Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Le manuscrit de Dalimil

Le manuscrit de Dalimil

Illustration de l'article : Le manuscrit de Dalimil

C'est à François Avril, connaisseur français de vieux manuscrits, que nous devons la récente découverte du fragment de la traduction latine de la chronique de Dalimil. Le fragment richement enluminé a fait l'objet d'une vente publique à l'hôtel Drouot de Paris, et c'est la Bibliothèque nationale de Prague qui l'a finalement acquis pour 364 644 euros.

Le texte passait d'abord pour un vieux manuscrit hongrois, mais François Avril a démenti cette erreur : "Et puis je me suis rendu compte que c'était un manuscrit qui concernait directement l'histoire de la dynastie des Premyslides en Bohême et qui était accompagné d'une série de peintures tout à fait extraordinaires, un manuscrit jamais signalé, tout à fait inconnu et visiblement très important. (...) Et je me disais: c'est bizarre parce qu'un texte en latin généralement c'est plus solennel, plus pompeux, et je me demandais si ce n'était pas un texte traduit en latin d'un original peut-être tchèque. J'ai cherché et cherché, et ce n'était pas facile parce que les ressources sur l'historiographie tchèque sont importantes, mais elles ne sont pas faciles à trouver à Paris."

Finalement, François Avril a trouvé à l'Institut des langues slaves à Paris une édition bilingue, en tchèque et allemand, de la Chronique de Dalimil et l'a comparé au fragment encore non identifié ...

"Et donc, en me basant sur l'édition en vieil allemand, un allemand pas facile naturellement, je me suis aperçu que ce texte collait littéralement et exactement, mot pour mot, vers pour vers, au texte latin que j'avais sous les yeux et que j'avais étudié. Je me suis donc rendu compte qu'en fait, ce texte était une traduction latine tout à fait inconnue, jamais signalée et sans d'autres copies du texte de cette chronique tchèque de Dalimil."

C'est dans la seconde décennie du XIVe siècle qu'on rédige en Bohême une chronique qui sera attribuée à un certain Dalimil mais qui, en réalité, est l'oeuvre d'un chroniqueur anonyme. L'ouvrage s'ouvre par le récit de la construction de la fameuse tour de Babel, de la confusion des langues et de la dissémination du genre humain dans de diverses parties du monde. Ensuite, il évoque l'arrivée du peuple tchèque en Bohême et raconte son histoire. Dans la première partie de la chronique, la réalité se confond avec la légende, mais au fil des chapitres l'auteur se base de plus en plus sur les faits historiques. La chronique se termine au début du XIVe siècle, par le règne de Jean de Luxembourg, dit l'Aveugle, le célèbre héros de la bataille de Crécy.

Le livre est empreint d'un ardent sentiment patriotique. L'auteur qui est probablement d'origine noble, souligne la responsabilité des monarques envers leurs pays et leurs peuples. Il critique les modes venues de l'étranger, incite à la résistance contre ces influences néfastes, s'oppose aux mariages des nobles tchèques avec les femmes d'autres pays et à l'éducation de leurs enfants, selon des modèles étrangers. Il ne cache nullement son attitude antigermanique et apprécie, par exemple, la décision du prince Oldrich d'épouser Bozena, une simple fille du peuple, au lieu de choisir une princesse allemande. Les réflexions, les critiques et les conseils de l'auteur ne vont jamais seuls, mais accompagnent et illustrent les faits historiques ou les légendes qu'il évoque.

La chronique est écrite dans un vieux tchèque dont la syntaxe et le vocabulaire diffèrent parfois du tchèque moderne, mais reste compréhensible même pour le lecteur du XXIe siècle. Son langage simple et plein de métaphores pertinentes utilise parfois aussi des expressions et des locutions populaires. Ses valeurs littéraires sont indubitables, et elle ne perd pas de son importance même sept siècles après sa création.

La chronique de Dalimil date de 1314. Quelles sont, cependant, les origines de ce fragment latin ? Qui avait besoin d'une traduction de la chronique et par qui a-t-elle été créé ? S'agissait-il, comme certaines hypothèses le suggèrent, d'une commande du roi Jean de Luxembourg ou de son fils, le future empereur Charles IV ? Selon François Avril c'est un autre point d'intérêt de ce manuscrit. "C'est que, dit-il, tout, dans la décoration et dans l'écriture, donc la paléographie, la décoration secondaire peinte de ce manuscrit, indique que le manuscrit a été créé par des artistes et copistes italiens. Cela ne fait pas le moindre doute, on l'a créé en Italie du Nord, plutôt dans le Nord-Est de l'Italie, une région où l'empereur Charles IV a longuement résidé dans ses années de jeunesse. Les liens de Charles IV avec l'Italie, au début de son règne, son extrêmement frappants. Enfin, il était physiquement présent en Italie du Nord pour toutes sortes de raisons politiques."

La découverte du manuscrit jette donc un peu de lumière sur les rapports et les influences culturelles dans l'Europe médiévale. Il s'agit, selon François Avril, d'un document extrêmement important qui n'a pas fini de nous poser des questions. On peut dire qu'il témoigne des liens solides qui existaient au XIVe siècle entre la Bohême et l'Italie du Nord.

"On a toujours pensé, par exemple, dit François Avril, à propos de la grande enluminure de Bohême de la moitié du XIVe siècle ou des années 1460, le fameux " Liber viaticus" de Prague, que le peintre de ce manuscrit, d'un style tout à fait splendide, avait une connaissance profonde de la grande peinture italienne. Donc, on a là un grand témoignage supplémentaire de ces liens, témoignage qui me paraît vraiment important."

""
15 mars 2006 à 18:21
Par



Opinions sur "Le manuscrit de Dalimil"

Protection Combien avez-vous d'yeux ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 184.73.21.101, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
Critères de recherche :

Catégorie :
Manuscrits



Articles Connexes

Un manuscrit tchèque aux enchères

Un simple cahier dont l'aspect extérieur ne trahit nullement le trésor qui se cache à l'intérieur. C'est ainsi que se présente le fragment de la traduction latine d'une chronique qu'on avait attribuée à un certain Dalimil, mais qui avait été rédigée en réalité, vers 1314, par un chroniqueur anonyme. Le manuscrit a été acquis pour 364 644 euros par la...

Benoit XVI et Manuel II Paléologue

Les jours qui viennent de s'écouler n'ont pas été calme pour les communautés musulmanes et chrétiennes. En effet, à la suite d'un discours du pape Benoît XVI le 12 septembre, le monde islamique s'est senti unanimement offensé. Il a fallut toute la diplomatie du Vatican ainsi que les regrets et précisions du pape lui-même pour calmer les foules. Lors de son voyage à Ratisbonne, Benoît XVI a...

Fin de chantier à Prague

Une équipe d'archéologue, dirigée par Petr Jurina vient d'achever une campagne de fouille, longue de 3 ans, au coeur de la ville de Prague, Place de la République. Les trouvailles sont nombreuses. On dénombre des monnaies, des bijoux, des tessons de céramique, mais aussi une bague portant des inscriptions hébraïques et plus intéressant, des latrines équipées de vitres en verre, tout cela réparti au...

La fresque qui va changer l'histoire

La restauration des monuments historiques de Prague met à jour des objets et oeuvres dont l'existence était entièrement ignorée pendant des siècles. Parmi ces découvertes relativement nombreuses ces derniers temps, il y a les très précieuses fresques du XIVe siècle que les restaurateurs ont dévoilées sur les murs de l'église Sainte-Anne. "Une découverte qui peut changer l'histoire de...

Le plus vieux document écrit danois

Une lettre du roi Waldemar IV du Danemark datant de 1359 a été présentée jeudi par le directeur des service des archives municipales de Stralsund (nord de l'Allemagne), Hans-Joachim Hacker, comme le plus vieux document écrit danois. Cette lettre, adressée par le roi aux représentants de la Ligue hanséatique, a été retrouvée en décembre dernier dans les archives de la ville. Dans ce document, le roi...

Info complémentaires

Services et Infos