Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Controverse sur l'Ile de Pâques

Controverse sur l'Ile de Pâques

Illustration de l'article : Controverse sur l'Ile de Pâques

Découverte en 1722 par l'amiral hollandais Jacob Roggeveen, l'île aux paysages arides déchaîne une fois de plus les passions. Depuis de nombreuses années les écologistes portent comme un symbole le traumatisme biologique qu'a vécu cet écosystème. En effet, les scientifiques avaient démontré que la population présente depuis le IXe siècle avait détruit son propre habitat au fil des siècles.

Aujourd'hui, tout semble remis en cause par la publication simultanée il y a 6 mois de deux études tendant à démontrer que l'homme, s'il n'est pas totalement innocent, n'est pas l'unique responsable de la désertification de l'île.

Mathieu Perreault, journaliste à Cyberpress, revue canadienne, nous donne un aperçut de la controverse qui oppose aujourd'hui la communauté scientifique.

Jusqu'à tout récemment, l'île de Pâques était un symbole du mouvement écologiste. Ses habitants avaient abattu tous les arbres de l'île pour construire leurs maisons et transporter leurs fameuses statues gigantesques. Ils avaient fini par abandonner la pêche aux gros poissons, faute de pouvoir construire des pirogues de haute mer. Puis, l'érosion s'était mise de la partie, minant l'agriculture. À l'arrivée des Européens, au XVIIIe siècle, la population était réduite à la misère.

Une nouvelle théorie est apparue depuis deux ans: les habitants de l'île sont arrivés beaucoup plus tard que prévu, au XIIIe siècle au lieu du IXe siècle. Ils ont amené avec eux des rats qui ont dévoré les arbres. Quand les premiers Européens sont arrivés, ils ont amené avec eux des maladies infectieuses qui ont décimé la population de l'île, comme c'est arrivé en Amérique et ailleurs dans le Pacifique.

Les partisans des deux thèses s'affrontent depuis l'hiver dernier, quand un archéologue de l'Université de Hawaï, Terry Hunt, a publié dans Science une étude à l'appui d'une arrivée au XIIIe siècle. Au même moment, un historien de l'Université de Liverpool, en Angleterre, publiait dans la revue Energy and Environment une réfutation de la thèse de la destruction de l'écosystème par l'humain.

"La thèse écologiste avait été grandement popularisée en 2005 par un livre du célèbre géographe californien Jared Diamond", explique l'historien britannique Benny Peiser en entrevue téléphonique. "La revue m'a demandé de revoir les preuves de la thèse. Je me suis rendu compte que la plupart n'étaient pas solidement étayées sur le plan archéologique, et que bon nombre dépendaient de comptes rendus de seconde main, recueillis dans la deuxième moitié du XIXe siècle par des missionnaires."

L'un des principaux défenseurs de la théorie traditionnelle, l'archéologue John Flenley de l'Université Massey en Nouvelle-Zélande, trouve que ses collègues ont balayé un peu trop rapidement les arguments de leurs opposants. "C'est un peu une tendance, dans notre domaine, d'avoir des chercheurs qui veulent à tout prix trouver une explication nouvelle à un phénomène bien connu", déplore M. Flenley en entrevue téléphonique.

Ironiquement, les partisans de la nouvelle théorie se sont fait attaquer par la droite comme la gauche. "J'ai été décrié par le mouvement écologiste et porté aux nues par des économistes de droite", commente M. Hunt depuis Florence, en Italie, où il passe une année sabbatique. "En même temps, on m'a accusé de parti pris anti-occidental, parce que je dis que c'est l'arrivée des Européens qui a causé le déclin démographique de l'île. Je trouve cela déplorable, notamment parce que je suis très écolo. Tout ce qui m'intéresse, c'est de faire de la science, pas de la politique."

Les points contentieux :

  • La Datation : La plupart des échantillons appuyant la thèese d'une arrivée précoce des humains dans l'île ont été prélevés suivant une méthodologie douteuse, ou alors proviennent d'un site qui n'a été analysé qu'une seule fois, selon Terry Hunt. Ses échantillons à lui ont été ramassés à la plage où sont probablement arrivés les premiers humains, la grève la plus facile d'approche Plusieurs analyses en ont été faites. Mais, rétorque John Flenley, il est fort probable que les premiers établissements humains ont plutôt eu lieu à proximité des points d'eau potable, à l'intérieur de l'île.
  • La pêche : John Flenley affirme que les hameçons sont de plus en plus petits au fil des siècles, ce qui prouve que la pêche aux gros poissons est devenue impossible étant donné le manque de gros arbres pour fabriquer des pirogues de haute mer. Terry Hunt répond que les analyses des hameçons ont des failles méthodologiques, et que les arbres de l'île de Pâques n'ont probablement jamais servi à faire de grandes pirogues, parce que ce n'est pas un bois adéquat pour la mer.
  • La guerre : John Flenley affirme que des pointes de lances retrouvées dans l'île montrent que différentes tribus s'y sont fait la guerre, et donc qu'il y a eu une pression démographique et une population très importante. Terry Hunt rétorque que ces "pointes de lances" sont très peu pointues et ont probablement servi à l'agriculture comme éplucheurs et comme petits couteaux. De plus, les squelettes dans l'île montrent peu de traces de traumatismes, ce qui exclut des guerres importantes.
  • La disparition des arbres : Les rats ont complètement déforesté certaines îles de Hawaï, selon Terry Hunt. Ils ont donc pu jouer un rôle important dans la déforestation de l'île de Pâques. John Flenley répond que les rats ne mangent que les fruits des arbres, et que ces arbres, des palmiers, peuvent vivre 1000 à 2000 ans. Ainsi, la déforestation aurait pris plus de 500 ans si elle avait été causée par les rats.

""
10 octobre 2006 à 18:23
Par



Opinions sur "Controverse sur l'Ile de Pâques"

Protection Quel est le plus sombre ? Blanc ou noir ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.81.170.186, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

30 mars 2009 à 15:57

On en revient toujours au vieux conflit entre les scientifiques comme Flenley qui s'appuient sur de faits, mais aussi les mythes et légendes indigènes que les premiers colons et les missionnaires ont recueillis, et les pseudo-scientifiques marxo-rousseauistes comme Hunt pour qui les malheurs des Paul et Virginie océaniens ont pour cause unique l'arrivée dans leur doux paradis de l'Occident capitaliste.

La thèse des rats destructeurs d'arbres est totalement stupide pour le botaniste que je suis, et si les Habitants de l'île de Pâques utilisaient leurs lances pour éplucher les ignames on peut désespérer de leur Q.I.
L'idéologie n'a jamais fait bon ménage avec la réalité historique, Hunt le démontre une fois de plus. La question à poser est : comment le mythe romantique et marxiste d'O'Tahiti qui fait des populations océaniennes, Mélanésie, Micronésie et Polynésie, de doux pacifistes a-t-il pu effacer la réalité de peuples guerriers qui ont réussi à maintenir un rapport population/surface exploitée de l'ordre de 2 à 4 h/km2 par des guerres et des génocides incessants pendant des siècles et des millénaires, jusqu'à l'arrivée au XIXe siècle de la Pax Europea qui a permis leur explosion démographique.

En savoir plus :
Trésors de l'île de Pâques

Critères de recherche :

Catégorie :
Civilisation



Articles Connexes

Le Cilicia rentre au port

Le Cilivia est une reproduction, de taille réelle, d'un bateau arménien de commerce du XIIIe siècle. Le Cilicia navigue pour promouvoir l'histoire et la culture arménienne entre les étés 2004 et 2005. L’escale française du Cilicia fut fait en plein cœur de la cité phocéenne, sur le quai d’honneur du Vieux Port, devant la Mairie de Marseille. Le Cilicia a été reconstruit en parfait accord...

La saga des Joulié depuis 1450

La généalogie part pour tous d'une personne proche et nous fait remonter le temps jusqu'à cette première limite qu'est la révolution. Puis de génération en génération, avec persévérance on parvient quelquefois à franchir le cap du Moyen Age. Avec un ancêtre commun né vers 1490, plusieurs chercheurs spécialisés dont certains sont cousins, lancent le projet à long...

Benoit XVI et Manuel II Paléologue

Les jours qui viennent de s'écouler n'ont pas été calme pour les communautés musulmanes et chrétiennes. En effet, à la suite d'un discours du pape Benoît XVI le 12 septembre, le monde islamique s'est senti unanimement offensé. Il a fallut toute la diplomatie du Vatican ainsi que les regrets et précisions du pape lui-même pour calmer les foules. Lors de son voyage à Ratisbonne, Benoît XVI a...

Les origines des familles Joulié

Depuis de nombreuses années, je recherche l'origine géographique mais aussi temporelle de mes ancêtres Joulié. Après maintes périgrinations, suppositions et fausses pistes, certains généalogistes et moi pensons que ce patronyme vient de l'occitant, voire de l'Espagne. En effet, une base de données de Saint-Jean-de-Fos dans l'Hérault fait mention d'un certain Guilhem JOLYE, né vers 1490 et...

Reliquaire et berestas

C'est dans la ville de Veliki Novgorod, au nord-ouest de la Russie, qu'un reliquaire de type byzantin a été mis à jour par une équipe d'archéologue début août. Les fouilles ont été effectuées dans l'ancien quartier des marchants au niveau des couches du XIIe siècle et ont permis de retrouver, en plus du reliquaire trois berestas (texte sur écorce de bouleau). Ces derniers sont relativement...

Info complémentaires

Services et Infos