Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Jeanne d'Arc ou momie égyptienne ?

Jeanne d'Arc ou momie égyptienne ?

Illustration de l'article : Jeanne d'Arc ou momie égyptienne ?

C'est le 30 mai 1431 que Jeanne d'Arc, condamnée pour hérésie par l'envahisseur anglais, est conduite au bûcher place du Vieux Marché à Rouen. Leur méfait commis, les accusateurs ordonnaient que ses restes soient incinérés par deux fois et jetés à dans Seine. Seulement voilà, une légende veut qu'un individu ait recueilli sous le bûcher des restes de la "Pucelle d'Orléans". Ceux-ci auraient traversés le temps pour tomber finalement entre les mains de l'archevêché de Tours.

En 1909, une première étude des reliques rendait "hautement probable" leur appartenance à Jeanne d'Arc, mais on sait aujourd'hui que si les techniques de l'époque étaient encore rudimentaires, la volonté de plaire à la papauté ne l'était pas, ainsi, Jeanne d'Arc fut canonisé 11 ans plus tard.

Début 2006, l'Association des amis du vieux Chinon, dépositaires des reliques demande une nouvelle étude scientifique afin de lever définitivement le doute. C'est le Docteur Charlier qui est désigné. Ce choix n'est pas anodin, car c'est en effet lui-même qui procéda aux tests sur les restes d'Agnès Sorel, maitresse de Charles VII avec les résultat que l'on sait (Agnès Sorel). Toujours est-il que quelques mois plus tard, le Dr Charlier affirmait que les restes de la supposée Jeanne d'Arc n'avait pas été calciné. Etrange pour un corps ayant du subir par trois fois la crémation...

Aujourd'hui, le résultat de l'étude est tombé et avec elle, s'éteint une légende de plus de 400 ans. Les restes détenues à Chinon sont en fait ceux d'une momie égyptienne.

L'équipe de scientifique est formelle sur ses résultats. Les restes noirâtres identifiés sur les morceaux d'os sont en fait des débris végétaux et minéraux relevant d'un substance d'embaumement. De plus, les chercheurs ont fait appel à des spécialiste de l'odeur, des"Nez", comme ont les appel et ceux-ci ont affirmé reconnaitre d'infimes senteur de plâtre et de vanille et cette seconde est clairement dégagée lors de la putréfaction des chairs. De coté des autres éléments, un morceau de tissu et du parchemin, les analyses montrent qu'ils datent de l'époque de la Basse-Egypte, probablement entre 700 ans et 200 ans avant notre ère, dates confirmées par l'étude au Carbone 14. Voici donc un nouveau mythe qui s'efface...

""
05 avril 2007 à 11:46
Par



Opinions sur "Jeanne d'Arc ou momie égyptienne ?"

Protection Le poisson nage. (vrai/faux)

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.166.66.204, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
En savoir plus :
L'affaire Jeanne d'Arc

Critères de recherche :

Catégorie :
Etudes & Analyses



Articles Connexes

Le Livre d'heures de Louis XII

Le musée Getty de Los Angeles expose en première mondiale une reconstitution partielle du Livre d'heures du souverain français Louis XII. Ce chef-d'oeuvre de l'art de la Renaissance avait été dispersé il y a plus de trois siècles. Au Moyen-Age, chaque famille noble se devait de posséder son Livre d'heures, recueil de base pour la pratique de la religion catholique comprenant des prières et un calendrier ainsi...

L'église contre le rayon vert

Maurice Rosart, le découvreur du rayon vert de la cathédrale de Strasbourg est persuadé que l'Eglise voit d'un mauvais oeil ce rai de lumière qui à chaque équinoxe illumine un Christ de pierre remplissant les travées de curieux. Ce 21 septembre encore, ils étaient une petite centaine à photographier ce moment rare où, à 12h42 précises, prenant sa couleur verte en traversant un vitrail le soleil vient...

Des nouvelles d'Azincourt

Une universitaire porte un coup au mythe britannique d'Azincourt. L'étendue de la victoire britannique contre les Français à Azincourt, qui est considérée comme un des principaux hauts faits de l'histoire militaire du pays, a été exagérée pendant presque six siècles, rapporte dimanche 29 mai l'hebdomadaire The Sunday times, citant une universitaire.

Agnès Sorel est morte empoisonnée

S'il est resté impuni aux yeux de la loi pendant plus de cinq siècles, ce crime est maintenant percé à jour. Agnès Sorel, maîtresse rayonnante du roi Charles VII, ne serait pas décédée d'une dysenterie contractée sur une route de Normandie, en plein hiver 1450, mais serait bien morte assassinée, à 27 ou 28 ans, suite à l'administration de quantités élevées de vif-argent,...

Le mystère Agnès Sorel

Agnès Sorel est-elle morte empoisonnées ? Mardi 28 septembre, le tombeau de la maîtresse de Charles VII a été ouvert afin de recueillir quelques fragments d'os et de tissus organiques afin de procéder à des expertises génétiques. Le but étant de connaitre la cause de sa mort et la date exacte de sa naissance. Rendez-vous dans quelques semaines pour les résultats

Info complémentaires

Services et Infos