Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Momies de la dynastie Ming

Momies de la dynastie Ming

Illustration de l'article : Momies de la dynastie Ming
Momie de Taizhou © Caters News Agency

Une momie de l'époque Ming a été découverte début mars dans une rue de Taizhou alors qu'une équipe d'ouvriers travaillait à son réaménagement. Enfermée dans son cercueil de bois gainé de pierre, celle-ci rejoint la liste de sépultures du même type découverte dans la région est remontant à la dynastie Ming. Il y a 3 ans, une momie similaire avait été mis à jour, malheureusement dans un très mauvais état. Cette nouvelle momie chinoise est elle en parfait état.

En Chine, la découverte d'un cercueil en pierre est chose impressionnante, mais régulière, c'est ainsi qu'un groupe de chercheur a, courant octobre 2008, sorti de terre un magnifique cercueil fabriqué à partir de calcaire, de sable et... de riz glutineux. Mais la découverte ne s'arrêta pas là. Au moment de l'extraction du bloc, un liquide brun suinta par quelques fissures. Immédiatement recueilli, il fut transporté dans un laboratoire pour être analysé.

Lors de l'ouverture de la sépulture, le sarcophage de pierre renfermait un second cercueil en bois noir parfaitement conservé. En manque d'inspiration, les autorités ont alors décidé contre toute attente de refermer temporairement le tombeau avant de se pencher à nouveau sur le problème quelques jours plus tard. Lors de la seconde ouverture, les archéologue purent constater la présence de 7 trous dans la planche de bois du cercueil, représentant la constellation de la Grande Ours, une nouvelle énigme à résoudre. Du coté du défunt, la déception fut de taille car c'est un corps disloqué qui fut mis au jour. Le crâne retrouvé fut, quant à lui, envoyé dans un hôpital pour une série d'examens plus poussée.

L'absence d'épitaphe n'a pas permis de mettre un nom sur le corps et l'étude du site n'a pas apporté de nouveaux indices.

La déception des archéologues fut énorme. En effet, les sépultures chinoises sont réputées dans le monde entier pour leur capacité à conserver les corps presque intacts.

Il y a moins d'un mois, le 7 mars pour être exact, la momie d'une femme, vraisemblablement de haut rang, fut retrouvée. Deux autres cercueils en bois et pierre également ont été mis à jour à proximité. L'état exceptionnel de la momie a offert aux archéologues comme un billet aller simple vers le XIVe siècle.

C'est une fois dégagé et ouvert que le tombeau de pierre laissa apparaitre la défunte exceptionnellement conservé dans ce mystérieux liquide brun. Elle avait encore ses cheveux, ses sourcils, ses cils et sa peau ne semblait pas avoir veillit. Elle portait un magnifique costume traditionnel du XIVe siècle, en soie et coton, pratiquement intact, un bonnet et des chaussures. A sa main droite, se trouvait un anneau. Autour d'elle, quelques reliques, des céramique et des ossements ainsi que quelques anciens textes. Le Directeur du Musée de Taizhou, Wang Weiyin, précisait à la presse la portée de cette découverte, les vêtements en soie étant extrêmement fragile et rarement conservés dans un tel état.

La technique d'enfouissement et de momification n'y est pas étrangère et à la différence des antiques égyptiens, les chinois n'éviscéraient pas leur mort. Encore mal, a méthode connue consistait à laquer le corps du défunt et à le placer dans un cercueil de bois, lui aussi entièrement laqué. Le tout était ensuite placé dans un sarcophage de pierre et enterré profondément. Certains hauts dignitaires furent ainsi inhumé dans 4 cercueils placé comme des poupée russes. Pour d'autre leur sarcophage fut placé sous plusieurs tonnes de charbon. Des habitudes prisent depuis plus de 2000 ans.

L'analyse du fameux liquide dans lequel les corps était plongé et leur permettait de rester souple, et que l'on pensait, il y a encore quelques temps qu'il résultait de la remonté d'eau par capillarité, nous apprend qu'en plus d'être légèrement acide, il contenait du cinabre, un sulfure de mercure, parfait anti-bactérien, bien connu dans la médecine chinoise pour augmenter la longévité, dont la couleur s'approchait du rouge vermillon rappelant clairement la couleur du liquide mystérieux.

""
31 mars 2011 à 12:24
(Maj : 05/04/2011)
Par



Opinions sur "Momies de la dynastie Ming"

Protection Ecrivez uanu1u000u sans les u

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.80.210.251, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
Critères de recherche :

Catégorie :
Rites & Coutumes



Momies et dynastie Ming

Articles Connexes

La grippe au moyen age

Allez, encore un petit article sur la grippe, mais médiéval, celui-ci. La grippe est une maladie presque aussi vieille que l'homme. Elle serait apparue chez les oiseaux, peut-être le canard sauvage, il y a environ 6000 ans avant de prendre sa forme humaine, en Chine, 2500 ans avant notre ère lorsque la domestication des animaux s'étend, le virus aviaire constituant un gisement important de gènes viraux.

La Réunion au moyen age

Si l'ile de la Réunion à une histoire humaine connue très récente, elle n'est pas dépourvue d'une histoire plus ancienne remontant bien au delà de sa première colonisation par les français au XVIIe siècle, à commencer par le Moyen Age. La Réunion, appelée sous le règne de Louis XIV, l'ile Bourbon, accueille ses premiers migrants au cours de l'année 1642, lorsque 12 mutins y sont exilés en provenance de Fort-Dauphin (Madagascar). Avant ça, l'ile est encore vierge.

Hypocrisie autour des Médiévales de Provins

J'ai pris le temps de bien lire le coup de gueule d'un passionné du monde médiéval et de me renseigner avant de publier ce qui me semble être une juste manière d'informer les visiteurs d'un des plus grand rassemblement médiéval de France. Contacté par mes soins sur les dérives expliquées par notre "rapporteur", la mairie ne s'est pas retranchée derrière le silence (lisez sa réponse en fin d'article).

Cuisine médiévale

Récemment redécouverte, la cuisine médiévale nous apparait bien différente de l'idée que nous nous en faisions. Oubliez plats gras, viandes avariées et repas simples, la cuisine du Moyen Age n'avaient rien à envier à celle d'aujourd'hui. Si elle ne ressemble peu voir parfois pas du tout à ce que l'on trouve aujourd'hui sur nos table que se soit dans les aliments, leurs préparations ou leurs présentation elle en est le digne ancêtre, celui qui a fait de la France le pays gastronomique.

Une petite chapelle entre dans l'histoire

C'est au coeur d'un village de moins de milles habitants, Beaumont-de-Pertuis, qu'une équipe de restauration vient de mettre au jour une magnifique fresque du XIIe siècle. Ces peinture romanes dormaient depuis le XVIIe siècle sous un nouveau décors "plus dans l'air du temps", lui même recouvert partiellement au cours du XIXe au niveau de l'abside. Ces dessins pourraient être les plus anciens décors romans peint en Provence selon les historiens sur places.

Info complémentaires

Services et Infos