Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. SOS peintures médiévales

SOS peintures médiévales

Illustration de l'article : SOS peintures médiévales

De nombreuses peintures murales du Moyen Âge, dans toute la Belgique, sont dans un état préoccupant. L'Irpa et 160 spécialistes tirent la sonnette d'alarme. Ils réclament un inventaire scientifique, préalable à la conservation et restauration.

Cent soixante historiens d'art, restaurateurs, architectes, historiens, lancent un SOS : les peintures murales anciennes - réalisées sur les parois de bâtiments, religieux et civils - constituent un patrimoine en voie de disparition.

Réunis lors d'un colloque de l'Institut royal du patrimoine artistique, le 2 décembre, ils ont rédigé une motion à l'intention des ministres en charge du patrimoine. Emmenés par la directrice générale de l'Irpa, Myriam Serck, ces spécialistes, "particulièrement inquiets de l'état de conservation des nombreuses peintures murales du pays", demandent aux autorités publiques responsables d'en réaliser d'urgence "l'inventaire approfondi", et ce "dans des conditions scientifiquement défendables".

Un tel inventaire constitue un préalable à la préservation voire à la restauration de ces oeuvres - tantôt figuratives, tantôt purement ornementales - qui, jadis, décoraient l'intérieur de nombreuses bâtisses. L'inventaire doit viser en priorité les peintures du Moyen Âge (qui perdure jusqu'au XVIe siècle, chez nous, sur le plan artistique). Soit 500 à 1500 oeuvres selon les critères de sélection, évalue Walter Schudel, responsable de la section peintures murales à l'Irpa.

Patrimoine fragile et exposé

Nombre d'entre elles sont dans un état alarmant, exposées à tous vents et au vandalisme. Des exemples? Les décorations architectoniques de la crypte Saint-Nicolas à Thynes (Dinant), en partie taguées; les peintures de la cathédrale de Tournai - le plus grand ensemble roman de Belgique -, de surcroît fragilisées par les travaux en cours; les peintures du XIIe dans la crypte d'Eine (Audenarde), qui souffrent d'une forte humidité... La liste est longue.

Il est vrai que, par sa nature même, ce patrimoine est particulièrement fragile: ancien, immobilier, intimement lié au sort du bâtiment qui l'abrite - souvent des petites églises paroissiales dans un piètre état -, soumis aux courants d'air, à l'humidité, la lumière... "Les peintures murales sont l'épiderme de l'architecture, sa partie la plus exposée" résume Walter Schudel. Dans notre pays, on trouve surtout des détrempes, par essence plus délicates que les fresques, précise Stéphanie Moris, jeune historienne de l'art. Elle défend depuis trois ans, auprès de la Région wallonne, l'idée d'un inventaire des peintures murales.

La disparition de ce patrimoine peut être rapide. Un pan entier des peintures de l'église Saint-Maximin à Anthisnes (lire ci-contre), dégagées il y a trente ans, a totalement disparu, faute de mesures de conservation. Paradoxalement, la mode qui consistait à repeindre les églises en blanc, notamment après le Concile de Trente (XVIe) qui jugeait ces décors médiévaux "inconvenants", en a sauvé plus d'un, en le protégeant sous ce badigeon blanc. A d'autres époques, l'homme a utilisé des méthodes plus destructrices, comme le décapage (au XIXe, dans la cathédrale de Tournai par exemple).

"L'homme a mal compris l'esprit médiéval, il a oublié ou nié que les églises étaient jadis entièrement peintes" explique Walter Schudel. "C'est un patrimoine longtemps dénigré par les historiens de l'art eux-mêmes parce que lacunaire ; une peinture plutôt naïve et anonyme" ajoute Stéphanie Moris. D'où un travail "d'information et de sensibilisation à mener auprès du public" insistent ces spécialistes.

D'autant que, même restaurées, ces peintures ne bénéficient pas toujours d'une mise en valeur et d'explications à l'attention du visiteur - pour autant qu'il puisse y accéder. Or, il y a là un potentiel touristique, note Walter Schudel : on peut imaginer divers itinéraires, à l'échelle d'une ville, d'une région...

Une étude pluridisciplinaire

L'inventaire scientifique nécessite, souligne la motion, "des synergies entre les institutions régionales et fédérales concernées par l'étude et la conservation du patrimoine". Idéalement, il devrait être réalisé à l'échelle du pays par une équipe interrégionale, pense Walter Schudel, et en tout cas pluridisciplinaire (restaurateurs, historiens de l'art, archéologues...). L'objectif n'étant pas seulement sa conservation mais son étude, qui enrichira les savoirs historiques, artistiques, techniques... L'inventaire doit dégager des priorités d'action, et formuler un plan d'entretien des oeuvres.

Le public bénéficierait aussi de cette recherche, grâce à la publication d'un livre.

A ce jour, l'Irpa n'a pas encore reçu de réponse des ministres concernés.

""
28 janvier 2006 à 12:13
Par
Source : La Libre



Opinions sur "SOS peintures médiévales"

Protection Ecrivez uanu1u000u sans les u

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.161.219.254, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

28 juin 2009 à 02:47

la dégradation rapide des oeuvres présentes dans les lieux de culte est essentiellement due à l'excès d'humidité et à la variation brutale du taux d'humidité causée par le chauffage du lieu.
De gràce cessez de chauffer ces lieux , mais en revanche contrôlons l'hygrométrie. De nombreux rapports européens et russes le confirment.
Linconfort de ces lieux est dû à la basse température, certes , mais beaucoup plus à une hygrométrie de 85% voir plus, 99% auprès des parois
vous pouvez me joindre par courriel jean-paul.pilon@wanadoo.fr


15 novembre 2009 à 12:55

je veux des images de peintures médiévales et les principaux peintres médiévaux

Critères de recherche :

Catégorie :
Art & Culture



Articles Connexes

La tombe de La Joconde

Si le nom de La Joconde est mondialement connue, il n'en est pas toujours de même pour celle qui posa pour Léonard de Vinci, Mona Lisa. Nous sommes en 1502, à Florence en Italie. Une femme, Lisa del Giocondo vient de mettre au monde son second fils. Ravi de l'arrivée d'un nouvel enfant, son mari, Francesco di Bartolomeo, un riche marchand de soies et de tissus, souhaite honorer l'évènement en faisant réaliser un portrait de sa...

Le Moyen Âge à Londres

Le Moyen Âge évoque souvent les chevaliers, châteaux et épidémies mais une nouvelle galerie du Museum of London en révèle davantage sur cette période tumultueuse. La nouvelle galerie, qui remplace une exposition médiévale en place depuis l'ouverture du musée, en 1976, débute en l'an 410 avec la fin de la domination romaine et se poursuit jusqu'en 1558, quand Elisabeth I est devenue reine et que les...

Profanation d'un cimetière médiéval

La République d'Arménie dénonce la profanation par les autorités azerbaïdjanaises du cimetière arménien historique de Djoulfa. Ce cimetière historique arménien situé dans l'enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchévan, en bordure du fleuve Araxe, est célèbre pour ces milliers d'antiques Khatchkars (pierres tombales arméniennes à stèle finement sculptée). La...

De rares textes islamiques numérisés

D'ici quatre ans, l'université américaine de Princeton va diffuser sur Internet de précieux textes islamiques anciens, les mettant ainsi à la disposition des théologiens musulmans et du grand public. Avec plus de 10 000 textes, dont les plus vieux remontent au VIIIe siècle, l'université compte la plus importante collection de manuscrits islamiques en Amérique du Nord. L'établissement a décidé de...

Les taxes au Moyen Age

Au Moyen-Age, l’expression "taillable et serviable à merci" avait tout son poids. Le serf, paysan, marchand étaient sans cesse mis à contribution à l’entretien du domaine de leur seigneur. Faites sonner monnaies et trébucher argent. Voici venu le temps de régler nos comptes. L’impôt touchait le contribuable à tous les niveaux, celui de sa personne, des ses biens, de sa production tant pour le marchand et le paysan et sur...

Info complémentaires

Services et Infos