Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Quand les Anglais parlaient français

Les sources médiévales, difficilement lisibles, sont une aubaine pour les historiens. Elles permettent de donner des indications précises sur la société de l'époque.

Messagede Foulques » 14 Fév 2006 21:46

Le couronnement de Guillaume de Normandie (ou le Conquérant ou the Bastard) à la Noël 1066 à Londres comme roi d’Angleterre, et la confiscation des charges nobles et ecclésiastiques par les Normands qui s’ensuivit, changera la donne linguistique anglaise pour des siècles.

La nouvelle élite parle son idiome, le franco-normand, alors que le peuple continue bien sûr de parler leur langue et que le latin reste celle, savante, des clercs.

La langue dominante est un rapport de puissance, même s’il faut d’abord penser au prestige avant l’oppression. Par ailleurs le fait que les nouveaux seigneurs n’avaient pas rompu leurs attaches de Normandie, qu’ils avaient des domaines de part et d’autre de la Manche, favorisait leur attachement à leur langue ancestrale.

Le franco-normand va grandement influencer le vieil-anglais parlé jusque-là, d’abord dans sa graphie. Les scribes Normands appliquent les signes qu’ils connaissent. Par exemple, cw sera noté qu (cwene>queen), les lettres z et g apparaissent. Ces transformations marquent un changement d’époque, donnant naissance à ce qu’on appellera le moyen-anglais.
C’est dès les XI-XIIe siècles que vont entrer dans le vocabulaire anglais des mots normands comme :

Car (char), captain, to carry (carrier), caterpillar (chenille, de cattepelose "chatte poilue"), castle (château), to catch (de cachier, "chasser "), cattle (catel, "bétail"), cauldron (caudron), …

On sait que ces termes provenaient du normand car leurs équivalents dans la langue de l’Ile-de-France à la même époque commençaient eux par ch (charrier, chastel, chattepelose, chacier, chaudron, etc…).

Mais ces derniers apports de mots représentent fort peu de choses par rapport à ceux ultérieurs du français qui constituent entre un et deux tiers, selon les linguistes, du vocabulaire anglais.
Il y aura à cela au moins deux raisons.
Lapremière est le prestige de la couronne de France. A partir du XIIe s., la langue de l'Ile-de-France va gagner un prestige considérable, à la mesure de la croissance et de la stabilité de la royauté française. Le "bel françois" bénéficie également de la considération qu’on a pour les langues écrites : les chansons de geste françaises circuleront dans toute l’europe.
Progressivement, son entendement et son usage vont dépasser sa région d'origine et influencer les parlers locaux. Ainsi, nos Normands adopteront progressivement cette langue jugée plus noble et peu éloignée de la leur en fait.

La deuxième raison sera la continuité étonnante des liaisons maritales entre rois d’Angleterre et princesses royales françaises pendant trois siècles. De 1152 à 1445, chaque roi d’Angleterre prendra une épouse dans l’hexagone !
Douze reines vont faire vivre la langue française à la cour ou tout au moins empêcher de l'oublier. Sans compter que de nombreux rois et princes séjourneront longtemps sur le continent, comme Henry II ou le Prince Noir (Richard Cœur de Lion a sa sépulture à Fontevraud).

En Angleterre, langue courante de l’élite, langue maternelle des rois, le français sera aussi la langue unique des affaires officielles et celle de l’enseignement dans les universités.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Foulques » 14 Fév 2006 21:48

Impossible et fastidieux de lister ici ne serait-ce que le dixième de ces mots tant l’apport a été massif (voir aussi que beaucoup de mots sont tombés en désuétude).
Dans les mots anglais usités encore, et des plus connus en France :

  • Computer, computer (calculer)
  • Bacon, bacon, baconnel
  • Duke, duc
  • Judge, juge
  • Plenty, a plente (à foison)
  • Mushroom, mousseron
  • Foreign, forain
  • Veal, veau
  • Match, meiche (mèche)
  • Flower, fleur
  • Rental, rental (soumis à une redevance annuelle)
  • Van, caravane
  • Jewel, juel (joyau)
  • Money, moneie
  • Nurse, nourrice
  • Proud, preux
  • Country, contrée
  • Towel, toaille (serviette)
  • Chair, chaiere (chaise)
  • Mustard, moutarde
  • Corner, corniere
  • Leisure, leisure (permission de faire quelque chose)
  • Handkerchief, kerchief vient de couvre chief
Une perle :
Le fameux How do you do ? Qui a paru étrange à tous les petits francophones l’apprenant à l’école, vient en fait de la forme ancienne en français Comment le faites-vous ? Qui était une façon de dire "Bonjour, comment allez-vous ?"

Ce qui est amusant c’est que les étudiants anglais ont sans doute moins de mal que les étudiants français pour étudier le vieux-français ! Ceci vient du fait que leur langue a été simplifiée et restée plus proche de la langue originale, alors que la nôtre a été triturée et compliquée à loisir par des hordes de grammairiens sourcilleux (moi j’adore notre langue mais je me rends bien compte en lisant la presse ou les blogs que ce n’est pas du goût de tout le monde :) ).

Ainsi la fameuse élision du s au profit de l’accent circonflexe par la réforme de l’Académie en 1740. Des mots anglais ont gardé la forme originale du français antérieur dont ils sont issus, comme :

  • Forest, forêt
  • Bastard, bâtard
  • Master, maître
  • Priest, prêtre
  • Quest, quête
  • Cost, coût
  • Oyster, huître
  • Coast, côte
  • Honest, honnête
  • ...

De même, après cette réforme, la forme es sera remplacée par é , mais encore perceptible par ces mots anglais :
  • Spice, épice
  • Strange, étrange
  • Study, étude
  • To spy, épier
  • Screen, écran
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Foulques » 14 Fév 2006 21:49

C’est la guerre de cent ans, origine de nos consciences nationales respectives, qui va mettre un terme à la prédominance du français dans l’élite anglaise. Par agacement et réaction, les bourgeois anglais vont peser sur leur élite pour qu’ils cessent de promouvoir officiellement la langue de l’ennemi.
Dès 1349, les professeurs d’Oxford enseigneront en anglais, en 1362 le discours d’ouverture du Parlement l’est également pour la première fois.
Chaucer fait entrer l’anglais (de Londres) dans la littérature par la voie royale avec ses Contes de Cantorbery (fin XIVe s.), mais sa langue reste très influencée du français de l’époque.

HenryIV a été le premier roi d’Angleterre dont l’anglais était la langue maternelle. Son fils, Henry V sera le premier à utiliser l’anglais dans ses communications officielles.

Tout comme la naissance du patriotisme français sur le continent dont Jeanne d’Arc est la figure extraordinaire, la cristallisation des Anglais autour de leur vieille langue insulaire est d’ordre nationaliste.
Le français restera une langue prestigieuse malgré tout, mais l’Angleterre ira à l’inverse du reste de l’europe où la langue française prendra progressivement une importance considérable. Son rayonnement si connu aux XVII-XVIIIe siècles a en fait des bases très solides dans la période médiévale.

D’officiel, il restera en Angleterre "Dieu et mon droit", devise officielle de la couronne, et la fameuse devise de l’ordre de la Jarretière "Honi soit qui mal y pense".


Bien après le moyen âge, après le XVIIIe s. caractérisé par son anglomanie, des oreilles françaises ont trouvé un intérêt à certains mots entendus outre-manche… Ce que les porteurs d’oreilles en question ne savaient pas, c’est que ces mots anglais venaient du vieux français !

On appelle ça des allers-retours :

  • Briefing, Brief (court document officiel)
  • Fuel, fouaille (matière servant à alimenter un feu)
  • Toast, toster (griller)
  • Rail, raille (barre)
  • Budget, bougette (bourse portée à la ceinture)
  • Challenge, chalenge (défi)
  • Parking, Parc
  • Dispatcher, Depescheur (de dépêcher: «expéditeur»)
  • Interview, entrevue

ça, c’est le drame français : on invente, l’étranger nous le pique, le transforme un peu et nous le revend ! :D

Pour plus de précisions, reportez-vous au livre d’Henriette Walter "honi soit qui mal y pense", dans le livre de poche, dont ce court et grossier résumé est inspiré.

Voir aussi deux liens excellents :

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Langues/2 ... nglais.htm

http://www.cvm.qc.ca/encephi/Syllabus/H ... eterre.htm
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Jehan » 24 Fév 2006 22:19

Et oui, on dit aussi un bref !
Jehan
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 359
Inscription: 15 Déc 2005 14:00

Messagede armoisine » 24 Fév 2006 22:24

J'ai discuté avec une amie anglaise à qui j'ai montré ce lien.

Elle avait eu un cours sur les glissements liguistiques et de vocabulaire mais peut être pas forcément en lien avec cette période:
Knife = canif
Ghost vient de l'allemand "geist" en lien avec l'esprit dans le sens de l'âme et non dans le sens esprit-fantôme;
D'où le Holy Ghost. En fait elle a suivi un cours sur les origines allemandes de l'anglais surtout....
L'homme n'est pas entièrement coupable: il n'a pas commencé l'histoire; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. Camus
Avatar de l’utilisateur
armoisine
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1325
Inscription: 02 Juin 2005 20:21
Localisation: Dans mes rêves

Re: Quand les Anglais parlaient français

Messagede An1000.org » 25 Fév 2006 12:01

Foulques a écrit:On sait que ces termes provenaient du normand car leurs équivalents dans la langue de l’Ile-de-France à la même époque commençaient eux par ch (charrier, chastel, chattepelose, chacier, chaudron, etc…).


J'ai d'ailleur dans ma Normandie natale de la famille qui parle encore avec un reste "d'ancien parlé". Moi-même, il m'arrive de sortir ces mots de temps en temps.
Ex:
Chien --> Cien
Vache --> Vac

Et oui, on est issu de la campagen par chez nous. :lol:
Rod
Les petits ruisseaux font les grandes rivières...
Avatar de l’utilisateur
An1000.org
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 808
Inscription: 18 Sep 2004 09:30

Messagede Foulques » 26 Fév 2006 18:55

Alors ça prouve que tu viens du nord de la ligne Joret, Rod !

C’est comme ça qu’on appelle la ligne géographique de séparation linguistique entre ceux qui disent vaque au nord de la Normandie et ceux qui disent vache, au sud. Du nom du dialectologue qui l’a relevé au XIXe s.

Cette ligne court approximativement du sud de Coutances aux Andelys en passant par Vire et Evreux, ça partage la Normandie en deux dans le sens horizontal.

En fait, ceux qui prononcent c au lieu de ch sont plus proches du latin d’origine… Mais je trouve ça moins joli !
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos

cron