Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Les templiers, ces batisseurs

Les templiers, ces batisseurs

Illustration de l'article : Les templiers, ces batisseurs

L’ordre des Templiers, avant tout un ordre bâtisseur...

Le 15 juillet 1099, Jérusalem brûle. Les croisés ont enfin pris la cité Sainte. Bien des années plus tard, en 1118, Baudoin II, roi de Jérusalem propose à Hugues de Payns, un chevalier champenois, à Geoffroy de Saint-Omer et à sept autres nobles, une place dans l’antique temple du roi Salomon. L’ordre des Templiers est né. La relation entre l’Ordre et l’apparition du gothique est alors indéniable.

Les bâtisseurs de Dieu, dans la foulée de Cluny

Fondé sous l’impulsion de saint Bernard de Clairvaux, l’ordre des Templiers a versé son sang sur les champs de bataille des croisades et protégé les bâtisseurs de cathédrales, auxquels il a confié de nouveaux savoirs.

Richissime, l’ordre du Temple avait réussi à poser les fondements d’une nouvelle civilisation. Les cathédrales, dans la mystique de saint Benoît puis de saint Bernard, en étaient la dimension spirituelle, l’aboutissement du long labeur élaboré à l’abbaye de Cluny, où ont été établies les fondations de la civilisation chrétienne occidentale. Plus de 1300 monastères se rangeront en effet sous la règle clunisienne. Et c’est de Cluny, aussi, qu’est issu le pape Urbain II, qui prêchera la première Croisade.

Parfaitement organisés, les Templiers avaient assuré le nécessaire vital, le blé, l’outil, l’argent. Avec les cathédrales, ils ont donné au peuple la clé de l’éveil spirituel qui lui manquait. Pour agir sur la pierre, il fallait des constructeurs initiés à certaines lois, à l’instar des constructeurs de dolmens sacrés et des pyramides d’Egypte.

Opération de "magie collective" pour la reconquête des lieux saints, les croisades ont donc favorisé l’essor des cathédrales gothiques dans tout l’Occident...

Pourquoi, comment, s’est-il trouvé, tout à coup dans l’Occident chrétien, des «dompteurs» de pierre comme on n’en avait jamais vu depuis les pyramides? D’où tenaient-ils leur savoir d’initiés? Combien de générations de maçons et de tailleurs de pierre faudrait-il, aujourd’hui, pour produire des maîtres capables de réaliser l’équivalent des cathédrales de Chartres ou d’Amiens ?

On objectera que ce phénomène, unique dans l’histoire de l’architecture, est aussi une question de "mode". Le propre de l’architecture n’est-il pas de s’adapter à l’esprit de son temps ?

En témoigne l’œuvre du dernier bâtisseur de cathédrales, le Tessinois Mario Botta, concepteur de celle de la Résurrection à Evry, près de Paris (1995). Pour lui, l’architecture moderne ne s’applique pas qu’aux supermarchés, mais aussi aux églises, aux mosquées et synagogues...

Des bâtisseurs de jadis ont laissé leurs signatures, sur des poutres ou des pierres. On connaît des noms d’architectes et de maîtres d’œuvre, pour Amiens, mais pas pour Chartres… Le fait est que l’on sait peu de choses sur l’origine de ces constructeurs, sur le savoir-faire dont ils ont été les dépositaires. Ils étaient réunis en confréries, fraternités. Ou compagnonnages, un mot qui vient de "compas", leur outil de prédilection, et signifie aussi "qui partage le même pain".

Les confréries les plus connues avaient pour nom les Enfants du père Soubise, les Enfants de Maître Jacques ou les Enfants de Salomon. Elles ont aujourd’hui pour héritiers les Compagnons des devoirs du Tour de France. Certains d’entre eux ont gardé une tradition initiatique et morale de savoir-faire et de «chevalerie de métier» en refusant, par exemple, de construire des forteresses et des prisons, leur œuvre étant dévolue aux hommes libres.

La cathédrale, dans cette éthique, apparaît paradoxalement comme un édifice laïc, au sens originel du terme, car construit pour l’âme du peuple et non pour la gloire des seigneurs.

De saint Louis, ardent croisé, les bâtisseurs de cathédrales obtinrent des franchises royales qui en firent des "maçons francs". C’est dire la reconnaissance et l’estime dont ils jouissaient. Ces privilèges, le roi Philippe le Bel, dans son acharnement pour anéantir les Templiers, les supprima sèchement...

""
14 février 2005 à 22:04
Par
Source : Batiweb



Opinions sur "Les templiers, ces batisseurs"

Protection Quel est le plus sombre ? Blanc ou noir ?

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.167.152.177, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.
En savoir plus :
Les Templiers : Chevaliers du Christ

Critères de recherche :

Catégorie :
Architecture



Articles Connexes

Un "Processus contra Templarios" pour Noël

Ce ne sera pas à la porté de tout le monde, mais si vos finances vous le permettent, vous pouvez vous rendre acquéreur d'une des 799 éditions du Processus contra Templarios pour la modique somme de 5900 euros. Les archives secrètes du Vatican et la maison d'édition italienne "Scrinium", rendent public, au travers d'un ouvrage en fac-similé, la compilation des actes du procès des Templiers. Inconnu du grand public, le...

Assassin's Creed, la vrai histoire

Le tant attendu Assassin's Creed d'Ubisoft, sortie depuis le 15 novembre en France, va certainement devenir le hit de cette fin d'année. Disponible sur console Xbox360 et PlayStation 3, il sera une excellente idée cadeau, mais attention, il est déconseillé au moins de 18 ans. Après 4 années de développement par une équipe de 250 personnes et un budget avoisinant les 25 millions de dollars, Assassin's Creed nous plonge...

Caen, des remparts pour 1000 ans de plus

La restauration du château médiéval de Caen - l’une des plus anciennes enceintes médiévales d’Europe, construite par Guillaume le Conquérant - s’inscrit dans un ambitieux programme engagé sur 12 ans, à l’initiative de la ville de Caen, avec le soutien de l’Union européenne, de l’Etat (DRAC), du conseil général de Basse-Normandie et du conseil général du Calvados. La...

Roi, Prince, Comte d'où viennent-ils ?

Roi, Prince, Duc, Comte et Marquis servent souvent de patronymes. Mais quelle est l’origine de ces mots communs ? Les termes latins rex et regina, dont sont issus "roi" et "reine", dérivent d’une racine indo-européenne reg- (diriger) qu’on retrouve dans le rajah indien. L’anglais king et l’allemand König remontent à un mot vieux-germain kuningas - emprunté et conservé tel quel en finnois - qui désignait le membre...

L'Anse aux Meadows

Un seul site archéologique est considéré comme un témoignage de la présence des Scandinaves en Amérique du Nord. En 1960, Helge Ingstad, auteur et aventurier norvégien, trouva les vestiges d'un ancien établissement près du village de pêcheurs de L'Anse aux Meadows, à l'extrémité nord de Terre-Neuve. Dans une prairie herbue, il découvrit un groupe de monticules bas qui étaient...

Info complémentaires

Services et Infos