Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Une Bible en français dés 1530

Une Bible en français dés 1530

Illustration de l'article : Une Bible en français dés 1530

En mettant les Saintes Ecritures à la portée du peuple, l'humaniste Lefèvre d'Etaples brise un tabou. Jusque-là, l'Eglise maintenait son pouvoir en se réservant le monopole des textes sacrés en latin.

Le 10 décembre 1530, la première traduction française imprimée de la Bible sort des presses de Martin Lempereur à Anvers.

Sur ce gros in-folio de plus de mille pages, qui possède à la fois le privilège impérial et l' imprimatur de la faculté de théologie de Louvain, le nom du traducteur n'apparaît pas. Car la traduction des Ecritures en langue vulgaire est oeuvre dangereuse, et l'humaniste français le plus célèbre de son temps, Jacques Lefèvre d'Etaples, se cache.

La traduction de la Bible en français constitue un enjeu déterminant au XVIe siècle. Et pourtant, traduire la parole de Dieu semble a priori assez naturel. Lors de la Pentecôte, les apôtres n'ont-ils pas reçu le don des langues et le devoir de prêcher aux peuples de la Terre ? La Bible hébraïque fut d'ailleurs traduite en grec par les juifs d'Alexandrie au IIIe siècle av. J.-C., et la Bible chrétienne le fut en latin par saint Jérôme à la fin du IVe siècle apr. J.-C. Cependant, après la chute de l'Empire romain d'Occident, alors que le latin est en train de disparaître comme langue vivante, l'Eglise romaine arrive à en maintenir artificiellement la survie. La Vulgate de saint Jérôme et la liturgie en latin demeurent le lien de tous les chrétiens d'Occident, et la preuve d'une culture commune.

Durant les mille ans du Moyen Age, les études se font en latin : on apprend à lire dans le Psautier, et à l'Université de Paris, qui draine un public européen, on n'écrit et on ne parle que cette langue. Ainsi se constitue peu à peu autour de la Sorbonne un véritable "quartier latin". Ce qui ne signifie pas, loin de là, que toutes les élites suivent sans difficulté la messe en latin. L'aristocratie et la bourgeoisie des villes, qui seules peuvent donner une bonne éducation à leurs enfants, ne possèdent en réalité qu'un vernis de latinité. Quant au peuple, dans son immense majorité, il ignore cette langue qui revêt à ses yeux un caractère plus magique que réellement sacré. Circonstance aggravante, les enquêtes pastorales des XVe et XVIe siècles révèlent que bien des curés, à la campagne surtout, ne comprennent pas eux-mêmes les textes qu'ils récitent... Normalement, dans son sermon, le prêtre est censé paraphraser et expliquer en langue vulgaire les passages de la Bible qu'il a lus en latin. C'est uniquement par le truchement du clergé que le peuple chrétien peut avoir accès à la parole du Christ, l'Eglise se réservant le monopole des textes sacrés. La parole de Dieu n'est-elle pas alors pour les fidèles une "parole confisquée" ? Fait significatif : de nombreux "hérétiques" ont voulu avant tout traduire les Ecritures pour s'adresser directement aux populations et ainsi court-circuiter la parole officielle.

A la fin du Moyen Age, les laïcs les plus cultivés, soucieux de mieux assurer leur salut, développent de nouvelles formes de religiosité, plus profondes, plus intimes, et revendiquent un accès direct aux textes, que l'Eglise hésite à leur interdire. Des traductions de la Bible en français commencent à voir le jour, à l'initiative de la cour de France. Précocement, Saint-Louis en commande une dans les années 1250. Un siècle après, Jean II le Bon fait de même, et Charles V renouvelle à son tour la commande, en la confiant à son traducteur favori, Raoul de Presles, qui vient d'achever une version française de saint Augustin. Et c'est encore à l'initiative du roi Charles VIII et de son confesseur, Jean de Rély, qu'en 1495, la première Bible française est imprimée à Paris. Ouvrage luxueux, cette Bible hystoriée n'est ni complète ni bien fidèle. Ces commandes royales témoignent à la fois d'un renouveau spirituel du monde laïque et des progrès du français comme langue de culture. Mais les oeuvres prennent beaucoup de libertés avec le texte et ne touchent qu'un public restreint.

""
03 septembre 2005 à 12:52
Par
Source : TopChretien.com



Opinions sur "Une Bible en français dés 1530"

Protection Le poisson nage. (vrai/faux)

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.158.166.0, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
Critères de recherche :

Catégorie :
Manuscrits



Articles Connexes

Le codex d'Alep

Le codex d'Alep ou Keter Aram Tsova, connu comme étant la plus ancienne version écrite de la Bible hébraïque, serait l'oeuvre du scribe Shlomo ben Buya'a. Rédigé à Tibériade entre 920 et 930 de notre ère, les experts tendant à tomber d'accord sur la date de 929, le texte du codex est entièrement vérifié et vocalisé par Aharon ben Moshe, dernier descendant d'une illustre...

Un psautier irlandais du IXe

A la fin du mois de juillet 2006, un manuscrit a été découvert sur un chantier de construction. Le livre, immédiatement mis entre les mains d'experts, est apparu être un psautier. "Les premières datations nous amène vers 800 à 1000 de notre ère", commente le conservateur du National Museum d'Irlande. Lorsque le précieux manuscrit a été retiré de sa gangue de boue, il était ouvert sur le...

Benoit XVI et Manuel II Paléologue

Les jours qui viennent de s'écouler n'ont pas été calme pour les communautés musulmanes et chrétiennes. En effet, à la suite d'un discours du pape Benoît XVI le 12 septembre, le monde islamique s'est senti unanimement offensé. Il a fallut toute la diplomatie du Vatican ainsi que les regrets et précisions du pape lui-même pour calmer les foules. Lors de son voyage à Ratisbonne, Benoît XVI a...

De rares textes islamiques numérisés

D'ici quatre ans, l'université américaine de Princeton va diffuser sur Internet de précieux textes islamiques anciens, les mettant ainsi à la disposition des théologiens musulmans et du grand public. Avec plus de 10 000 textes, dont les plus vieux remontent au VIIIe siècle, l'université compte la plus importante collection de manuscrits islamiques en Amérique du Nord. L'établissement a décidé de...

Retour d'une loi médiévale en Angleterre

Quelques heures après que la Couronne britannique eut annoncé qu'elle songeait à utiliser une loi datant de 1351 pour expulser ou emprisonner au titre de haute trahison les "prêcheurs de haine" sévissant dans le royaume, l'un des trois imams dans le collimateur des autorités britanniques a pris le premier avion pour le Liban. Depuis, les éditorialistes du pays s'émerveillent du pouvoir de dissuasion d'une loi...

Info complémentaires

Services et Infos