Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Les sarcophages d'Angers

Les sarcophages d'Angers

Illustration de l'article : Les sarcophages d'Angers

Si le site d'Angers est occupé depuis plus de 400 000 ans, il faut attendre les premiers peuples celtes pour qu'un réel village sorte de terre. Point d'appui sur le Loire, le lieu prospère rapidement et devient un important centre de commerce, si bien que lors de l'occupation romaine, les nouveaux maitres des lieux créent une véritable cité avec rues pavées, arènes et thermes.

La période trouble post romaine oblige les habitants à se réfugier sur les hauteurs de la ville et a s'entourer de murailles défensives et il faut patienter jusqu'au VIe siècle pour que, les troubles disparaissant, la cité s'ouvre à nouveau sur le monde.

L'expansion du christianisme offre à Angers un nouvel essor, religieux cette fois-ci. Si l'évêché est mentionné dés 372, ce n'est qu'à partir du Ve siècle que quelques bâtiments monastiques sont érigés, comme l'église de St Maurille, aujourd'hui disparue, et dont les fouilles ont révélées le 23 septembre dernier la présence de plusieurs sarcophages mérovingiens.

A l'occasion des travaux du tramway angevins, les archéologues de l'INRAP ont entrepris des fouilles sur le site de l'ancienne église de St Maurille. La découverte de 10 sarcophages, dont 2 d'enfants fut alors une découverte majeur qui permis aux historiens d'avoir plus de temps pour explorer le site. "On savait qu'il existait des vestiges funéraires, mais on ne savait pas les positionner et on n'imaginait pas une telle concentration", expliquait Sylvie Barbier, adjointe scientifique et technique à l'INRAP. Les sarcophages sont dans un état de conservation exceptionnel et l'un d'eux, particulièrement imposant, laisse imaginé que les archéologue vont y découvrir la dépouille de St Maurille.

Retrouvés scellés par les archéologues, les tombeaux ont été préservé des pillages, malgré tout, rien, hormis des ossements ne fut retrouvé à l'intérieur. A l'époque, l'ensevelissement de mobilier et autre ornement n'était pas à dans les moeurs. Lors de l'ouverture de 8 des 10 sarcophages, plus de 400 personnes s'étaient regroupé autour du site. Si le plus gros d'entre eux, plus de 3 tonnes, n'a pas offert de réponse quant à la possible découverte des restes de St Maurille, deux des sarcophages ont eux étonné plus d'un scientifique par le fait qu'ils contenaient plusieurs dépouilles : "nous sommes aussi tombés sur deux tombes de type ossuaire d'enfants, et une autre comportant des ossements mêlés d'adultes et d'enfants, ce qui n'est pas habituel pour cette époque, surtout pour des petits entre trois et six ans...", déclarait Elodie Cabot, responsable du chantier.

Médiatisé, l'évènement fut retransmis sur écran géant afin que tous puissent contempler l'ouverture des tombeaux.

""
18 octobre 2008 à 19:23
Par



Opinions sur "Les sarcophages d'Angers"

Protection La pomme est bleu. (vrai/faux)

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.204.68.109, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

31 octobre 2008 à 21:07

J'étais présent et c'était... fantastique !

Cela fait longtemps que des zones sont fouillées sur Angers, mais là, on a vraiment cru retrouver la tombe d'un originel de la ville.

Pad de bol, se sera pour une prochaine fois...


15 novembre 2009 à 18:26

Oui surtout que beaucoup de squelettes étaient quasi-complets. le tramway a parfois du bon...

Critères de recherche :

Catégorie :
Archéologie



Articles Connexes

Un promoteur détruit une nécropole

La société, bien connu, Vinci, se moque des lois et de l'histoire. Choisie par la ville d'Angoulême pour la réhabilitation d'une zone industrielle laissé à l'abandon, le groupe Vinci Immobilier entreprenait dès février dernier la démolition d'une ancienne usine avant la construction d'une centaine de logements. Comme pour tout travaux de bâtiment, des fouilles archéologiques...

La nécropole de Bénazet

Le site de Bénazet, proche de Mazères en Ariège fut depuis le début de notre ère le centre d'un enjeux régional important. Contrôlé par les romains depuis leur installation à Narbonne, il est offert au Wisigoths au début du 3e siècle au moment de leur installation dans le sud ouest de la Gaule. Situé non loin de leur capitale, Toulouse, Bénazet est à la frontière entre les deux...

Trésors mérovingiens à Grez-Doiceau

Les fouilles archéologiques sur le chantier de la N 25 à Grez-Doiceau (Belgique) sont clôturées. L'IPW a rendu les résultats publics: plus de 400 tombes et 6000 objets mérovingiens mis au jour. L'Institut du Patrimoine wallon (IPW) vient de rendre public les résultats des fouilles archéologiques entamées depuis avril 2003 et clôturées fin 2005, à Grez-Doiceau, non loin d'Hamme-Mille. A cet...

Un cimetière médiéval à Besançon

C'est à l'occasion d'une fouille menée par l'Institut national de recherche en archéologie préventive que ce cimetière a été découvert, avec la mise à jour de trois squelettes enfouis à deux mètres sous terre. La découverte est inattendue dans une ville où l'on s'attend toujours à tomber sur des vestiges romains. Cette fouille préventive a été...

La Sainte Tunique de Jésus est un faux

Conservée au sein de la Basilique Saint Denys à Argenteuil, le mystère de la relique est enfin révélé. Peu connue du public, elle est aussi importante pour les croyants que le "suaire" de Turin. Le mythe veut que le Christ ait porté cette tunique lors de son chemin de croix. Depuis des siècles, elle est adulée par des millions de chrétien.

Info complémentaires

Services et Infos