Données personnelles M'enregistrer Connexion aux pages perso et au forum ! icon
  1. Au temps des maçons et des tailleurs

Au temps des maçons et des tailleurs

Illustration de l'article : Au temps des maçons et des tailleurs

Bien que, de tout temps, l'on ait beaucoup construit en France, l'histoire ne nous apprend pas grand chose des bons travailleurs qui ont édifié nos palais, nos cathédrales ou nos hôtels de ville... Au Moyen Age, la même corporation comprenait les maçons, les tailleurs de pierre, les plâtriers et les morteliers ; les uns et les autres étaient sous la surveillance du maître maçon qui dirigeait la construction du roi.

En ce temps-là, les mots maçon et tailleur de pierre avaient un sens plus tendu que de nos jours ; le terme de maçon désignait fréquemment l'architecte, et le tailleur de pierre était souvent un sculpteur, parfois aussi un entrepreneur.

C'est ainsi qu'on voit en 1287 maître Étienne de Bonneuil, tailleur de pierre, passer un contrat avec dix ouvriers pour les emmener avec lui construire la cathédrale d'Upsal en Suède. Il y avait alors souvent d'amusants usages sur les chantiers de construction.

D'après un curieux récit de l'édification d'un des grands collèges parisiens au XIVe siècle, le collège de Beauvais, les maçons réclamèrent le jour de carême, comme dédommagement d'un travail ininterrompu depuis plusieurs mois, une "courtoisie, à savoir la chair d'un mouton à manger ensemble". Le jour de l'Ascension, on fit mieux encore ; on réunit dans un grand banquet tout le chantier, maîtres, compagnons et apprentis ; on y convia les parents avec leurs enfants : les boursiers du collège y assistaient également, et enfin le directeur de l'entreprise, le grand architecte, Raymon du Temple, vint honorer le banquet de sa présence, "avec sa femme et plusieurs autres personnes".

Sans avoir aujourd'hui une signification aussi étendue qu'au Moyen Age, le mot maçon désigne encore pour ceux qui ne sont pas du métier un grand nombre de travailleurs différents.

On compte parmi eux jusqu'à vingt catégories distinctes, parmi lesquelles on remarque de préférence les limonsinans, qui construisent les murs en moellons ou en meulières, les briqueteurs, qui font les cheminées, les cimentiers, qui n'emploient que le béton ; les maçons proprement dits ne travaillent que le pâtre, les uns ne font que les moulures, les autres préparent les plafonds, etc...

De même chez les tailleurs de pierre, chacun a sa spécialité. En apparence, ce métier ne s'est pas beaucoup modifié ; et cependant, là encore, plus d'un changement s'est produit, grâce à l'introduction de machines ou grâce à des pratiques nouvelles.

On ne voit plus que rarement de nos jours, comme autrefois, des ouvriers placés le long d'une échelle, le dos tourné aux échelons, se passer les briques les uns aux autres depuis le bas jusqu'en haut de la construction ; ce sont aujourd'hui des treuils qui hissent tous les matériaux, qu'on peut entasser en plus grande quantité sur des échafaudages plus solidement construits.

On apporte maintenant à l'édifice en construction les pierres de taille toutes prêtes à être posées à leur place sans hésitations : aussi ne voit-on plus ces chantiers qui empiétaient sur la rue et gênaient la circulation ; nos oreilles ne sont plus torturées par le grincement de la scie des tailleurs de pierre. Le résultat, c'est que l'on construit de notre temps beaucoup plus vite qu'autrefois, et qu'il ne faut plus, pour élever le gros oeuvre des formidables maisons parisiennes, que quelques mois au lieu de quelques années...

Dans le même esprit, vous pouvez consulter "La France pittoresque", collection d'ouvrages consacrés à notre passé, s'attachant à en dévoiler tous les arcanes, offrant de nombreuses informations sur le contexte historique et social, comportant de nombreuses références d'archives, de chroniques, d'inventaires, de mémoires.

""
28 février 2005 à 21:25
Par
Source : Batiweb



Opinions sur "Au temps des maçons et des tailleurs"

Protection Ecrivez uanu1u000u sans les u

Informations
Validation Votre adresse IP : 54.80.158.127, sera conservée tant que votre commentaire sera publié.

27 octobre 2009 à 00:55

Ce site est vraiment très intéressant....

Critères de recherche :

Catégorie :
Architecture



Articles Connexes

"Les rois maudits", 33 ans après

Dans l'immense salle glaciale des Preuses du château de Pierrefonds éclairée de candélabres et gardée par des hommes d'armes en cotte de maille, la réalisatrice Josée Dayan fait revivre "Les rois maudits", 33 ans après Claude Barma. Le château féodal de Pierrefonds (Oise), revu et corrigé par Viollet-Le-Duc, prête ses dimensions monumentales à la dernière partie du tournage de cette fiction...

Une "cité perdue" millénaire découverte

Une ville vieille de plus de mille ans et qui pourrait être la première capitale d'un empire disparu a été découverte dans la jungle malaisienne, a indiqué jeudi la presse locale. A l'issue de douze ans de recherche dans des manuscrits, le chercheur indépendant malaisien Raimy Che-Ross a concentré ses fouilles dans l'État de Johor, dans le sud de la Malaisie, pour y découvrir des "formations inhabituelles",...

Les templiers, ces batisseurs

L’ordre des Templiers, avant tout un ordre bâtisseur... Le 15 juillet 1099, Jérusalem brûle. Les croisés ont enfin pris la cité Sainte. Bien des années plus tard, en 1118, Baudoin II, roi de Jérusalem propose à Hugues de Payns, un chevalier champenois, à Geoffroy de Saint-Omer et à sept autres nobles, une place dans l’antique temple du roi Salomon. L’ordre des Templiers est né. La relation entre...

Caen, des remparts pour 1000 ans de plus

La restauration du château médiéval de Caen - l’une des plus anciennes enceintes médiévales d’Europe, construite par Guillaume le Conquérant - s’inscrit dans un ambitieux programme engagé sur 12 ans, à l’initiative de la ville de Caen, avec le soutien de l’Union européenne, de l’Etat (DRAC), du conseil général de Basse-Normandie et du conseil général du Calvados. La...

Roi, Prince, Comte d'où viennent-ils ?

Roi, Prince, Duc, Comte et Marquis servent souvent de patronymes. Mais quelle est l’origine de ces mots communs ? Les termes latins rex et regina, dont sont issus "roi" et "reine", dérivent d’une racine indo-européenne reg- (diriger) qu’on retrouve dans le rajah indien. L’anglais king et l’allemand König remontent à un mot vieux-germain kuningas - emprunté et conservé tel quel en finnois - qui désignait le membre...

Info complémentaires

Services et Infos