Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Les voyages d'Ibn Battuta

Présentez les sites que vous rencontrez au fil de vos promenades virtuelles. Pro, amateurs, blog, images... Laissez ici leur adresses.

Messagede Foulques » 23 Déc 2006 20:20

Un excellent site, à l'ergonomie et la rédaction agréables :

http://coll-ferry-montlucon.planet-alli ... ybatge.htm

C'est un beau travail sur cet infatigable voyageur musulman du XIVe siècle que fût Ibn Battûta.
Bien sûr, comme tout récit de voyageur, on y apprend plus sur l'homme que sur ce qu'il a réellement vu…

Loin de moi l'idée de critiquer Wikipedia, mais je ne vois pas pourquoi ils le qualifient d'"explorateur". Il n'a rien exploré, se sentant perdu et déphasé quand il abordait une terre en dehors du Dar-Al-Islam, mais il a voyagé selon les risques du temps et c'est déjà bien.
C'est le même type d'erreur, si répandue, de ceux qui qualifient Averroès de traducteur d'Aristote alors que son œuvre réside dans ses commentaires, la traduction en arabe ayant déjà été faite par des chrétiens nestoriens via la langue syriaque, des siècles auparavant.

Pour parler d'histoire il faut dire les choses précisément. Et justement, je trouve le commentaire de ce site précis et cherchant à faire la part des choses. A saluer :)
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede vercoquin » 23 Déc 2006 21:03

Merci pour ce lien, Foulques. J'ai commencé à explorer... Je reprendrai le voyage.
Avatar de l’utilisateur
vercoquin
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 234
Inscription: 08 Déc 2006 11:23

Messagede Foulques » 29 Déc 2006 21:29

Je t'en prie ! :wink:

Je disais que le récit d'un voyageur témoigne autant de ce qu'il rapporte de ce qu'il ne veut pas voir.
Dans Jacques Heers, "Les négriers en terre d'Islam", on trouve justement à ce propos :

"Ces marchés [d'esclaves] qui, à n'en pas douter, tenaient une place tout à fait notable dans la vie sociale et dans l'économie même de ces pays, n'ont pourtant pas retenu l'attention des voyageurs. Ils passent sans les voir et les ignorent. Ni Ibn Battuta, si prolixe sur tant d'autres pays et sur quelques aspects de la vie de cour au Mali, ni d'autres en son temps ou plus tard ne s'attardent ne serait-ce qu'un instant à parler des marchés aux esclaves, à croire qu'aucun ne s'est trouvé sur leur chemin. Visites bien conduites sous la tutelle d'un bon guide, ou refus de les montrer, ces marchés n'existent pas, pas même à Sijilmasa, pas même à Tombouctou."

Pourtant, on pourra dire qu'Ibn Battuta a bien profité de ces marchés d'esclaves, comme le relate le site :

"En novembre 1331, Ibn Battuta et ses trois compagnons qui lui avaient été offerts (deux esclaves mâles et une esclave femelle), avec les nombreux chevaux et cadeaux qu’il avait reçu du Gouverneur et des autres personnes qui l’avaient hébergé, se mirent en route en direction de la Mer Noire."

"il quitta donc l’Inde pour le port de Chittagong (actuellement au Bengladesh, un pays musulman à l’Est de l’Inde). Il trouva que la ville était parfaite du point de vue des ressources qu’elle pouvait offrir, mais qu’elle puait de façon incroyable. " Un enfer rempli de bonnes choses ! " Tout y était très bon marché, en particulier les esclaves. Il en profita pour s’offrir une jeune esclave d’une " extrême beauté " et un de ses amis acheta un jeune garçon, le tout pour seulement… deux dinars d’or… autant dire une bouchée de pain."
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos