Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Marchés et foires au MA ? (période entre le XIIe et le XVe)

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede Thom.S » 24 Aoû 2006 15:28

Salut à tous.


Je recherche des informations concernant les marchés et foires au moyen-âge (en gros entre le 12eme et le 15eme)

Auriez-vous ça, car je n'ai pas trouvé grand chose sur le net, et 1 seul bouquin dans les librairies en lignes ?


Ce que je cherche à savoir, c'est une idée sur :
- quels étaient les types de commerçants présents
- quels étaient les produits vendus
- y avait-il des taxes
- comment c'était organisé (et par qui ? , etc...)


Par avance merci.
:)
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Thom.S » 05 Sep 2006 13:30

Salut à tous.

Vraiment vous n'auriez rien à me conseiller sur le sujet ?
Je n'ai RIEN trouvé, meme sur amazon... (sauf un livre, mais plus économique que scientifique ...)
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede snorri » 05 Sep 2006 13:53

Thom.S a écrit:Ce que je cherche à savoir, c'est une idée sur :
- quels étaient les types de commerçants présents
- quels étaient les produits vendus
- y avait-il des taxes
- comment c'était organisé (et par qui ? , etc...)


Mon 'ami' Wikipedia (faudrait que j'achète des actions...) nous dit ceci sur les Foires de Champagne (les plus connues parait-il...):

Les foires de Champagne est le nom donné aux foires se tenant depuis le XIIe siècle sur le domaine des comtes de Champagne. Leur succès historique est principalement le fait de la sécurité particulière dont bénéficiaient les marchands, garantie par les comtes de Champagne eux-même. Elles se tenaient dans les villes de Lagny (1 fois par an), Provins (2 fois par an), Troyes (2 fois par an) et Bar-sur-Aube (1 par an).

C'est bien l'excellente organisation matérielle (halles, logements, entrepôts), une forte dotation de privilèges et la bonne justice des comtes de Champagne qui expliquent le premier développement des foires qui vont donner naissance, à la fin du XIIe siècle, au cycle des six grandes foires citées ci-dessus, que complètent quelques foires de moindre importance.

Le comte de Champagne parvient à faire respecter son « conduit » au-delà des frontières de son comté. Unité de poids, le marc de Troyes apparaît en 1147 et sera bientôt adopté à Paris. Le denier provinois circule assez loin pour servir de référence jusqu'en Italie.

Organisation : Le garde des foires
Dès 1147, le « garde des foires » qui veille à l'ordre assure aussi bien le respect des usages commerciaux et développe une véritable juridiction. Au XIIIe siècle, les gardes tiennent même le rôle de notaires, donnant la sanction d'autorité comtale aux actes de droit privé relatifs aux transactions et aux créances. Dans la seconde moitié du siècle, ils se dotent eux-mêmes de notaires et de procureurs pour faire face à l'augmentation du volume des affaires, d'autant plus lourde que le même personnel va de foire en foire.

Le conduit royal de 1209
Le conduit royal accordé par Philippe Auguste en 1209 élargit encore le rayonnement de ces foires de Champagne. Celles-ci forment désormais un ensemble cohérent, qui attire les Italiens aussi bien que les Flamands. Le conduit royal les assure que tout tort qui leur serait causé serait tenu pour lèse-majesté et pris en compte par la justice royale.

Un cycle équilibré
Les foires de Champagne forment, dès la fin du XIIe siècle, un cycle équilibré de foires principales et secondaires qui procure aux hommes d'affaires une place commerciale presque permanente.

* 2 au 15 janvier : foire de Lagny
* 22 janvier au 5 février : foire de Troyes
* mardi avant la mi-carême au dimanche de la Passion : foire de Bar-sur-Aube
* semaine de la Passion : foire de Sézanne
* mai : foire Saint-Quiriace de Provins
* 24 juin à la mi-juillet : foire « chaude » ou de la Saint-Jean à Troyes
* septembre : foire Saint-Ayoul à Provins
* début d'octobre à la semaine avant Noël : foire « froide » ou de la Saint-Remi à Troyes

Un lieu d'information économique
Les foires de Champagne jouent dès les années 1250 le rôle d'une place financière et doivent à ce rôle de survivre comme foires de change jusque dans les années 1340, alors même que les transactions commerciales ont en bonne partie disparu.

Des «nations»
Les foires en général sont l'un des lieux où les hommes du Moyen Âge prennent conscience de leur identité nationale et de leur solidarité devant un milieu local. Dès le XIIIe siècle, les marchands italiens constituent en Champagne des « nations », gouvernées par les consuls qui sont autant des représentants du gouvernement de la ville d'origine (p. ex. les Siennois dès 1246) que ceux des marchands fréquentant la foire. Ces nations mettent en place des structures d'aide aux affaires et même une juridiction d'arbitrage interne, reconnue par le roi. À partir de 1278, l'ensemble des consuls italiens en Champagne élit un capitaine, tenu par le gouvernement local pour un interlocuteur commode. Des organisations semblables peuvent être observées sur les foires en Languedoc.

Déclin des foires de Champagne
Les foires de Champagne rayonnent au XIIIe siècle sur tout l'Occident. Elles régressent après 1300 devant la concurrence de Paris, trop proche pour justifier le maintien par les grandes compagnies italiennes de deux établissements permanents, l'un dans une grande ville et l'autre dans quatre villes moyennes. L'apparition de la concurrence maritime pour les trafics entre la Flandre et l'Italie n'est pas sans avoir ajouté aux causes cette désaffectation. D'autant plus faut il ajouter la crise de la fin du Moyen Âge, à la fois économique et démographique.

Liens externes

http://lamop.univ-paris1.fr/baudin/fran ... foires.htm
http://www.provins.org/histoire/les_foi ... mpagne.htm
http://www.tourisme-troyes.com/0/histoire/foire.asp
http://www.lagny-sur-marne.fr/decouvrir ... ine&id=728
http://fr.wikipedia.org/wiki/Foires_de_Champagne

Thom.S a écrit:Je n'ai RIEN trouvé, meme sur amazon... (sauf un livre, mais plus économique que scientifique ...)


Personnellement, je ne connais pas de livre traitant de ce sujet.
Eitt sinn skal hverr deyja
Chacun doit mourir un jour
Image
Avatar de l’utilisateur
snorri
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 801
Inscription: 25 Nov 2004 15:35

Messagede Thom.S » 05 Sep 2006 15:04

Super snorri


Je vais potasser ça dans la soirée...


Merci encore :)
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede snorri » 05 Sep 2006 19:27

De rien ...
Eitt sinn skal hverr deyja
Chacun doit mourir un jour
Image
Avatar de l’utilisateur
snorri
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 801
Inscription: 25 Nov 2004 15:35

Messagede Foulques » 05 Sep 2006 20:30

Oui, l'article de Wiki est bien sur les foires de Champagne (de loin les plus importantes de la chrétienté, le coeur marchand), mon dico Mourre n'en dis pas plus.

Tout ce que je sais, ce que je pourrais dire en sus :
On a exagéré le rôle des épices dans les échanges (ça doit être le côté sympa et exotique de la route des épices et de la soie qui fait qu'on en a plus parlé). En volume et en valeur, le tissu avait bien plus d'importance dans les échanges (draps de Normandie, des Flandres, taffetas et tissus de soie d'Italie, laines d'Ecosse et d'Angleterre,...).

Un produit qui avait retenu mon attention par son originalité : les plumes de paon (pour la mode bien sûr). Mais cette fois-ci sur la grande foire de Beaucaire, dans le sud de la France. Mais je ne sais plus d'où elles venaient, je ne suis pas arrivé à retrouver le passage dans Heers.

A la cause du déclin des foires de Champagne il faut aussi ajouter l'émergence de celle de Genève, mais je ne sais pas dans quelles proportions par rapport aux autres facteurs.

"Jacques Coeur" de J. Heers parle beaucoup de commerce mais il n'y a pas la réponse à tes questions.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Thom.S » 05 Sep 2006 22:15

Dans la foulée, je suis tombé sur un texte pour les foires en saumurois.
http://perso.orange.fr/saumur-jadis/rec ... d4foir.htm

Par contre il me reste quand même à savoir quels produits étaient vendus ?
D'après toi Foulques, ce seraient les tissus et draps principalement ? Est-ce que l'alimentation était réservée aux plus petits marchés locaux ?


------

Sinon dans le texte du lien que j'évoque, il y a cette observation :
"Les revenus de ces foires sont recherchés. Le premier janvier 1152, l'abbé de Saint-Florent, Mathieu de Loudun, affirmant que jadis le revenu de la foire de mai revenait en totalité à son église, mais que les prévôts de Saumur s'étaient mis à garder à peu près tout, obtient le partage par moitié de ces revenus"

En quoi l'église est venue recueillir les revenus de ces foires ? (sans doute qu'ils parlent d'un pourcentage sur les ventes ?... Une sorte de taxe en somme...)
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede An1000.org » 06 Sep 2006 17:02

En fait, les taxes de presque toutes sortes étaient accordé par un seigneur à un vassal.

Il se peu que l'abbaye de Saint-Florent l'ai reçut comme cela, puis au fil du temps, les prévots de Saumur ont récupéré l'ensembles des taxes, le seigneurs d'alors ne faisant rien.
Mathieu de Loudun espère pourvoir récupéré en partie ce droit.

Hypothèse parmis tant d'autres...
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Foulques » 07 Sep 2006 00:55

Je suis d'accord avec Rod sur ce point, j'avais pensé à la même chose. Ne pas oublier la confusion des droits seigneuriaux entre laïcs et ecclésiastiques.

Thom.S a écrit:Par contre il me reste quand même à savoir quels produits étaient vendus ?
D'après toi Foulques, ce seraient les tissus et draps principalement ? Est-ce que l'alimentation était réservée aux plus petits marchés locaux ?

Je ne voudrais surtout pas être catégorique, comme toi je n'ai jamais vu d'étude poussée à ce sujet. Pour les points suivants, j'aurais seulement "tendance à penser que" :
Ce qu'on trouvait sur les grandes foires relève sans doute des inventaires à la Prévert, mais on devait d'abord y trouver des draps, laines, tissus, bien avant des épices. On y trouvait aussi des fourrures et des métaux, cuivre, argent, plomb, sous formes brute en barres ou manufacturés en articles. J'ai l'impression que les grandes foires étaient destinées principalement au grand commerce "international", des marchands de haut vol qui ne se déplacent pas pour des clopinettes, donc les profits, les marges, étaient conséquents, adaptés à la fiscalité faite sur mesure pour eux. Des grossistes plus que des détaillants. Dans ces conditions, le déplacement de marchands modestes (de bestiaux par exemple), ne devait être intéressant ni pour le vendeur ni pour l'acheteur.
En fait, une logique économique intemporelle.

Par la suite, et Wiki le rappelle à propos, cette gigantesque place marchande de biens fluctuante va évoluer en vaste bourse d'échange financière (c'est assez frappant d'ailleurs).

A mon humble avis : ne pas tomber dans la fausse image du MA que nous ont transmis des générations de profs : celle d'une époque erratique, illogique, fantasmatique... Les types savaient très bien compter, avaient calculé où était leur intérêt et de combien, mesuraient les risques... (d'ailleurs l'assurance date de la fin du MA). La volonté étatique est bien présente aussi, celle des comtes de Champagne comme celle du roi de France. L'aspect dirigiste dans l'économie des rois du MA est frappant, déjà Colbertien. Par exemple dans la bio de Jacques Coeur par Heers, tout un pan très important de l'action et des préoccupations économiques de Charles VII apparaît alors que dans la bio de Charles VII par Philippe Erlanger, on ne s'en doute pas du tout ou en tout cas ce n'est pas mis en valeur... Là c'est le personnage plus familier qui est présenté : le petit roi de Bourges, Jeanne d'Arc, Agnès Sorel, etc... L'enchainement évenementiel plutôt que l'action en profondeur, les réformes économiques qui permettront l'essor d'une région.
C'est donc grâce à Heers que je me suis rendu compte à quel point Charles VII a été un grand roi, bien plus industrieux que l'image qu'on a donné de lui. Mais je me suis éloigné du sujet, pardon !

Bon mais pas tant que ça en fait. Vers 1444 Charles VII, pour ramener la balance vers la France et mieux concurrencer Genève va accorder à la ville de Lyon une grande foire ayant les mêmes "privilèges, sauvegardes et libertés" que celles de Champagne. De quelles nature étaient ces privilèges, c'est ce que je ne sais pas non plus.
Peut-être qu'avec des questions plus précises dans le temps et le lieu je pourrais te trouver des réponses plus pertinentes. :wink:
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Thom.S » 07 Sep 2006 13:31

Foulques a écrit:Peut-être qu'avec des questions plus précises dans le temps et le lieu je pourrais te trouver des réponses plus pertinentes. :wink:


En fait j'ai écrit une petite histoire qui se passe aux alentours du 15eme, dans le centre de la France (Sud de Paris, Poitou,... - par ex). Un petit marchand (épinglier) qui va vendre son stock sur un marché local (avant diverses mésaventures...).

Donc je cherchais à savoir l'organisation pour ces manifestations, histoire de faire jouer des personnages autour (pour ça le "garde des foires" est très bien).


Par contre je voudrais faire une planche complète avec une vue du marché du dessus (qu'on voit tous les produits mis en vente...).
Faut peut-être que je ne me prenne pas trop la tête : tout ce qui concerne la maison et la nourriture peut suffire... Mais bon si j'avais un descriptif plus précis des marchés de l'époque, je serais sûr de ne pas faire de bourde...
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos