroyable ces duels judiciaires, le gourdin l'ancêtre du rouleau à patisserie pour les femmes si c'était pour règler des différents familiaux mais comme l'homme pouvait aussi en user, çà permettait de règler les conflits cette pratique ? curieux en tout cas ....
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede armoisine » 26 Juin 2006 07:24

Je pense qu'il devait s'agir de conflits importants, style, droit de succession, usurpation de terre.... Il s'agit peut être d'une veuve qui défend ses droits? Ou bien le maître d'arme auteur de ce livre illustre une scène symbolique, style les femmes-qui n'ont-pas-encore-compris que le gourdin c'est mieux. Enfin vu la position du mec, il est sur le point de s'en prendre une belle même s'il l'a blesse au jarret...
Je ne sais rien de plus sur ces combats, si quelqu'un a des élèments!...
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede armoisine » 28 Juin 2006 07:11

Foulques a écrit:"incursion en terre mâle", puisqu'on y relève un duel judiciaire entre un homme et une abesse où on voit qu'il y avait des champions


Ca vient d'un autre post de Foulques (droit de chasse, in généralités).

Comment sais-tu tout ça? Je voudrais bien des indices comme mentionné plus haut.... Ou bien j'ai mal lu le lien que j'ai posté....
Une abbesse, tout de même, c'est pas très catholique tout ça!
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Jehan » 28 Juin 2006 18:20

Pas d'élément sur les femmes au gourdin ! Mais une remarque sur l'enfantement : beaucoup de femmes meurent en accouchant à l'époque, et ce sera vrai longtemps.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede Aliénor » 28 Juin 2006 18:26

Ne fallait-il pas qu'elles souffrent de toute façon, pour expier le pêcher originel d'où vient l'enfant?

Ces décés sont malheureusement "normaux" contenu des conditions d'hygiène et du peu de connaissances à ce sujet à l'époque.
L'avenir est un long passé. (Manau)
Avatar de l’utilisateur
Aliénor
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 219
Inscription: 24 Mar 2006 17:46

Messagede armoisine » 28 Juin 2006 18:38

Aliénor a écrit:Ne fallait-il pas qu'elles souffrent de toute façon, pour expier le pêcher originel d'où vient l'enfant?

Ca c'est l'explication religieuse et plus particulièrement juive, reprise par les chrétiens. Elle doit souffrir parce que c'est par sa faute que le péché inonde le monde. Un jour d'égarement je suis tombée sur une interview d'un rabin dans "le jour du seigneur", et il parlait de la "péridurale contre-nature".
Y'en a qui feraient bien d'y passer avant de l'ouvrir.... Ce sont pourtant les hommes qui ont théorisé sur le sujet.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede armoisine » 28 Juin 2006 19:05

Difficile de trouver quelque chose sur un des combats des femmes au Moyen Age, à vrai dire jusqu'au XXès, accoucher...

Parchemin amulette du Moyen Age

Dans l’Occident chrétien, Sainte Marguerite est la patronne des femmes enceintes. Au Moyen Age, l’histoire de sa passion connut une faveur extrême. Son martyre s’acheva par une vision où elle se vit avalée par un dragon, incarnation du Diable. Armée de sa croix, Sainte Marguerite transperça l’échine de l’animal et en ressortit indemne. Symbole d’un accouchement rapide et sans douleur, l’histoire de sa délivrance était racontée sur des parchemins conservés dans les «sachets d’accouchement» que l’on se passait de génération en génération.

Mourir d’être mère

Souvent mortelle, l’épreuve de l’accouchement fut comparée par les Anciens à celle des armes. A Sparte, la version féminine de la «belle mort» était celle de la parturiente: «il n’était pas permis d’inscrire sur les tombeaux les noms des morts, excepté ceux des hommes tombés à la guerre et des femmes mortes en couches» dit Plutarque.
Cette souffrance prend une dimension rédemptrice dans le christianisme. La femme doit accepter de souffrir en accouchant pour racheter la Faute originelle.
L’image doloriste de la délivrance est si ancrée que la question de la souffrance est rarement abordée dans les sources médicales. Si la pharmacopée ancestrale des sages-femmes permettait sans doute d’aider la patiente, le principe de lutte contre la douleur lors de l’accouchement ne fut officiellement admis par le Vatican qu’en 1956.
Longtemps les accoucheurs et les sages-femmes furent démunis devant les complications imprévues (mauvaise présentation, naissances multiples...).
Parmi les accidents redoutés, la plus grande crainte des femmes était que l’enfant reste bloqué.
Au IIe siècle apr. J.-C., Soranos avait déjà exposé comment procéder à la version dans la matrice d’un foetus qui se présente mal. Pour l’extraire et sauver la mère, le dernier recours était l’embryotomie. Le forceps, utilisé par les médecins arabes vers l’an 1000, ne sera introduit en Europe qu’à la fin du XVII e siècle. Et la césarienne? Une Lex Regia, attribuée au roi Numa Pompilius (vers 715 av. J.-C.) aurait interdit d’enterrer une femme enceinte ou morte en couches sans en avoir retiré l’enfant. Mais c’est au Moyen Âge que la césarienne postmortem fut préconisée par l’Église pour éviter de laisser sans baptême un enfant peut-être encore vivant dans le corps d’une femme morte. Cet acte sera souvent vain, car généralement l’enfant était déjà mort lui-aussi.


http://www.unifr.ch/spc/UF/00decembre/maternite.html
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron