Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Assassin's Creed, la vrai histoire

Assassin's Creed, la vrai histoire

Illustration de l'article : Assassin's Creed, la vrai histoire

Le tant attendu Assassin's Creed d'Ubisoft, sortie depuis le 15 novembre en France, va certainement devenir le hit de cette fin d'année. Disponible sur console Xbox360 et PlayStation 3, il sera une excellente idée cadeau, mais attention, il est déconseillé au moins de 18 ans.

Après 4 années de développement par une équipe de 250 personnes et un budget avoisinant les 25 millions de dollars, Assassin's Creed nous plonge en Terre Sainte à l'époque de la 3e croisade, en 1191. Vous incarnez Altaïr, membre de la secte des Assassins et votre but est de vous faire pardonner vos erreurs en exécutant les 9 cibles désignées par votre chef spirituel. Mais nous ne sommes pas là pour refaire le travail des testeurs. Sachez simplement que les décors sont à couper le souffle, que les mouvements des personnages n'envie rien aux nôtres et que la bande son est extraordinaire de réalisme. Un jeu somme toute excellent, même si le fond manque encore un peu de rigueur, notamment du coté de l'IA des PNJ. Mais parlons plutôt de cette fameuse "Secte des Assassins".

La secte des Assassins est fondamentalement lié aux différents schismes qui ont fracturé l'Islam originel. En 632, Mahomet meurt après avoir établi les bases de la religion musulmane. Si son successeur immédiat se trouve être Abû Bakr, fidèle du prophète, un vent de contestation voit le jour avec pour ambition, celle de donner une hérédité par sang à la succession de Mahomet. Alî, son cousin, est tout désigné. Le premier schisme sépare alors les premiers, sunnites, des seconds, chiites. Après des siècles de conflits internes et de nouvelles fractures, la communauté des ismaeliens perse, proche des chiites, se divise à la fin du XIe siècle pour donner naissance aux Must'aliyya (Mustaliens) et aux Nizâriyya (Nizârites) suite à la non reconnaissance de ses derniers du nouvel imam, Ahmad, à la place de son frère désigné comme héritier, Nizâr.

Dans cette région perse, occupée par les turcs seldjoukides (sunnites), Hassan Ibn Sabbah devint le responsable de la communauté Nizârite. Menacé par les turcs, il prend le contrôle de la forteresse d'Alamùt en 1092 et en fait le siège de son pouvoir de prédication, prenant alors le nom de "Vieux de la montagne". Quatre ans plus tard, Nizâr, après avoir vainement tenté de prendre le pouvoir en Egypte, est arrêté et emmuré vivant, Hassan Ibn Sabbah se retrouve alors seul pour restaurer le chiisme, malgré l'appui de al-Hâdî, fils du défunt Nâzir. C'est dés le début de son règne, long de 35 ans, que fut, selon le chroniqueur Ibn al-Athir, accompli le premier assassinat politico-religieux des Nizârites sur la personne du vizir turc Nizâm el Mulk, en 1092 et il faudra attendre un siècle, en 1192, pour que la secte s'en prenne aux chrétiens en assassinant, Conrad de Montferrat, Prince de Jérusalem.

A la mort de Hassan Ibn Sabbah en 1124, Kiyâ Buzurg-Ummîd lui succéde, continuant le travail de propagande de ses prédécesseurs. Représentant l'Imam, il faudra attendre 1162 pour que Hasan II, petit fils de Buzurg-Ummîd, ne se revendique officiellement Calife. Leur rayonnement allaient alors s'étendre de la perse à la Syrie et donc commençait à se faire connaître du monde occidental via les croisés. En 1164, Hasan II proclama "La résurrection des résurrections" oeuvrant alors pour une foi intérieur, prêchant l'avènement du pur Islam, développant magistralement leur fanatisme.

C'est en 1175 que l'évocation d'une secte des assassins apparait pour la première fois dans les écrits d'un ambassadeur germain en Egypte. Selon les sources, la secte prend différents noms. L'envoyé de Frédéric Barberousse les nomme ainsi Heyssessini, alors que Guillaume de Tyr évoque le terme Assissini. Marco Polo, bien plus tard rapportera dans son oeuvre, le "Devisement du Monde" que l'on les nommait Hachînchiyyîn en raison de leurs pratiques de consommer le haschisch dans "un breuvage qui les endormait aussitôt". Dernièrement, Amin Maalouf, dans "Samarcande", propose une étymologie différente en prêtant au terme "asâs" la notion de fondement déclinant alors Assassiyoun en "ceux qui sont fidèles au fondement" [de la foi].

Bien qu'ayant assassiné de nombreux sujets du pape, la secte des assassins entra en contact avec les occidentaux et réussit à nouer des relations durables avec certaines institutions. Ainsi, Jean de Joinville raconte que le roi Louis IX aurait reçu la visite du "Vieux de la montagne" dans la ville d'Acre, ce derniers lui demandant aide face au déferlement mongol sur la Perse. Les ordres des hospitaliers et des templiers auraient aussi été en contact avec la secte, jouant de temps à autre le rôle d'intermédiaire entre monde chiite et chrétien. Il se dit d'ailleurs que nombre de leurs érudits auraient appris les ficelles des finances auprès des sages musulmans. Il est par ailleurs avéré que des contingents de templiers et d'hospitalier avaient fait cause commune avec les Nizârites lors de batailles contre les turcs Seldjoukides.

En 1256, la forteresse d'Alamùt fut prise par les troupes mongols et le chef spirituel de la secte, Rukh al-Din Khurshah fut assassiné l'année suivante. Les Nizârites prirent alors à nouveau la clandestinité. Au XIXe siècle, l'imam Nizârites reçoit le titre d'Aga Khan des mains du Shâh d'Iran. Les persécutions politiques obligeront l'Aga Khan à trouver refuge en Inde où son descendant prêche toujours.

En savoir plus : Histoire de l'ordre des assassins

Reportage Arte : La secte des assassins. Diffusé le samedi 1er septembre 2007 à 20h45.

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4
""
27 novembre 2007 à 18:55
Par



Opinions sur "Assassin's Creed, la vrai histoire"

Protection Calculez 0+0+0+1

Informations
Validation Votre adresse IP : 23.20.50.146, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

28 février 2009 à 16:06

Très bon reportage...


08 juin 2009 à 11:01

Très détaillé . Interressant


08 septembre 2009 à 09:46

Remarquable


15 octobre 2009 à 12:32

Je trouve cela super, cela apporte une image historique à un très bon jeu!!


19 mai 2011 à 21:39

Le documentaire est intéressant.Il permet de mieux comprendre l'histoire du jeu. Cependant on se rend compte que tout a été "grossit" comparé à la réalité historique du mythe des assassins.Dommage pour les rêveurs comme moi. ^^


09 mai 2012 à 12:48

Très beau travail

En savoir plus :
Assassin's Creed

Critères de recherche :

Catégorie :
Religions & Croyances



Articles Connexes

Terre Sainte, croisade...

Quel sera le nom francophone du film de Ridley Scott, Kingdom of Heaven qui sortira courant mai 2005 ? Mais nous n'en somme pas encore là. Durant le XIIe siècle, un jeune forgeron devient chevalier et se bat pour Jérusalem, la Ville Sainte... Pas encore beaucoup d'image à nous mettre sous la dent, tout juste une petite bande annonce. Mais elle semble prometteuse. D'ailleurs, Ridley Scott nous a t-il déjà déçu. Des...

Un "Processus contra Templarios" pour Noël

Ce ne sera pas à la porté de tout le monde, mais si vos finances vous le permettent, vous pouvez vous rendre acquéreur d'une des 799 éditions du Processus contra Templarios pour la modique somme de 5900 euros. Les archives secrètes du Vatican et la maison d'édition italienne "Scrinium", rendent public, au travers d'un ouvrage en fac-similé, la compilation des actes du procès des Templiers. Inconnu du grand public, le...

Les templiers, ces batisseurs

L’ordre des Templiers, avant tout un ordre bâtisseur... Le 15 juillet 1099, Jérusalem brûle. Les croisés ont enfin pris la cité Sainte. Bien des années plus tard, en 1118, Baudoin II, roi de Jérusalem propose à Hugues de Payns, un chevalier champenois, à Geoffroy de Saint-Omer et à sept autres nobles, une place dans l’antique temple du roi Salomon. L’ordre des Templiers est né. La relation entre...

Les tours d'ivoire de Duong Long

Le royaume du Champa, dernier royaume hindouiste de l’est, est peu connu, pourtant il fut l’un des plus grands adversaires d’Angkor et de ses khmers. Si c’est derniers doivent leur rayonnement grâce à leur magnifique capitale, les chams, eux, n’ont rien à leur envier, si ce n’est un peu de reconnaissance. L’origine du royaume du Champa est encore bien trouble. Au début de notre ère, la région est...

Les ouvrages médiévaux ont la cote

Si l’on considère l’écriture comme la mémoire de l’humanité, l’enluminure vient illuminer la nature austère des textes. Apparu en Egypte durant la période pharaonienne, l’enluminure des volumens, puis des codex, s’est très vite répandue avec les conquêtes arabes des VIIe et VIIIe siècle, devenant un art à part entière. En Europe, certaines riches abbayes permirent la propagation de cet art dans le monde occidental.

Info complémentaires

Services et Infos