Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Un promoteur détruit une nécropole

Un promoteur détruit une nécropole

Illustration de l'article : Un promoteur détruit une nécropole

La société, bien connu, Vinci, se moque des lois et de l'histoire.

Choisie par la ville d'Angoulême pour la réhabilitation d'une zone industrielle laissé à l'abandon, le groupe Vinci Immobilier entreprenait dès février dernier la démolition d'une ancienne usine avant la construction d'une centaine de logements. Comme pour tout travaux de bâtiment, des fouilles archéologiques préventives sont effectués afin de pouvoir étudier et parfois sauver quelques instant passé de notre histoire, c'est ainsi que le directeur du chantier de construction, avait permis aux archéologues, dés le début de cette année à fouiller des parties jusqu'à présent inaccessibles de l'ancienne abbaye Saint-Cybard, toujours propriété de la ville.

Si Angoulême avait fermement négocier avec le groupe Vinci la sauvegarde de l'ilot abbatiale en contrepartie d'une aide de 600 000 euros, ce dernier avait, lui, à coeur de na pas trop en donner et finir rapidement les travaux prévus à 18 mois.

Le mois dernier, des ouvriers du chantier ont découvert près des ruines de l'abbaye une nécropole contenant près d'une trentaine de sépultures. Aussitôt prévenu, le Groupe Vinci à refuser d'informer les responsable archéologique des premières fouilles, demandant alors à ses ouvriers de rapidement détruire ses preuves à coup de pelleteuse. Indigné, la communauté d'historien est tout de suite intervenue, mais beaucoup de mal avait déjà été fait. Aujourd'hui, la catastrophe est évité, même si la moitié des tombes ont été extrêmement endommagées. Le groupe Vinci ne sera pas poursuivi après qu'il ait accepté une collaboration complète pour les fouilles entreprises.

Edifiée certainement au cours du VIe siècle, l'abbaye de Saint-Cybard fut plusieurs fois réaménagée aux Xe, XVe et XVIIe siècle et si la tradition séculaire prévoyait d'ensevelir les hommes d'église autour de leur monastère, de nombreux seigneurs avaient également décider de reposer définitivement dans ce lieu de prière. Ainsi, les restes de Guillaume IV Taillefer, comte d'Angoulême, mort en 1028, avaient été découvert en 1910. En ce qui concerne les sépultures nouvellement misent à jour, les premières analyses laisseraient penser que la nécropole daterait aux alentours du Xe siècle et conserverait les dépouilles de gens pauvres comme le montre l'absence d'objets personnels précieux.

""
05 novembre 2008 à 16:03
Par



Opinions sur "Un promoteur détruit une nécropole"

Protection Quel est le plus sombre ? Blanc ou noir ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.224.19.6, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

19 novembre 2008 à 15:55

tout simplement honteux!


29 novembre 2008 à 00:55

Helas se comportement avec la complicite des communes est frequent. a Albon dans la Drome l'eglise Epaone a été rasé pierre apres pierre, et plus recemment, il y a 20 ans, pour construire un immeuble immonde, on a détruit une nécropole (j'ai quand meme vue une tombe intact, j espere on la sauvera..) www.mantaille.fr


24 décembre 2008 à 17:20

C'est vraiment choquant...


24 janvier 2009 à 15:33

C'est honteux...tout ça pour de l'argent...
Un peu de respect!!


28 janvier 2009 à 22:54

c'est vraiment honteux ...


09 mai 2009 à 18:57

je travaille moi mâme sur des chantiers, si je suis un jour temoin d'un fait similaire, j'appelle de suite la gendarmerie.
Pas de concession avec les gens médiocres qui veulent optimiser les couts au détriment du patrimoine historique
tersanne1@yahoo.fr


18 mai 2009 à 14:20

ces gens ne respecte pas l'histoire


27 juin 2009 à 11:54

mais que fait l'Happah , non de non


11 juillet 2009 à 14:21

l'happah n'est que pour combattre les dédecteurs de métaux mais ne font rien pour les pelleteuses


10 novembre 2009 à 10:46

Ces destructeurs de patrimoine ne respectant pas l'histoire de leur Pays ne respectent pas leurs concitoyens . Ils ne respectent pas, non plus, les Lois ( Certains disent qu'ils en ont l'habitude : appropriation de Domaine Public, etc, . Toutes les incivilités et tous les délinquants ne sont pas à rechercher dans les banlieues de nos mégapoles ) .


15 novembre 2009 à 18:23

inadmissible, c'est vraiment impensable! et personne n'a engagé de poursuites? mais où vas-t-on?!!


17 novembre 2009 à 20:53

Hélas cela arrive très souvent avec des archéologues au chômage qui pourraient donner un coup de main supplémentaire pour fouiller et mieux lutter contre les tractopelles. Et ils ne seront pas poursuivis : pas étonnant dans un monde qui privilégie l'argent et le profit sur la Culture et l'Histoire !! On a honte de nos municipalités et surtout de l'Etat qui reste très absent...


13 avril 2011 à 19:31

Poitier est une cata au niveau patrimoine. On s'attaque même aux vestiges romains. En 1857 on détruisait en grande partie les arènes, masi on continue de nos jour... Caen aussi a de baux scandales régulièrement... Si on ne voit pas les sites, si le publique a pas conscience de ce que recèle le sous sol, forcément, il ne respectera pas.

(commentaire non vérifié)
28 mai 2014 à 21:21

Quelle honte...

Critères de recherche :

Catégorie :
Archéologie



Articles Connexes

Les sarcophages d'Angers

Si le site d'Angers est occupé depuis plus de 400 000 ans, il faut attendre les premiers peuples celtes pour qu'un réel village sorte de terre. Point d'appui sur le Loire, le lieu prospère rapidement et devient un important centre de commerce, si bien que lors de l'occupation romaine, les nouveaux maitres des lieux créent une véritable cité avec rues pavées, arènes et thermes. La période trouble post romaine...

Le codex de Tongres, un papyrus du Xe siècle

Quel ne fut pas la surprise du conservateur du musée gallo-romain de Tongres lorsque son équipe découvrit, caché parmi des vestiges romains, un codex non inventorié. Tout de suite mis entre les mains des analystes, l'objet a délivré quelques secrets pour le moins intéressant. Le livre, de petit format, 14 par 13cm serait composé d'une centaine de pages dont les écritures ont malheureusement disparu avec le temps....

La nécropole de Bénazet

Le site de Bénazet, proche de Mazères en Ariège fut depuis le début de notre ère le centre d'un enjeux régional important. Contrôlé par les romains depuis leur installation à Narbonne, il est offert au Wisigoths au début du 3e siècle au moment de leur installation dans le sud ouest de la Gaule. Situé non loin de leur capitale, Toulouse, Bénazet est à la frontière entre les deux...

Un cimetière médiéval à Besançon

C'est à l'occasion d'une fouille menée par l'Institut national de recherche en archéologie préventive que ce cimetière a été découvert, avec la mise à jour de trois squelettes enfouis à deux mètres sous terre. La découverte est inattendue dans une ville où l'on s'attend toujours à tomber sur des vestiges romains. Cette fouille préventive a été...

L'image de Saint Pierre pour 67000 euros

La pierre tombale d'un chat errant a été vendue aux enchères pour plus de 200 000 livres chez Sothebys à Londres. L'objet porte une image gravée de Saint Pierre, datant du début du Xe siècle. Evaluée entre 40 000 et 60 000 livres, la pierre a été acquise pour 201 600 livres par un collectionneur privé. Elle avait été trouvée dans un terrain vague par un habitant du Somerset, dans le...

Info complémentaires

Services et Infos