Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Les Antrustions, compagnons de guerre des rois germains...

La différence entre une guerre réussie ou non ne dépend pas uniquement de ses troupes, mais aussi de ses ennemis ainsi que de nombreux facteurs extérieurs.

Messagede Visiteur » 24 Jan 2006 15:12

bon, à la demande générale (comment ça, une seule personne ce n'est pas demande générale?), voici ce que j'ai comme info sur ce que l'on appelle la "truste", en terre germanique au haut moyen-age.

Chez les peuples germains de l'antiquité et du début du moyen-age, il n'y avait pas d'armée permanente. Le roi levait des troupes (en accord avec l'assemblée des hommes libres) lors de la perspective d'un conflit. Tout homme libre ayant la majorité (quinze ans chez les francs) avait le devoir de répondre à l'appel en fournissant son équipement guerrier individuel, ce qui engendrait naturellement d'importantes variations de quantité de qualité d'équipement suivant la richesse du guerrier.
Grace à la Lex Ribuaria (633) on peut se faire une idée du prix exorbitant d'un armement complet. une épée vaut environ 7 sous, soit le prix d'un tres bon cheval, le casque aussi, la broigne (cuirasse) en vaut le double etc... L'équipement d'un cavalier lourd vaut donc à peu pres le prix d'un troupeau de vingt vaches, ce qui n'est pas rien!
Pour encadrer ses troupes moyennement entrainées et (on comprend aisément pourquoi!) mal equipées, tout chef de guerre disposait d'une "suite" qui constituait une sorte de garde personelle, nommée "Truste" par les germains, traduit par "comitatus" par Tacite.
Les liens entre antrustions (les membres de la truste) et roi allaient au dela du simple contrat et impliquaient (au moins théoriquement) une fidélité allant jusqu'au sacrifice de sa vie.
Les antrustions vivaient avec le roi, étaient littéralement entretenu par lui, avaient un "wergeld" (le prix du sang) triple et disposaient de nombreux avantages. On leur confiait des charges non seulement militaires mais aussi politiques, diplomatiques, administratives...
Ce statut fort enviés n'était pas héréditaire. Tout homme libre et ayant prouvé ses vertus guerrieres pouvaient etre "candidat au poste".
L'admission dans la truste se faisait au cours d'une cérémonie au cours de laquelle le guerrier se présentait en arme à son roi et lui donnaient les mains en lui lui jurant "truste", c'est à dire "fidelité".
Le roi pouvait récompenser le pacte ainsi scéllé par le don d'une épée, cadeau de grande valeur!
Des cadeaux variés pouvaient récompenser les services rendus mais ils ne semble pas que le roi ai pu donner des terres, et ce pour deux raisons. Primo, l'antrustion restant dans l'entourage direct du roi, on voit mal comment il aurait pu profiter de ses terres. Secundo, la notion d'Etat Souverain n'existe pas chez les germains, elle n'est que latine. Un roi considérait son royaume non pas comme un état dont il avait la responsabilité mais comme ses "biens fonciers" propres. Ce qui explique le partage des royaumes en autant de morceaux qu'ils y avaient d'héritier à la mort d'un roi. On imagine donc mal un roi distribuer à ses guerriers son propre domaine!
Visiteur
 

Messagede Visiteur » 24 Jan 2006 15:21

Cette tradition de truste n'est sans doute pas semble proche des concepts de l'ambacte chez les celtes, et a continué a vivre chez des peuples d'origine germaniques, bien apres les "grandes invasions".
Les "huscarls" dannois du roi saxon Harold, celebres pour avoir été de redoutables adversaires des normands de Guillaume le conquérant à Hastings, semblent s'inscrire dans la meme logique.

Voici, pour le fun, une photo illustrant la cérémonie ou un guerrier devient antrustion...

Image
Visiteur
 

Messagede Hermione » 24 Jan 2006 15:31

merci pour toutes ces précisions sur les antrustions, donc re question :D

à la mort du roi, que devenait ces antrustions ? tu parles du sacrifice de leur vie....:med24:


Les liens entre antrustions (les membres de la truste) et roi allaient au dela du simple contrat et impliquaient (au moins théoriquement) une fidélité allant jusqu'au sacrifice de sa vie.



ils étaient tués ou se suicidaient ils ?
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede snorri » 24 Jan 2006 17:38

Juste que tu ne peux comparer un antrustion à un ambact. Un ambact est beaucoup plus proche des berserkr scandinaves que des antrustions ou des huscarls ...

Les ambacts et les berserkr sont des guerriers consacrés à la religion...
Dernière édition par snorri le 24 Jan 2006 18:34, édité 1 fois.
Eitt sinn skal hverr deyja
Chacun doit mourir un jour
Image
Avatar de l’utilisateur
snorri
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 801
Inscription: 25 Nov 2004 15:35

Messagede Visiteur » 24 Jan 2006 18:21

Ah? bon, on m'avait donc mal renseigné. J'ai bien fait de mettre "semble proche" et non "est proche"...
Visiteur
 

Messagede Visiteur » 24 Jan 2006 18:36

Réponse à Alaricmania:

Ni l'un, ni l'autre, je pense. lorsque le roi mourrait de mort naturelle, ils devaient tout simplement etre libérés de leur voeu.
Lorsque le roi mourrait dans une bataille (ce qui, généralement, induit une défaite), les antrustions avaient le devoir de ne pas fuir. Ils protégaient la dépouille de leur roi et se battaient jusqu'au bout (ce qui, du coup, les condamnent plus ou moins). Mourir dans ces conditions correspond à leur code d'honneur.
Ceci dit, dans le cas d'un combat singulier entre deux chefs, c'est sans doute autre chose. De plus, meme en cas de mort du roi à la bataille, si l'antrustion a fait son devoir, s'est battu comme un lion et que la situation s'est inversé, je pense que honneur est sauf. je n'ai entendu parler de suicide ou de mise à mort rituelle.
En fait, les auteurs anciens ne sont pas précis, mais j'ai tendance à croire que le sacrifice de sa vie n'est lié au fait de ne pas cesser le combat...
Cela correspond à l'attitude des huscarls à la fin de la bataille d'Hastings, lorsqu'ils savaient tres bien qu'Harold était mrt, que la bataille était perdue pour eux mais qu'ils ont continué à se battre. (Le parallele antrustion-huscarl me parait toujours bon, j'enleve la comparaison avec l'ambact des celtes, suite à la remarque de snorri)...

Pour ce qui est d'Alaric, j'ignore ce qu'il a pu advenir à ces hommes. Sans doute certains sont-ils morts plutot que de reculer. D'autres ont peut-etre préter allégence à Clovis, considérant que sa victoire était "réguliere" D'autres ont pu faiblir et fuir. D'autres encore ont peut-etre eu la chance de survivre bien qu'étant restés a combattre...
Visiteur
 

Messagede Hermione » 24 Jan 2006 22:26

merci, je vais en tenir compte et me renseigner sur le sujet alors... 8)

à savoir si les antrustions ont survécus à alaric2 ou s'ils ont fait allégeance à clovis, mais çà j'en doute quand même...

à suivre donc :D
Ecrire l'Histoire, c'est foutre la pagaille dans la Géographie. [Daniel Pennac]
Avatar de l’utilisateur
Hermione
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 264
Inscription: 08 Jan 2006 00:42

Messagede Visiteur » 25 Jan 2006 12:12

On peut imaginer que certains aient surcvécu et aient emporter sa dépouille...
Visiteur
 

Messagede alaric234 » 06 Fév 2006 13:05

oui s il on emporté la dpouille sa améne a savoir ou !!
alaric234
Petit contributeur
Petit contributeur
 
Messages: 44
Inscription: 04 Fév 2006 22:55

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos