Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

partage de fief

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede fabcec14 » 15 Aoû 2008 23:20

[En droit normand] Lorsqu'un 1/4 de fief X dépendait d'un autre fief ou baronnie Y, peut-on en conclure que X appartenait à l'ensemble Y comme portion demembrée? Plus généralement lorsqu'un fief X dépend d'un fief Y est-ce que X appartient à Y. Si ce n'est pas le cas comment les fiefs pouvaient être rattachés à d'autres? Enfin comment obtenait-on un demi fief, un quart de fief,etc......?
fabcec14
 
Messages: 1
Inscription: 15 Aoû 2008 23:16

Messagede Jehan » 28 Aoû 2008 16:58

Tu devrais consulter le site : www.mondes-normands.caen.fr
Si j'ai bien compris, en droit coutumier normand, en cas de démembrement d'un fief, le vassal restait en règle avec son suzerain si le démembrement portait sur moins du tiers du fief initial. Sous toute réserve. A vérifier.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede An1000.org » 29 Aoû 2008 10:30

Salut,

Je ne répond pas à la question, mais ces fils peuvent t'intéresser :

Question de propriété
La co-propriété au moyen age
Propriété immobilière au moyen age

:wink:
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Jehan » 24 Oct 2008 19:36

Pour ce qui est spécifiquement du droit normand, je ne suis pas au point ! Mais en ancien droit généralement admis en France, le démembrement de fief, c'est à dire la division que le vassal fait de son fief est de deux sortes.
Le démembrement dit "nécessaire" du fait du partage d'une succession entre co-héritiers ne peut être empêché par le seigneur dominant, du moins si ce démembrement suit les règles de la coutume applicable. La raison avancée par les praticiens du droit est que les co-héritiers tiennent le fief solidairement et par indivis, et qu'ainsi le fief garde juridiquement son unité et son intégrité.
Le démembrement dit "volontaire" qui se fait par vente, donation ou échange, est par contre soumis à l'autorisation du suzerain. Pour ajouter à la complexité, entre aussi en ligne de compte ce qu'on nomme le "jeu de fief". Même dans les coutumes qui interdisent en principe le démembrement volontaire, il semble que le vassal pouvait "se jouer de son fief" comme on disait alors. Je reviendrai sur ce point une autre fois...

Une dernière chose, pour le cas de démembrement "nécessaire", il faut également consulter le terme "parage" qui rend compte des divisions entre frère aîné, dénommé "chemier" dans certaines coutumes, et ses frères puînés répondant dénommés "parageaux." Que d'invention juridique et langagière !

A bientôt.
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos