Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Caen, des remparts pour 1000 ans de plus

Caen, des remparts pour 1000 ans de plus

Illustration de l'article : Caen, des remparts pour 1000 ans de plus

La restauration du château médiéval de Caen - l’une des plus anciennes enceintes médiévales d’Europe, construite par Guillaume le Conquérant - s’inscrit dans un ambitieux programme engagé sur 12 ans, à l’initiative de la ville de Caen, avec le soutien de l’Union européenne, de l’Etat (DRAC), du conseil général de Basse-Normandie et du conseil général du Calvados.

La 1ère tranche de travaux, dont la maîtrise d’oeuvre a été confiée à Daniel Lefèvre, architecte en chef des Monuments historiques, comprend la restauration et la mise en sécurité du rempart nord-ouest. La réalisation a été confiée à l’entreprise Lefèvre. Elle a débuté en mars 2004 et devrait s’achever en 2006. , 1ère tranche de travaux dont la maîtrise d’oeuvre a été confiée à Daniel Lefèvre, architecte en chef des Monuments historiques et la réalisation à l’entreprise Lefèvre, a débuté en mars 2004. Huit millions d’euros ont été affectés à cette première intervention qui porte sur 230 mètres d’enceinte.

En préalable des travaux de rénovation proprement dits, il a fallu conforté le talus car le rempart reposait sur un conglomérat de calcaire non maçonné, rendu instable avec le temps. Une campagne d'études réalisée par l'architecte en chef a montré une absence de liants aussi, une phase de consolidation a été nécessaire, avant toute intervention sur le rempart même, afin d'offrir aux fondations du rempart une meilleure assise. Des forages de 10 à 12 mètres ont donc été effectués pour injecter un coulis de ciment/bentonite : 1400 m3.

L’entreprise Lefèvre (qualification Monuments historiques) a ensuite effectué des travaux de reprise de parement sur la face intérieure et extérieure (220 m3 de pierre). Après avoir coffré et dégagé les pièrres, les plus abîmées ont été remplacées. Notons qu’une nouvelle carrière a été réouverte pour la restauration des édifices en pierre de Caen. Une chance car la pierre utilisée (issue de la carrière de Cintheaux) possède les mêmes caractéristiques physiques que celle placée sur le rempart au XIe siècle.

En complément du remplacement "en tiroir" des pierres de Caen dégradées par le temps, un travail de dépiquetage et de rejointoiement du parement a également été réalisé. (nombreuses fissures et cavités à obstruer y compris les fonds de joints).

Enfin, pour harmoniser l'ensemble, l’entreprise Lefèvre a effectué une patine sur tous les parements en finition.

Des injections ont pu être réalisée pour homogénéiser l'ensemble du mur et créer une liaison entre les deux coulis (talus et rempart) pour retrouver le monolithisme initial. En effet, les études ont montré que le centre du mur d'enceinte était constitué d'un garni de moellons calcaire hourdés à la chaux dans lequel on retrouve un grand nombre de petits vides.

Pour procéder à cette injection, il a fallu réaliser 3500 percements au 2/3 de l'épaisseur du mur afin de couler le produit au coeur de la structure.

Le liant retenu - Mape-Antique I de Mapei - est exempt de ciment et possède des caractéristiques mécaniques proches du matériau d’origine. Déjà mis en oeuvre dans diverses restaurations de prestige dans le monde (Colisée et Sénat à Rome, Basilique Saint-François d’Assise, Musée Pouchkine à Moscou...), c’est la première fois qu’il était utilisé en France sur un monument historique.

Ce produit a l’avantage de ne pas provoquer de réaction chimique avec la pierre pouvant entraîner sa dégradation à moyen ou long terme, et sa grande fluidité lui permet de remplir facilement les cavités des structures à consolider.

Autre avantage, Mape-Antique I est prêt à l’emploi et est donc 3 à 4 fois plus rapide à mettre en oeuvre qu’un coulis traditionnel réalisé habituellement sur ce type de chantier. Il évite tout malaxage manuel risquant de créer un mélange peu homogène et permet de réaliser un travail en continu grâce à l'utilisation d'une pompe. Spécialement conditionné pour ce chantier en sacs de 800 kg, 143 m3 de coulis ont été injectés, au rythme de 3,5 tonnes par jour.

""
10 février 2005 à 12:32
Par
Source : Batiactu



Opinions sur "Caen, des remparts pour 1000 ans de plus"

Protection Le feu brule. (vrai/faux)

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.205.47.26, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
Critères de recherche :

Catégorie :
Architecture



Articles Connexes

Le château de Blandy-les-Tours

Si un rendez-vous est à prendre, c'est bien le 14 et le 15 septembre à Blandy-les-Tours. Fermé depuis plus de 2 ans pour la dernière tranche d'une restauration complète débutée en 1992 après à l'achat du monument par le conseil général de Seine-et-Marne, le château de Blandy-les-Tours réouvre ses portes au public à l'occasion des journées du patrimoine. Attesté...

Le donjon de Vincennes rendu au peuple

Vincennes, nationalement connu pour son majestueux donjon, est le lieu de l'autorité royale depuis la fin du XIIe siècle. Il est attesté que Louis VII, roi de France, y signe des actes royaux prouvant l'existence, ci ce n'est d'un château, tout du moins d'une résidence royale. Durant 2 siècles, Vincennes sera certainement le lieu de villégiature des rois de France sans que ceux-ci n'éprouvent le besoin...

Un tram au moyen âge

Ce sera la plus importante campagne de fouilles archéologiques préventive jamais menée à Nice ! Sur le boulevard Jean-Jaurès, entre la porte Pairolière, le square Toja et la place Garibaldi, une étude des sous-sols menée en 2003 et en 2004, en prévision des travaux du tram, a révélé la présence de nombreux vestiges. "Nous avons découvert une tour médiévale trente centimètres...

Un château sous le palais de justice

La Ville rose a mis à la lumière un site archéologique d'ampleur. Le château médiéval des comtes de Toulouse se trouvait sous le palais de justice. Les fouilles préventives, devançant les travaux d'agrandissement de la cour d'appel de Toulouse, ont révélé un chef-d'oeuvre archéologique : le château médiéval des comtes de Toulouse. Les archéologues ont...

Des nouvelles d'Azincourt

Une universitaire porte un coup au mythe britannique d'Azincourt. L'étendue de la victoire britannique contre les Français à Azincourt, qui est considérée comme un des principaux hauts faits de l'histoire militaire du pays, a été exagérée pendant presque six siècles, rapporte dimanche 29 mai l'hebdomadaire The Sunday times, citant une universitaire.

Info complémentaires

Services et Infos