Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

La tolérance dans l'Espagne musulmane

Ensemble des croyances, des dogmes, des pratiques et des rites définissant le rapport de l'humain avec le sacré durant le Moyen Âge.

Messagede Foulques » 24 Sep 2006 07:31

J'ai vu un texte qui m'a paru bien fait et équilibré sur un forum internet, écrit par un certain Christian Navis. Il y aurait des choses à discuter mais c'est une bonne base de départ, je pense. Je le cite donc ce qui m'évite d'écrire un article (je ne mets pas en rouge ou en citation pour ne pas gêner la lecture):

"1/ Lorsqu'elle est envahie, l'Andalousie est presque déserte.Et la densité de population reste faible malgré l'afflux d'arrivants.Donc, peu de causes de disputes avec les autochtones.

2/ Un peu plus tard, des survivants de la dynastie Ommeyade fuyant Damas instaurent un califat en Andalousie. Ces gens là sont des musulmans pragmatiques, aux pratiques peu orthodoxes.
Non seulement on les accuse d'avoir éliminé les descendants du prophète, mais en plus d'aimer la vin, la poésie, la musique,de ne pas faire leurs 5 prières tlj et de se soucier peu de convertir les populations conquises.

3/ Malgré leur tolérance, poussés par des séditions de religieux qui embraseront régulièrement l'exception andalouse, les califes obligeront quand même bon nombre de chrétiens à se convertir.
Lesquels, au début de la reconquista seront pris entre deux feux et n'en sortiront pas indemnes (l'affaire des martyrs de Cordoue estle plus connu de ces drâmes)

4/ Les juifs ont un sort à peine meilleur parce qu'ils parlent arabe,ne mangent pas de porc et pratiquent le prêt d'argent interdit par l'islam.
Les califes les autorisent à apprendre la grammaire et la calligraphie arabes, interdites aux infidèles partout ailleurs, et même à s'instruire pour les soigner, leur traduire la philosophie et la science de l'antiquité,leur écrire des contes et des poèmes, et leur jouer de la musique.
De nombreux "savants arabes" de cette époque sont des juifs qui ont changé de nom. Et parfois aussi de religion en apparence.

5/ Mais cette coexistence pacifique ne doit pas faire oublier que la règle générale, c'est la dhimmitude: Les juifs et les chrétiens
doivent accepter un statut inférieur, par exemple leur témoignage vaut celui d'une femme (sans autre commentaire...)Ils doivent payer plus d'impôts pour être protégés, en d'autres termes c'est du rackett.

Les métiers nobles, en particulier ceux des armes, leur sont interdits. Et, dans la rue, ils doivent s'effacer et baisser les yeux pour ne pas croiser le regard d'un musulman. Il leur est même interdit de posséder un cheval.

6/ Parfois, ça s'arrange un peu, parce qu'un calife a besoin de discrets fournisseurs en vin, ou de prêteurs d'argent très patients...remboursés avec un poste de wizir par exemple!
Ou plus prosaïquement, parce qu'il a besoin d'un allié chrétien dont en contrepartie il ménagera les semblables.Soit pour se débarrasser d'un rival arabe, cas le plus fréquent, soit pour éloigner la menace berbère.

Ainsi, au début du XIème, les Berbères détruisent m'dina az zahra dans un véritable raid commando.
Abd el rahman III appelle alors des chrétiens à son secours!
En ces périodes médiévales, la notion de nation n'existait pas et si la religion les opposait, des intérêts communs pouvaient réunir ponctuellement des chefs de guerre.Paradoxalement, c'est par ces alliances guerrières que se faisait le mieux l'interpénétration(très relative des cultures!

7/ D'autres fois, un sectaire atrabilaire gouverne, et la dhimmitude au quotidien est entrecoupée de mises en esclavage et de pogroms
contre les infidèles. Surtout quand arriveront les premières nouvelles des croisades, les dhimmis andalous faisant alors d'excellents otages ou des boucs émissaires de choix selon le moment et l'humeur.

Bref, des situations très différentes selon la ville et l'époque, mais globalement la servitude pour tous, l'incertitude pour quelques uns,et de rares cas de favoritisme en faveur des dhimmis jugés utiles.
On est quand même loin du grand amour...

8/ Le mythe de l'âge d'or andalou est né plus tard, sous la plume des protestants, puis des philosophes des lumières sauf Voltaire,puis des anticléricaux, pour finir sur les gondoles de la supérette
du prêt-à-penser de notre temps.
Leurs arguments, spécieux, reposent sur le fait que l'islam d'alors aurait été plus tolérant que le christianisme. Ce qui est faux. Les chrétiens
s'alliaient volontiers aux musulmans, le pape Léon X a même eu pour éminence grise un certain Hassan al wazan diplomate andalou-marocain, ce qui ne l'empêchait pas de combattre ses hérétiques avec férocité.
Les Maures ne faisaient pas autrement avec leurs propres dissidents.

N'oublions pas non plus Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, qui fit un voyage en Andalousie en1142 alors que la reconquista reprenait son cours.
Fasciné par les théologiens islamistes, et après avoir vainement cherché à établir un pont entre les évangiles et le coran, il conclut avec les
ulémas une alliance objective contre les toutes premières tentatives de résurgence de la pensée rationaliste.
Ce n'est pas un hasard si, à ce même moment, des deux côtés des Pyrénées fut condamné Ibn El Rushd (Averroés) pour avoir tenté de concilier foi et raison dans son fameux commentaire d'Aristote."

http://christian.navis.free.fr/
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Foulques » 24 Sep 2006 07:41

On lira aussi avec profit l'article du spécialiste Philippe Conrad :
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/l_espag ... mohade.asp

Où l'on notera l'extrait :
"Les Almoravides étaient parvenus à rétablir à leur profit l'unité d'Al-Andalus qui connut sous leur domination de profondes transformations. La très relative « tolérance » dont avaient bénéficié les chrétiens mozarabes et les juifs à l'époque ommeyade disparut rapidement. Les juifs de Lucena durent ainsi verser une grosse somme d'argent pour échapper à la conversion et de nombreuses églises chrétiennes furent détruites. L'expédition conduite en 1125 jusqu'à Grenade par Alphonse d'Aragon, combinée avec un soulèvement des Mozarabes locaux, entraîne, lors de la retraite du Batailleur, le départ de dix mille d'entre eux vers le nord ; les chrétiens demeurés sur place sont en majorité déportés en Afrique du Nord pour y être installés près de Meknès et de Salé où l'interdiction de pratiquer leur religion entraîne la disparition rapide de ces communautés. Dans l'ensemble d'Al-Andalus, le nombre des chrétiens est désormais très réduit, à un moment où, dans le contexte général des croisades et des « réveils » religieux berbères, l'antagonisme entre islam et chrétienté atteint son intensité maximale. "

J'ai noté aussi :
"Parler, comme l'on fait et le font encore quelques historiens d'occasion, d'une civilisation et d'une société "des trois cultures", musulmane, juive et chrétienne, est signe d'ignorance ou de supercherie, les deux ensemble généralement."
Jacques Heers in "Négriers en terre d'islam" , Perrin, Paris.

Spécifiquement sur la dhimmitude, un fil existe déjà ici :
http://www.an1000.org/forum/589_0-les-d ... islam.html

Si vous pensez qu'Al Andalous était un modèle de tolérance religieuse, n'hésitez pas à venir exposer vos arguments :wink:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Rekk » 24 Sep 2006 16:49

Pour répondre vite fait dans un premier temps - ma réponse sera rédigée plus amplement sous forme d'un petit article bien ficellé :wink: - je dirai juste ceci :

Jacques Heers a raison lorsqu'il affirme que l'on ne peut plus parler de société des "trois cultures", ce qui aurait signifié une certaine égalité entre les trois cultures. Mais le terme "tolérance" peut encore être employé, car c'était effectivement le cas. Les dhimmî, croyants des deux autres religions du Livre, malgré les nombreuses mesures de restrictions qui pesaient sur eux, étaient cependant acceptés. Sans vouloir faire de comparaisons inutiles, je ne pense pas que les juifs d'Al-Andalus de l'âge classique de l'Islam (Xe-XIe s.) aient enviés le sort de leurs confrères vivants plus au nord en Espagne chrétienne à la même époque. D'ailleurs, plus tard en 1492, suite à la disparition du Royaume de Grenade, les juifs seront purement et simplement expulsés d'Espagne par les Rois Catholiques !

On voit peut-être la paille dans l'œil de son voisin, mais on en voit pas la poutre qui est dans le nôtre...
A peste, fame et bello, libera nos domine ! - « De la maladie, de la famine et de la guerre, délivre-nous, Seigneur ! » (litanie médiévale bien connue)
Image
Avatar de l’utilisateur
Rekk
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 195
Inscription: 17 Oct 2004 14:44
Localisation: Courcouronnes, Essonnes (91), France

Messagede Foulques » 25 Sep 2006 01:07

On attend l'article dont je ne doute pas qu'il sera bien ficelé, venant de ta part. Tu as tout le temps pour le rédiger, je vais m'absenter quelques jours. Mais je te promets que je regarderais çà la loupe à mon retour. 8)

Mais déjà je te ferais remarquer qu'il est heureux que les dhimmis aient été acceptés dans la mesure où ils formaient les autochtones... De ces dhimmis il y en aura de moins en moins puisque, conversions, déportations et massacres aidant, la majorité de la population d'Al Andalus sera formé ensuite de musulmans de diverses origines.

Je persiste à croire que le terme de tolérance est un anachronisme flagrant appliqué à la période médiévale, qui brouille notre approche historique en lui donnant une valeur morale qui n'existait pas à l'époque. De plus j'ai remarqué qu'on la confondait trop souvent avec l'indifférence ou bien encore le fait de tolérer quelqu'un parce qu'il peut parfois apporter de menus services ou un apport fiscal non-négligeable, et qu'on est fatigué de massacrer, qu'on se rend compte qu'on ne peut pas les tuer tous.
Ce serait vraiment une idée judicieuse que de soumettre cette question dans tes cours. Que nous ayons le ressenti de tes profs et condisciples.

Par exemple, les cas similaires d'occupation de populations autochtones par des chrétiens sont la Sicile normande et l'orient latin (enfin c'était deux terres chrétiennes à l'origine).
Quelle fût la politique des conquérants envers les musulmans ? Je crois qu'il n'y eût pas de massacres, de pogroms systématiques, de persécutions, d'impôts particuliers, pas de statut équivalent aux dhimmis... Peut-on dire pour autant que les Normands ou "Francs" furent tolérants ? Ce serait s'avancer. Il me semble qu'ils étaient surtout indifférents.

Non, ceux qui veulent nous vendre la tolérance médiévale, ce sont ceux qui encensent Al Andalus parce qu'ils comptent bien en tirer un argument idéologique...

Une dernière chose :
Je compte sur ton honneteté intellectuelle pour que ceci ne tourne pas dans une forme de débat bien connue et pratiquée sur les forums :

- personnage 1 : X s'est montré sans taches par rapport à Y
- personnage 2 : pourtant chez X il y eut ceci, ça et ça...
- personnage 1 : bah et chez Y, alors ?!

Vois-tu le raisonnement biaisé ? Mais bien sûr, tu n'avais seulement pas songé à ce genre de contre-arguments qui ne valent rien quand on veut prouver la virginité de X par rapport à Y... :wink:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Rekk » 25 Sep 2006 06:11

Foulques a écrit:Je compte sur ton honneteté intellectuelle pour que ceci ne tourne pas dans une forme de débat bien connue et pratiquée sur les forums :

- personnage 1 : X s'est montré sans taches par rapport à Y
- personnage 2 : pourtant chez X il y eut ceci, ça et ça...
- personnage 1 : bah et chez Y, alors ?!

Vois-tu le raisonnement biaisé ? Mais bien sûr, tu n'avais seulement pas songé à ce genre de contre-arguments qui ne valent rien quand on veut prouver la virginité de X par rapport à Y...
Bien sûr, la comparaison et l'allusion à une parabole évangélique faites précédemment, ayant servies à montrer qu'il est vain de vouloir faire un débat de ce genre, car aucune civilisation de vaut l'autre, chacune ayant eut ses périodes fastes et néfastes que respectivement leurs défenseurs cherchent à exagérer et à minimiser. Pour ma part, je resterai nuancé et aussi fidèle que possible à ce qui est reconnu comme établi par les sciences historiques.
A peste, fame et bello, libera nos domine ! - « De la maladie, de la famine et de la guerre, délivre-nous, Seigneur ! » (litanie médiévale bien connue)
Image
Avatar de l’utilisateur
Rekk
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 195
Inscription: 17 Oct 2004 14:44
Localisation: Courcouronnes, Essonnes (91), France

Messagede dame Garsende » 25 Sep 2006 08:13

A propos des Etats francs de Sicile, il me semble bien (bon ok ma source c'est des racines et des ailes mais c'est souvent pas trop mal fait) que certains souverains ont eu des ministres musulmans. Je pense que Foulques est très prêt de la réalité. on se rend bien compte une fois qu'on est installé qu'on ne peut pas tuer tout le monde (notamment parce que souvent il s'agissait de paysans et si ils disparaissaient tous comment les conquérants auraient-ils fait pour manger?), que les autochtones ont parfois des tehcniques plus avancées que les siennes et que donc ils peuvent être utiles. Et puis, il ne faut pas voir les gens du Moyen Age comme des fanatiques qui ne pensaient qu'à la religion 24 heures sur 24. Ils étaient des gens comme nous, avec des problèmes quotidiens et donc le plus souvent ils se moquaient éperdumment de ce que faisaient les voisins tant que ça ne remettaient pas en cause leur bien-être et leur tranquillité.
ô rage, ô désespoir, ô vieillesse enemmie! (Don Diègue, Le Cid)
Avatar de l’utilisateur
dame Garsende
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 98
Inscription: 14 Mar 2006 22:44
Localisation: au soleil

Messagede lestatvampir666 » 26 Sep 2006 19:06

Mais je voulais savoir une autre chose,comment ce passais les occupations Chrétiennes vis a vis des autres religions des autochtones?
On connait tous leurs reactions face aux païens qui n'était pas vraiment valorisantes,pour cet religions.
Avatar de l’utilisateur
lestatvampir666
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 148
Inscription: 25 Sep 2006 21:25
Localisation: Paris,banlieue

Messagede Foulques » 06 Oct 2006 20:49

Dame Garsende sait résumer en peu de mots ce que je m'échine à démontrer :wink:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron