Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon

Vouvoiement et tutoiement ?

Le Moyen Âge est la période de l'Histoire située entre l'Antiquité et la Renaissance. Traditionnellement, on le fait commencer en 476 et le terminer en 1492.

Messagede Thom.S » 16 Nov 2005 21:00

Question qui semble bête : est-ce que le vouvoiement existait au Moyen-Age ? Et que signifiait-il exactement ? Un lien de subordination, ou un simple respect ?

Qui vouvouyait qui : le vassal son Seigneur, le clerc son Evêque, l'Homme la Femme ?

Et est-ce que l'apparition de la courtoisie (et de l'amour courtois...) n'a pas apporté quelques changements ou innovations ?
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Foulques » 16 Nov 2005 21:33

Excellente question mais euh, pour y répondre... :roll:

Tout ce qui me vient à l'esprit est le fameux "Je te dis que tu es fils de roi" de Jeanne à Charles VII, mais bon, circonstances exceptionnelles peut-être...

J'ai jamais fais gaffe à ça dans mes lectures mais ce que nous avons c'est surtout des actes officiels, pas des extraits de conversations ordinaires.
Je pense qu'une partie de la réponse se trouve dans le latin. Comme le français en tire son origine, il y a sûrement dû y avoir une survivance. Pour ma part mes souvenirs scolaires sont trop anciens sur le latin.

J'aurai tendance à penser qu'ils se tutoyaient plutôt : c'est par la suite que les usages vont beaucoup s'étoffer en protocole, mais c'est juste une idée.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Thom.S » 16 Nov 2005 21:44

Foulques a écrit:(...) mais ce que nous avons c'est surtout des actes officiels, pas des extraits de conversations ordinaires.
.


Hé oui voilà ! Je vais faire une recherche sur le net pour essayer de trouver des infos...
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Foulques » 16 Nov 2005 22:05

Je viens de regarder dans mon Littré. Il renvoie à Du Cange (XVIIe) qui dit lui-même en avoir trouvé la trace du temps de Trajan. Donc, c'était bien en usage chez les Romains...
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Thom.S » 02 Avr 2008 14:27

Un déterrage qui vient de loin... :)



Vouvoiement en Italie - Origine du "Lei" de politesse :

Au début de son histoire, durant le Moyen Âge, la langue italienne utilisait la distinction T(u)-V(oi) comme les autres langues romanes. Dans La Divine Comédie (débutée en 1307), Dante tutoie les gens qu'il rencontre, mais il utilise voi lorsqu'il veut exprimer le respect, comme par exemple lorsqu'il rencontre son ancien professeur (« Siete voi qui, ser Brunetto? »).

L'utilisation de lei comme pronom poli apparait durant la Renaissance et se confirme sous l'influence de l'Espagnol. Son origine se situe dans les expressions telles que « Votre Seigneurie, Éminence, Majesté, Sainteté, etc. » qui sont toutes de genre féminin (Vostra Signoria/Eminenza/Maestà/Santità/...) et auxquelles on applique la troisième personne du singulier.

Durant quelques siècles (probablement entre les XVIe et XXe siècles), un système de trois pronoms est utilisé, tu/voi/lei étant employés avec un degré croissant de politesse. Cet usage est visible dans le roman Les Fiancés de Manzoni, écrit en 1840-42 et se déroulant en 1628-30 : Les personnages parlent en utilisant les trois pronoms, souvent de façon non réciproque, les combinaisons étant basées sur l'âge et le statut social.

...

Sources : Cette section sur la Distinction T-V en italien est issue d'une traduction de la version anglaise de Wikipédia, intitulé « T-V distinction in Italian »
Avatar de l’utilisateur
Thom.S
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 242
Inscription: 17 Sep 2005 10:41
Localisation: Anjou et Normandie

Messagede Foulques » 04 Avr 2008 18:03

Heureux de voir mon intuition confirmée.

Regarde cette discussion :
http://www.passion-histoire.net/phpBB3/ ... =80&t=3824

L'hypothèse de l'origine médiévale du "vous" pour "toi et tes vassaux" est séduisante mais trop récente pour être la bonne, et d'ailleurs démentie par les mentions dans la chanson de Roland.
L'hypothèse des deux Augustes me paraît satisfaisante mais il faudrait lire le bouquin cité à la fin : "Histoire internationale du vouvoiement" de Philippe Wolff.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Messagede Aaarrrgggh » 07 Avr 2008 08:13

Il semble, du moins dans la noblesse, que la femme vouvoyait son époux et vice versa. De même, les enfants semblaient aussi vouvoyer leurs parents. Dans le sens inverse, j'ai cru lire que ça serait davantage du tutoiement. Entre gens de même état, l'on pouvait se tutoyer (entre rois, princes, etc.).
Je ne sais trop quand un membre de rang supérieur s'adresse à un membre de rang inférieur.
Aaarrrgggh
Bon contributeur
Bon contributeur
 
Messages: 241
Inscription: 10 Nov 2006 06:34
Localisation: Tours

Messagede Foulques » 23 Mai 2008 19:23

J'ai regardé dans les fabliaux et farces :

Dans La Farce de Pathelin (XVe s):
Tout le monde se vouvoie entre le drapier, le juge, le vilain et sa femme (plus surprenant parce que ce couple n'a pas l'air d'être aisé), sauf pour le berger qui lui est tutoyé alors qu'il vouvoie tout le monde.
Le critère social est indéniable.

Dans d'autres contes de siècles antérieurs, je repère les mêmes attitudes. Le vouvoiement entre mari et femme paraît général et celui des enfants pour leurs parents alors que les parents les tutoient.

Un exemple, de La Housse partie(XIIIe), un grand père s'adresse à son petit-fils et ce dernier lui répond :

"Biau fis, fet il, que ferais gié ?
Por quoi le m'as tu recopee ?
Ton père le m'avoit donée :
Or as tu fet grant cruauté,
Que ton père avoit commandé
Que je l'ëusse toute entiere.
- Alès, fet il, ou vous voudrés


Plus étonnant, dans Le vilain Mire, le seigneur vouvoie le riche vilain. Mais c'est peut-être à cause de son statut de médecin.
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. [R. Sheckley]
Avatar de l’utilisateur
Foulques
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 942
Inscription: 01 Avr 2005 19:39

Re: Vouvoiement et tutoiement ?

Messagede Kazan » 07 Fév 2012 18:20

Bonjour à toutes et à tous.

En naviguant sur les vagues infernales du Web dans le but d'obtenir des réponses sur les origines du vouvoiement, j'ai eu le plaisir de m'échouer ce sujet du forum de votre site.

Soit dit en passant, quelle agréable surprise de constater sur un forum l'absence de mutilation de notre belle langue française, sans faute d'orthographe, de syntaxe, de grammaire ou langage SMS... Que du bonheur !

Pour en revenir au sujet qui me (nous) intéresse, j'ai trouvé un article relativement détaillé sur le vouvoiement / tutoiement, téléchargeable au format PDF en cliquant sur le lien suivant :

Premières recherches sur l'apparition du vouvoiement en latin médiéval

L'auteur y mentionne de nombreux érudits du premier millénaire qui ont remplacé le tutoiement par le vouvoiement de façon ostentatoire au fil des ans.

Je me fais donc une joie de vous faire partager de ma « découverte », aussi insignifiante puisse-t-elle sembler, afin d'étayer les propos de vos les messages précédents.

Je tiens particulièrement à vous remercier toutes et tous de la richesse des sujets que vous abordez, et de la passion que vous entretenez pour cette envoûtante époque du Moyen-Âge.

Kazan
Avatar de l’utilisateur
Kazan
 
Messages: 1
Inscription: 07 Fév 2012 15:58

Le Moyen Age... Info complémentaires

Services et Infos