Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Les ouvrages médiévaux ont la cote

Les ouvrages médiévaux ont la cote

Illustration de l'article : Les ouvrages médiévaux ont la cote

Si l’on considère l’écriture comme la mémoire de l’humanité, l’enluminure vient illuminer la nature austère des textes. Apparu en Egypte durant la période pharaonienne, l’enluminure des volumens, puis des codex, s’est très vite répandue avec les conquêtes arabes des VIIe et VIIIe siècle, devenant un art à part entière. En Europe, certaines riches abbayes permirent la propagation de cet art dans le monde occidental.

Représentant des centaines d’heures de travail pour les copistes et enlumineurs, ces ouvrages étaient considérés comme de véritables trésors.

Couché sur du parchemin, les textes étaient ornées de majuscules en couleur et d’ornements divers comme des bandeaux ou des frontispices, mais nombreux comportaient également des miniatures illustrant les écrits ou représentant des scènes historiques ou religieuse, parfois même de société. La richesse de tels manuscrits relevait également de la qualité du parchemin utilisé, ainsi, s’il s’avérait être du vélin, le plus beau des parchemins, son prix en était décuplé. De ce fait, des siècles plus tard, les manuscrits enluminés sont toujours aussi prisés.

Rendu public par l’affaire du manuscrit H52, volé à la BNF, puis vendu via Christie’s pour 358 000$, l’amour de la belle écriture médiévale atteint aujourd’hui des sommets. Le 24 octobre derniers, un coran du XIIIe siècle a été adjugé aux enchères pour la formidable somme de 1,6 millions d’euros. Il faut dire que l’oeuvre, daté de 1203 (17 Ramadan 599) et signé d’un certain Yahya bin Muhammad ibn 'Umar, était le plus vieil exemplaire complet connu du livre des musulmans et la qualité de sa calligraphie, en lettre d’or, rendait ce livre unique. Un exemplaire plus ancien mais incomplet a été vendu le même jour pour seulement 1,3 millions d’euros. On comprend bien mieux pourquoi aujourd’hui certains dépouillent des codex médiévaux de leurs miniatures pour tenter de les vendre à l’unité…

De leur coté, les musées, habituellement peu enclin à faire voyager leurs objets précieux, accepte l’idée d’exposer certaine de leurs oeuvres dans d’autres pays pour partager avec le public ce patrimoine universel. Ainsi, la Bibliothèque royale de Stockholm a récemment accepté de prêter à la Bibliothèque nationale de Prague ce que l’on nomme "La Bible du Diable", un codex unique au monde. De grande dimension, 1m sur 50cm, le livre possède plusieurs centaines de feuillets et une couverture en bois lui faisant atteindre un poids respectable de 75kg. Rédigée selon la légende par un bénédictin, avec l’aide du diable, ce manuscrit est en fait un véritable recueil des écritures saintes. "Le Codex gigas inclut notamment la Bible, l'Ancien et le Nouveau Testament, ensuite la transcription de la chronique de Cosmas rédigée au XIIe siècle, le Necrologium du monastère de Podlazice, le manuel de confession, on peut dire que c'est toute une bibliothèque et non pas un seul livre.", commente Zdenek Uhlir, historien et spécialiste des manuscrits médiévaux. Quoiqu’il en soit, c’est un retour aux sources pour cet ouvrage qui, originaire de Bohème, fut saisie comme prise de guerre par les troupes suédoise lors de la Guerre de Trente ans. Il restera à la maison jusqu’à la fin de l’année.

""
12 novembre 2007 à 19:15
Par



Opinions sur "Les ouvrages médiévaux ont la cote"

Protection Quel est le plus sombre ? Blanc ou noir ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.211.68.132, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
En savoir plus :
L'art du livre arabe

Critères de recherche :

Catégorie :
Manuscrits



Articles Connexes

La Magna Carta vendue aux enchères

La charte Magna Carta est un document constitutionnel britannique rédigée le 15 juin 1215 et signé par le roi d'Angleterre, Jean sans Terre. Constitué de 63 articles, ce texte est, avec la Chartes des Liberté, éditée en 1100, la mise en place d'une limitation du pouvoir absolu du monarque anglais. 6 avril 1199, Richard Ier, Coeur de Lion, meurt lors du siège de Châlus, en France. Jean sans Terre, son frère...

Imbroglio autour d'un manuscrit

Ce n'est pas un simple bout de parchemin qui remue autant les cours de justice, mais un exemplaire de la Torah du XIIIe siècle. Possession d'un antiquaire, ce manuscrit aurait été volé à la Bibliothèque Nationale de France il y a 6 ans. Acquit par la France en 1668, l'ouvrage, appelé Sefer Torah, représente ce qu'il y a de plus précieux aux yeux de juifs. Sa forme d'origine est celle d'un parchemin,...

De rares textes islamiques numérisés

D'ici quatre ans, l'université américaine de Princeton va diffuser sur Internet de précieux textes islamiques anciens, les mettant ainsi à la disposition des théologiens musulmans et du grand public. Avec plus de 10 000 textes, dont les plus vieux remontent au VIIIe siècle, l'université compte la plus importante collection de manuscrits islamiques en Amérique du Nord. L'établissement a décidé de...

Les plus riches anglais furent français

William Rubinstein et Philip Beresford sont les auteurs d'un livre, The Richest of the Rich, révélant les plus grandes fortunes que l'histoire de l'Angleterre a pu voir passer et le résultat est des plus surprenant. Exit la reine et sa cour, l'homme le plus riche ayant vécu sur l'ile fut Alain le Roux (la Rebru ou le Ruibriz), comte breton et fidèle compagnon de Guillaume le Conquérant. 1035, Robert le Magnifique, duc de...

Le désert ensable les Mille Bouddhas

Selon la légende, courant 366 de notre ère, le moine bouddhiste Lo-Tzun, après avoir eu la vision de mille bouddhas, se serait mis en quête de trouver des partenaires spirituels afin d’édifier les premiers temples dans un réseau de grottes, atteignant le nombre impressionnant de plusieurs centaines en quelques années. A partir du IVe siècle, et durant mille ans, les moines et les pèlerins se succédèrent dans ces...

Info complémentaires

Services et Infos