Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Héloïse et Abélard

Héloïse et Abélard

Illustration de l'article : Héloïse et Abélard

Plus de 800 ans après leur mort, Héloïse et Abélard soulèvent toujours les passions et une controverse littéraire fait à nouveau rage sur l'authenticité de lettres attribuées aux amants infortunés.

Une première édition intégrale en français, publiée chez Gallimard, des "Lettres de deux amants", correspondance passionnée entre le brillant théologien et son élève, a rallumé les cendres d'un affrontement que l'on croyait apaisé.

L'histoire d'Héloïse et Abélard avait eu un grand retentissement dans l'Europe du XIIe siècle, en raison surtout du sort funeste réservé au philosophe, émasculé par les hommes de main du chanoine Fulbert, l'oncle d'Héloïse qui n'avait pas supporté de voir la jeune femme enceinte des oeuvres de son amant.

La tragique romance entre les deux jeunes gens n'était jusqu'ici connue que par la correspondance échangée quinze ans après leur séparation, alors qu'ils s'étaient tous deux retirés dans des monastères. Les chercheurs, après bien des débats, ont finalement établi qu'Héloïse et Abélard étaient les auteurs de ces lettres.

Mais pour ce qui est des "Lettres de deux amants", provenant de l'abbaye de Clairvaux et composées antérieurement, la controverse se poursuit.

Lors d'une table ronde en février à Paris, Sylvain Piron, chercheur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et traducteur de ces lettres, rédigées en latin et recopiées par un moine au XVe siècle, a tenté de faire admettre leur authenticité.

"Je ne pense pas que tout le monde dans la salle ait été convaincu. Certains pensent toujours que ce sont des faux, une simple fabrication", a-t-il dit à Reuters.

Constant Mews, directeur des études théologiques à la Monash University de Melbourne, en Australie, a passé vingt ans à étudier la philosophie d'Abélard avant de parvenir à une conclusion: la centaine de lettres - le plus important échantillon de correspondance médiévale - est bien l'oeuvre du théologien et de sa douce amie.

Une opinion que ne partagent pas d'autres chercheurs, comme Monique Goullet, chercheur au CNRS et directeur de recherches en latin médiéval à la Sorbonne.

"Une attribution trop rapide" ?

"Il y a un désaccord sur la procédure suivie. Mews a avancé l'hypothèse la plus simple", a-t-elle expliqué. "Si on avait la preuve que ces lettres sont bien d'Abélard et Héloïse, on serait apaisé. Mais on ne peut qu'être choqué par un processus d'attribution trop rapide."

"La première fois que j'ai lu ces lettres, que j'ai été confronté à ces idées, ça m'a donné le frisson", a répondu Constant Mews. "Malheureusement, mes adversaires n'y ont vu qu'une réaction purement émotionnelle."

"Le plus probable, c'est qu'il s'agit d'une oeuvre littéraire écrite par quelqu'un qui a décidé de reconstituer la correspondance d'Abélard et d'Héloïse, et de l'écrire à leur façon. Le but, c'était de faire une oeuvre littéraire", comme tant de supercheries dans l'histoire des lettres, estime Monique Goullet.

Pour d'autres, il pourrait s'agir d'un simple exercice de style auquel se seraient livrés deux étudiants, qui auraient "joué" à être Héloïse et Abélard.

Abélard, chanoine de Notre-Dame de Paris, avait 37 ans quand il rencontra Héloïse, d'une vingtaine d'années sa cadette. Il était déjà un théologien réputé et le chanoine Fulbert l'avait choisi comme précepteur pour sa nièce, elle même remarquablement douée pour les études et l'écriture.

Un fils prénommé Pierre Astrolabe, du nom de l'instrument de navigation qui devait guider leur amour comme il guidait les navires, naquit de la passion entre le maître et l'élève.

Furieux, le chanoine Fulbert obligea Abélard à épouser la jeune fille. Un mariage secret fut célébré et les deux amants acceptèrent de vivre séparés l'un de l'autre. Mais craignant qu'Abélard ne revienne sur sa promesse, Fulbert le fit castrer.

Abélard se retira à l'abbaye de Saint-Denis, repris un moment son enseignement, puis fonda le monastère du Paraclet, près de Nogent-sur-Seine, dont Héloïse deviendra plus tard abbesse. Il se retira à Saint-Gildas-de-Rhuys, en Bretagne, où il mourut en 1142.

Héloise, entrée au couvent d'Argenteuil, se retira ensuite au Paraclet et mourut en 1164.

Dans une des lettres qui lui sont attribuées, elle écrivait à Abélard: "Puisque tu es devenu tout pour moi, la grâce de Dieu seul exceptée, il ne m'est plus nécessaire de rien désirer d'autre, pour la durée des siècles à venir".

Les deux amants reposent au cimetière du Père-Lachaise, à Paris, où leurs corps ont été transférés et - enfin - réunis au début du XIXe siècle.

""
03 avril 2005 à 11:56
Par



Opinions sur "Héloïse et Abélard"

Protection Combien de lettre dans l'alphabet ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.204.252.37, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

10 octobre 2011 à 18:17

je me suis justement poser la question récement! Ils nagent? Il coulent?

En savoir plus :
Lettres des deux amants : Attribuées à Héloïse et Abélard

Critères de recherche :

Catégorie :
Personnages



Articles Connexes

Une petite chapelle entre dans l'histoire

C'est au coeur d'un village de moins de milles habitants, Beaumont-de-Pertuis, qu'une équipe de restauration vient de mettre au jour une magnifique fresque du XIIe siècle. Ces peinture romanes dormaient depuis le XVIIe siècle sous un nouveau décors "plus dans l'air du temps", lui même recouvert partiellement au cours du XIXe au niveau de l'abside. Ces dessins pourraient être les plus anciens décors romans peint en Provence selon les historiens sur places.

Découverte d'un four de bronzier du XIVe

Au plus fort de la canicule, un homme agenouillé gratte le sol. "J’ai connu pire, se rassure-t-il. C’était sur des fouilles à la campagne, quand le terrain décapé renvoyait une grande partie du rayonnement solaire." L’archéologue Nicolas Thomas est en train de mettre au jour un ensemble de pierres qui occupe tous les esprits de l’équipe depuis plusieurs mois. Une découverte unique. Un véritable cadeau de la...

Le Moyen Âge monte au créneau

Depuis une trentaine années, la passion du public pour le Moyen Âge, ce millénaire de l'histoire de l'Occident que les experts situent entre l'effondrement de l'empire romain et la fin du XVe siècle, ne se dément pas. Des livres de Régine Pernoud au succès mondial du Nom de la Rose d'Umberto Eco, de La Chambre des dames de Jeanne Bourin à des films comme Les Visiteurs, ou Le Seigneur des anneaux, de...

La Gironde au XIVe siècle

Dans le système moyenâgeux, il était difficile pour le Prince de prélever régulièrement patentes, impôts, droits, taxes et coutumes. Ces derniers étaient ponctionnés quand le besoin s'en faisait sentir avec maintes dérogations accordées à qui un pèlerin en route vers Compostelle, qui un vassal serviable. La méthode n'était guère bureaucratique et ordonnée, l'on se contentait de décréter sur la place publique et de faire quelques descentes là où cela sentait les bons deniers.

Six papes liégeois au moyen âge

Parler de "papes liégeois" serait tout de même un peu prétentieux. Mais le fait est que, à une époque de leur vie, six papes ont vécu à Liège. A l'occasion d'une récente conférence au Rotary Club de Liège, Monsieur Robert Beckers en a évoqué cinq. Ce sont ceux retenus par Saumery dans les fameux "Délices du Païs de Liège" (1744). En 1976, dans la revue "Si Liège...

Info complémentaires

Services et Infos