Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Un cimetière médiéval à Besançon

Un cimetière médiéval à Besançon

Illustration de l'article : Un cimetière médiéval à Besançon

C'est à l'occasion d'une fouille menée par l'Institut national de recherche en archéologie préventive que ce cimetière a été découvert, avec la mise à jour de trois squelettes enfouis à deux mètres sous terre. La découverte est inattendue dans une ville où l'on s'attend toujours à tomber sur des vestiges romains.

Cette fouille préventive a été réalisée.ans le cadre du projet de création d'une nouvelle rampe d'accès au parking souterrain du Conseil régional de Franche-Comté, à proximité de la cathédrale. "A partir de trois squelettes, on peut commencer à parler d'un cimetière, d'autant que l'on a affaire à des niveaux d'inhumation et à une orientation des corps différents" commente l'un des deux archéologues chargés de la fouille.

L'archéologue poursuit : "les pieds et les genoux rapprochés indiquent l'utilisation d'un linceul, ce qui est caractéristique de la période médiévale, tout comme les bras repliés sur la poitrine". Afin d'obtenir une datation encore plus précise, les os vont être sollicités : "Nous verrons s'il s'agit d'hommes ou de femmes et de quelle tranche d'âge. Une pathologie osseuse, l'hygiène des dents peuvent encore nous renseigner sur leur mode de vie, leur niveau social, mais dans l'état actuel des recherches, ils peuvent être situés à une époque comprise entre le 13ème et le 16ème siècle".

La consultation des archives permet de retrouver l'existence à cette époque d'une chapelle dédiée à Sainte-Brigitte, construite au XIIème siècle et détruite en 1730, dont il reste une fenêtre sur une façade avoisinnante. "Qui dit chapelle et hospice dit inhumation" se réjouit l'archéologue qui conclut :"on arrive à des niveaux archéologiques très inétresants car, à Besançon, entre la fin del'antiquité et le haut Moyen-âge, on est quasiment face à un trou noir". La fouille préventive se terminera dans moins de deux semaines. Le service régional aura alors à décider s'il convient ou non de la poursuivre avant que les travaux ne débutent.

""
15 novembre 2005 à 16:46
Par



Opinions sur "Un cimetière médiéval à Besançon"

Protection Calculez (3x4)+8

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.198.71.184, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
Critères de recherche :

Catégorie :
Archéologie



Articles Connexes

Un promoteur détruit une nécropole

La société, bien connu, Vinci, se moque des lois et de l'histoire. Choisie par la ville d'Angoulême pour la réhabilitation d'une zone industrielle laissé à l'abandon, le groupe Vinci Immobilier entreprenait dès février dernier la démolition d'une ancienne usine avant la construction d'une centaine de logements. Comme pour tout travaux de bâtiment, des fouilles archéologiques...

Les sarcophages d'Angers

Si le site d'Angers est occupé depuis plus de 400 000 ans, il faut attendre les premiers peuples celtes pour qu'un réel village sorte de terre. Point d'appui sur le Loire, le lieu prospère rapidement et devient un important centre de commerce, si bien que lors de l'occupation romaine, les nouveaux maitres des lieux créent une véritable cité avec rues pavées, arènes et thermes. La période trouble post romaine...

Le musée de Cluny récupère un coffret XIIIe

Le ministère de la culture vient d'annoncer l'acquisition par l'Etat pour le musée de Cluny, d'un exceptionnel coffret gothique en ivoire. Ce coffret en ivoire se distingue par la qualité de sa sculpture et par son iconographie romanesque et courtoise. Cette oeuvre prend place dans un ensemble de six coffrets profanes réalisés à Paris au début du XIVe siècle; le plus célèbre appartient au trésor de...

La nécropole de Bénazet

Le site de Bénazet, proche de Mazères en Ariège fut depuis le début de notre ère le centre d'un enjeux régional important. Contrôlé par les romains depuis leur installation à Narbonne, il est offert au Wisigoths au début du 3e siècle au moment de leur installation dans le sud ouest de la Gaule. Situé non loin de leur capitale, Toulouse, Bénazet est à la frontière entre les deux...

Imbroglio autour d'un manuscrit

Ce n'est pas un simple bout de parchemin qui remue autant les cours de justice, mais un exemplaire de la Torah du XIIIe siècle. Possession d'un antiquaire, ce manuscrit aurait été volé à la Bibliothèque Nationale de France il y a 6 ans. Acquit par la France en 1668, l'ouvrage, appelé Sefer Torah, représente ce qu'il y a de plus précieux aux yeux de juifs. Sa forme d'origine est celle d'un parchemin,...

Info complémentaires

Services et Infos