Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

le Cheval au Moyen Age

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede armoisine » 16 Mai 2006 21:24

On peut commencer par là:
http://medieval.mrugala.net/Divers/Lexique%20et%20objets%201.htm

Au Moyen-Âge, il existait beaucoup de termes désignant différents chevaux. Le mot "cheval" étant un terme générique habituellement employé pour désigner une mauvaise monture.

Le destrier (ou coursier), le cheval de bataille par excellence, pas particulièrement coûteux, mais d'une valeur affective très grande pour le propriétaire. Il n'est monté qu'au moment du combat. On l'appelle ainsi par ce que l'écuyer tenait la bride dans la main droite. Pendant un combat, pour le protéger, il est revêtu d'un carapaçon, une couverture de fer généralement de la même couleur que l'écu.

Le misaudor (milsodor, milsoudor), un destrier de très grande valeur, donc très précieux. Magnifique cheval de bataille.

Le palefroi (ou Ambleur), un cheval de parade essentiellement, qui coûtait très cher et qui devait être le mieux paré possible. C'est la seule monture permise aux nobles dames, qui l'utilisaient pour voyager.
Cheval de qualité que monte l'homme d'armes en dehors des charges.

La rosse est un cheval de mauvaise qualité.

Le roussin (roncin), un cheval de trait de peu de valeur, utilisé comme monture par les vilains. Dans Erec et Enide, monté par un nain.
Au XIVe siècle, a donné le cheval de service, puis au XVIe, il désignait un cheval de forte taille monté à la chasse ou à la guerre, par un écuyer. A donné Rossinante, dans Don Quichotte.

Le sommier, un cheval de peu de valeur utilisé, comme son nom l'indique, comme bête de somme, c'est-à-dire pour transporter les fardeaux.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede armoisine » 16 Mai 2006 21:28

Le cheval a donc divers usages.
Au Moyen Age on constate objectivement qu'il fait partie du paysage.
Jamais acteur mais toujours présent, au combat, au travail...

Alors que l’Empire romain se désintégrait, plusieurs facteurs contribuèrent à introduire le cheval dans le monde du travail. Le premier fut l’arrivée de chevaux plus lourds. Le cheval de trait fut développé à partir de chevaux introduits en Europe par les tribus germaniques du nord, où les races ont tendance à être plus lourdes que celles de la Méditerranée ou du Proche-Orient. Un deuxième facteur fut l’introduction en Europe du collier d’épaule. On ne sait pas exactement quand cette invention arriva de Chine. Dans les temps anciens, il y avait plusieurs façons d’atteler les chevaux aux charrettes et aux chars, mais le collier d’épaule (ou tout simplement collier) était de loin le plus efficace.

Le collier permit aux fermiers de profiter davantage de la vitesse et de la force du cheval. Avec le cheval, ils purent cultiver des champs plus grands, et tirer des chargements plus lourds jusqu’au marché.

Bien que la cavalerie montée ait été bien établie dans les campagnes militaires européennes depuis 1 500 ans, son utilité était encore limitée. Ceci changea complètement quand les étriers gagnèrent l’occident au VIIIe siècle. Leur introduction causa une révolution de l’organisation sociale. Les étriers permirent au chevalier en armure lourde de délivrer plus efficacement ses attaques à la lance ou à l’épée; le soldat à cheval devint bien plus meurtrier. Le «Grand Cheval», nécessaire au cavalier recouvert d’une armure métallique, remplaça le char léger et le cheval de cavalerie sans armure. Il ouvrit ainsi la voie à l’utilisation du cheval pour d’autres tâches. Le chevalier monté devint si important à la guerre médiévale que la position hiérarchique d’un propriétaire dans le système féodal était mesurée par le nombre d’hommes à cheval et en armure qu’il pouvait prêter à son seigneur. En échange de la protection de son seigneur, le vassal s’offrait lui-même, ou offrait de l’argent ou des terres suffisantes pour subvenir à l’entretien d’un combattant à cheval. Le système féodal était né.

En comptant le poids du chevalier en armure, son bouclier et sa lance, le cheval de guerre médiéval, lui aussi en armure, pouvait être appelé à supporter une charge plus de 100 kilos (220 livres).


http://users.erols.com/mmaidens/medievalfr.htm

le cheval a donc une fonction agricole et militaire.
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede loik » 19 Mai 2006 16:31

oui,et quand un écuyer devenait chevalier,on lui donner trois ou quatre chevaux:un destrier,un palefroi, un sommier et un roncin.
vers la fin du XV siècle,les chevaliers italiens introduisirent l'armure a plaques pour proteger les chevaux mais,tros chère,elle n'eut pas d'avenir.
les jument et les étalons de race étaient réservés a la reprduction.leurs poulains étaient élevaient et dréssés pour les batailles et les tournois.un cheval de bataille était un destrier,puissant et fougueux,mais obéissant a son maître.
vive le moyen age
Avatar de l’utilisateur
loik
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 55
Inscription: 27 Avr 2006 08:14
Localisation: NORD PAS-DE-CALAIS

Messagede Hermione » 20 Mai 2006 17:16

La rosse est un cheval de mauvaise qualité.


d'où "rossinante" du don quichotte de cervantès ?
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede tapedur » 20 Mai 2006 20:55

Pour Armoisine
Pendant la 1ere guerre mondiale,les chevaux supportaient un poids tout aussi conséquent
tapedur

la vie est un cauchemard dont la mort nous réveille. sagesse persanne.
tapedur
Contributeur
Contributeur
 
Messages: 58
Inscription: 09 Mai 2005 18:04

Messagede armoisine » 21 Mai 2006 10:15

Hermione a écrit:d'où "rossinante" du don quichotte de cervantès ?


Je n'ai pas lu le livre mais dans l'article plus haut il est écrit ceci, donc je pense que c'est exact:

armoisine a écrit:A donné Rossinante, dans Don Quichotte.


Et pour Tapedur, je suis d'accord, en fait on peut dire que jusqu'à la première guerre mondiale, les chevaux ont eu une fonction militaire, logistique etc non?
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Mensik » 22 Mai 2006 15:59

Très intéressant comme sujet !

mais le collier d’épaule (ou tout simplement collier) était de loin le plus efficace.


C'est exact. Tout ça pour la simple et bonne raison qu'avec le collier précédent, le cheval était littérallement étouffé.
Image

Ne vous gênez pas, l'inscription est totalement gratuite !
Avatar de l’utilisateur
Mensik
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 42
Inscription: 06 Mai 2005 16:16
Localisation: Boucherville, Québec

Messagede armoisine » 23 Mai 2006 06:39

Bienvenue :D !
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Messagede Mensik » 23 Mai 2006 10:39

armoisine a écrit:Bienvenue :D !


En fait, ça serait à moi de vous le souhaiter en retard, puisque j'étais inscrit avant vous :lol:

Mais je supposes que vous pouvez le faire à cause de mon retour ! :mrgreen:

Merci bien !
Image

Ne vous gênez pas, l'inscription est totalement gratuite !
Avatar de l’utilisateur
Mensik
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 42
Inscription: 06 Mai 2005 16:16
Localisation: Boucherville, Québec

Messagede armoisine » 26 Mai 2006 12:52

Voilà de quoi poursuivre le post.
BOGROS, Denis (1927-2005) : Histoire du cheval de troupe de la cavalerie française : 1515-1918 : essai (1999).

[...]Mais selon le maître d'Auvergne (1769), le cheval fait le cavalier... C'est pourquoi cette étude concerne les chevaux et les systèmes de remonte de la cavalerie française.

http://www.bmlisieux.com/inedits/cavale00.htm

Les révisions pour l'oral se fesant plus intenses je n'ai pas lu le texte en entier, mais il a l'air intéressant même s'il s'ouvre sur la fin du MA et prend parfois un ton curieux quant à "l'héritage français".
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos